Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Estelí Capote : « Ni l’État ni l’Église ne peuvent passer outre les droits des femmes à Porto Rico »

La militante portoricaine parle de la relation entre le féminisme et les luttes pour l’indépendance dans son pays

Tiré de Entre les lignes et les mots

Photo Capiré

Estelí Capote Maldonado participe au Mouvement 29 [Movimiento 29] et au Front socialiste [Frente Socialista], des organisations dédiées à la promotion de l’indépendance de Porto Rico. Pour elle, la lutte féministe est fondamentale car, « malgré tous les progrès qui ont été réalisés à Porto Rico au cours des dernières décennies, nous vivons encore des formes d’inégalités très tacites et, en même temps, très fortes et enracinées dans la culture. Par exemple, l’inégalité dans la rémunération du travail et la violence de genre, qui est également très présente dans d’autres régions d’Amérique latine et des Caraïbes. »

Parallèlement à une articulation entre les organisations féministes, Estelí a participé cette année à la convocation de « Maré Verde », une manifestation contre un projet de loi qui établit des limitations supplémentaires pour les femmes en matière d’avortement. Le projet de loi a été approuvé par la Chambre des députés et, pour le moment, est toujours en attente jusqu’à ce qu’il soit signé ou opposé par le gouverneur Pedro Perluisi. À Porto Rico, le droit à l’avortement existe depuis 1973, autorisant les avortements jusqu’au deuxième trimestre. Mais, explique-t-elle, « ce projet, presque religieux, établit des définitions plus ambiguës de ce qu’est la vie et de ce qu’est un fœtus, et viole la loi du droit, qui était radicale et avant-gardiste en son temps ».

« Nous devons protéger ces droits acquis. Ici, rien n’a été donné, tout a été conquis par la lutte  ». Estelí Capote

Depuis 1973, l’avortement n’est-il légal qu’à la condition du temps ou existe-t-il des autorisationslégales spécifiques ?

La loi n’impose aucune limite. Ce qui fixe la limite de l’avortement, c’est la réglementation. Il s’agit principalement de problèmes de santé. Au troisième trimestre, les femmes ont l’alternative du programme d’adoption plutôt que de se faire avorter, ce qui, au cours de ce trimestre particulier, peut être désastreux pour la santé de la femme. Il est important de dire qu’à Porto Rico, 97% des avortements ont lieu au cours du premier trimestre. Seulement 3% des avortements ont lieu en dehors du premier trimestre et sont généralement dus à une condition médicale pouvant mettre en danger la vie de la mère ou du fœtus.

Qu’est-ce qui a conduit à la légalisation de l’avortement en 1973 ? Savez-vous comment s’est déroulé le processus ?

Je n’étais pas encore née, mais pour autant que je sache, dans les années 1960 et 1970, le Parti socialiste de Porto Rico était très fort et complet. Il y avait des mouvements largement organisés qui, parmi leurs secteurs, comptaient des groupes féministes. L’une des femmes représentatives de ce mouvement est Yosi Pantoja, entre autres. Même ma mère participait de l’Organisation portoricaine des femmes travailleuses [Organización Puertorriqueña de la Mujer Trabajadora]. Elles ont constaté que les principaux problèmes rencontrés par les femmes étaient liés à l’accès aux soins de santé, l’un d’entre eux étant le décès dû à un avortement illégal. Dans le cadre des droits des femmes, elles se sont battues non seulement pour le droit de décider de leur corps, mais aussi pour le droit à la maternité. À l’époque, à court terme, le défi consistait à poursuivre l’équité entre les sexes au moyen de mesures qui non seulement assuraient l’équité salariale par le biais des syndicats, mais aussi par le biais de leurs droits en tant que femmes, le droit sur les décisions que nous prenons au sujet de notre corps.

Pour en revenir à nos jours, comment les Portoricaines s’organisent-elles et se battent-elles ? Quels sont vos agendas ?

À Porto Rico, il existe plusieurs organisations. Nous avons un parapluie appelé Coalition 8 Mars [Coalición 8 de Marzo], un groupe dans lequel nous nous organisons tout au long de l’année pour participer aux célébrations mondiales du 8 mars. Au sein de la Coalition, il y a des secteurs qui font un travail de service public, remplaçant l’État. Je peux mentionner l’Atelier sur la santé [Taller Salud] et le Centre d’Aide aux Femmes Mères (Centro Mujeres Ayudando Madres – MAM).

Un travail très important est également effectué sur la question de la violence sexiste, qui a augmenté de façon exponentielle depuis la pandémie, non seulement contre les femmes, mais aussi les homosexuels et en particulier les communautés trans. À Porto Rico, pendant la pandémie, trois personnes trans sont déjà décédées dans des cas qui n’ont pas été élucidés, mais d’une violence macabre, dont on suppose qu’ils sont dus à des questions de genre.

Il y a un projet très intéressant qui se concentre sur le problème économique auquel sont confrontées les femmes après l’ouragan Maria, en 2017, et maintenant en raison de la pandémie. L’économie a accéléré son processus de décroissance. Les femmes ont été touchées parce qu’elles ont perdu leur emploi ou ont dû sacrifier un travail rémunéré pour pouvoir assumer la responsabilité de s’occuper de leurs enfants, de rester à la maison avec eux, d’être enseignantes, femmes de ménage… En conséquence, elles ont perdu leur capacité à générer des revenus. Un concept appelé « dîner féministe » a été créé : il se déroule dans des secteurs marginalisés, certains jours de la semaine, afin que les femmes en situation précaire puissent venir et avoir accès à des fournitures minimales pour leur famille, comme du riz, des haricots, du lait, de l’eau de Javel, des articles essentiels.

Une autre question sur laquelle on travaille est précisément la manière dont le projet de loi visant à restreindre l’avortement a créé des niveaux d’insécurité dans les centres de planning familial ou dans les centres où sont pratiqués les avortements. Nous organisons des manifestations devant ces centres pour empêcher les organisations religieuses ou conservatrices de bloquer la voie aux femmes qui y recevront des soins. Les centres de planning familial offrent des services gynécologiques et psychologiques comme toute autre entité – ce sont des centres de santé complets. Avec ce genre d’action conservatrice, les organisations religieuses ont assumé leur devoir de protéger ce qu’elles appellent la vie de l’enfant à naître au-dessus de la vie des femmes.

Pensez-vous que parce que c’est une colonie, il y a des choses qui se passent différemment avec les femmes ?

L’une des conditions que nous avons en tant que colonie des États-Unis est précisément d’importer les rôles. Il existe des groupes annexionnistes dogmatiques qui imitent les modèles des États-Unis. Un exemple est le cas de l’avortement, qui est contesté aux États-Unis. Ce n’est pas un hasard s’ils profitent de cette situation où ils réévaluent le Roe vs. Wade pour faire la même chose, de manière bâclée, à Porto Rico. Ces projets sont des subterfuges pour promouvoir ou dire qu’ils sont annexionnistes, qu’ils font partie des États-Unis, même si les États-Unis nous le nient à plusieurs reprises. Ce qui est promu, c’est une assimilation culturelle et politique.

Nous sommes une colonie, mais les femmes ont historiquement été autonomisées et très actives dans la lutte politique progressiste et de gauche. Quel que soit leur statut colonial, les femmes ont assumé la tâche de continuer à promouvoir de meilleures conditions et de meilleurs droits pour les femmes. Donc, si d’un côté il y a les groupes qui veulent promouvoir une assimilation contre les droits conquis, de l’autre il y a les groupes féministes qui se battent constamment, qui n’ont pas cessé de se battre, et qui se chevauchent avec ceux-là.

Nous savons qu’il y a de nombreux défis à relever pour participer à des processus mixtes, mais que les femmes ont un rôle très important dans les organisations. Comment se déroule la participation des femmes à la lutte pour l’indépendance et l’autodétermination ? Pensez-vous qu’il y a eu des changements ces dernières années ?

J’ai observé très attentivement, et je dis cela comme un exercice d’autocritique, une figure féminine de Porto Rico qui s’appelle María de Lourdes Santiago. Elle est issue d’un parti indépendantiste qui, à un moment donné, représentait les intérêts bourgeois, bien que son président, Ruben Berríos, se prétende socialiste. Dans la structure politique du parti, María de Lourdes représentait une minorité, un groupe restreint de femmes très peu exposées. Grâce à une lutte permanente et à son propre exercice d’autocritique, María de Lourdes a adopté une politique plus indépendante, mais toujours fidèle à son parti, ce qui, selon moi, donne de la solidité et de la valeur au Parti indépendantiste puertorriqueño [Partido Independentista Puertorriqueño]. En même temps, elle s’est beaucoup investie dans les occasions où elle a dû s’exprimer pour montrer son opposition ou montrer que le parti devrait prendre d’autres mesures.

Je voudrais également mentionner Tati Fernós, avocate récemment décédée, qui est devenue procureure des femmes et qui a été essentielle pour que de nombreuses lois adoptées depuis 1973 aient enfin un protocole pour qu’elles puissent être mises en œuvre et contrôlées. Tati Fernós était une femme diplômée et membre du Parti socialiste. À un moment donné, elle a compris qu’elle préférait se concentrer sur les organisations féministes, car le travail qu’elle aurait à faire dans les organisations politiques socialistes serait si important qu’elle sentait qu’elle manquait l’occasion. Elle s’est donc un peu éloignée de ces organisations indépendantistes pour faire un travail féministe concret sur les droits des femmes et des groupes LGBTQIA+.

D’autre part, dans cette génération, María de Lourdes a réussi à transformer les normes de genre au sein de son parti, étant probablement la première femme du Parti indépendantiste à aspirer au poste de gouverneure grâce à la participation communautaire. De son parti, elle a réussi à transgresser le système et à le restructurer. Et elle y est parvenue grâce à la participation citoyenne, en se joignant aux luttes communautaires telles que la lutte contre LUMA [société d’énergie] et les luttes environnementales, et en trouvant des alliés au sein de son organisation.

En conclusion, pourriez-vous parler des stratégies actuelles de la lutte pour l’indépendance ?

Le processus de lutte pour l’indépendance est un processus continu, ardu et constant. C’est un processus rythmique. Porto Rico a connu des hauts et des bas. Dans les années 1930, 40 et 50, le Parti nationaliste était probablement l’un des mouvements les plus importants du XXe siècle. Il convient de mentionner que Pedro Albizu Campos, son chef suprême, a établi, avec les femmes, un grand précédent pour le travail des femmes au sein du parti, comme Blanca Canales. Elle a même organisé une solidarité internationale dans la figure des femmes états-uniennes, par exemple Thelma Mielke. Et nous avons poursuivi ce précédent.

Actuellement, le mouvement indépendantiste a trois grands pôles de travail. En interne, à Porto Rico, nous faisons un excellent travail pour rendre visible ce que le développement économique d’un pays durable et indépendant peut signifier. De cette façon, nous brisons le mythe selon lequel on ne peut pas vivre sans les États-Unis. Grâce à la crise économique, les jeunes et les femmes entrepreneures ont vu la nécessité de s’articuler sous de nouvelles formes économiques, de créer elles-mêmes un modèle économique de subsistance. Ainsi, elles nous aident à construire la vision de ce pays souverain et indépendant que nous voulons.

« Notre responsabilité en tant qu’indépendantistes est de démontrer ces projets, de montrer aux gens comment ils nous aident à construire un pays  ».

Cela fait également partie de notre projet politique d’indépendance de reconnaître la valeur de nos ressources naturelles et de les protéger. Nos ressources naturelles sont cooptées par des étrangers, principalement des États-uniens, des spéculateurs et des investisseurs qui viennent à Porto Rico par le biais de lois qui les protègent. Nous avons la tâche de sensibiliser les citoyens portoricains à la valeur des ressources qu’ils ont entre leurs mains : la valeur de la terre, la valeur de l’eau. Nous travaillons pour les empêcher de vendre leurs terres et leurs ressources à des investisseurs et des spéculateurs, pour nous protéger des entreprises qui viennent expérimenter sur des terres agricoles, comme c’est le cas avec Monsanto, et pour empêcher la contamination des terres, comme c’est le cas avec les cendres à Peñuelas. La protection de notre terre consiste également à empêcher la prolifération continue des antennes de télécommunications, qui non seulement contaminent la terre, mais nuisent également au corps humain par les rayonnements constants.

Nous avons un autre pôle de travail lié à la mobilisation de la solidarité internationale. Nous travaillons intensivement avec les Caraïbes à travers l’Assemblée des peuples des Caraïbes, nous travaillons avec l’ALBA mouvements et nous participons activement à la 3ème Assemblée continentale tenue en Argentine. J’ai adoré participer, surtout parce que nous portons la devise « sans les Caraïbes, il n’y a pas d’Amérique », et l’accueil que nous avons eu parmi les compagnons latino-américains a été révélateur. Je pense qu’il y a un terrain solide pour élargir nos liens de travail en Amérique du Sud.

Nous avons également des groupes de solidarité en Europe et aux États-Unis, en particulier des groupes de la diaspora. Le travail le plus important que nous faisons là-bas est d’aider les citoyens portoricains et les citoyennes portoricaines qui ont émigré aux États-Unis. Nous les aidons à prendre conscience du fait que la nécessité de déménager aux États-Unis est une politique active de ce pays de piller nos ressources humaines, qui sont la ressource la plus importante de tous les pays. Ces jeunes qui quittent Porto Rico sont victimes d’un processus d’extraction, comme s’il s’agissait de choses qui sont emmenées dans d’autres pays – dans ce cas, les États-Unis, à cause de la citoyenneté que nous n’avons pas demandée, mais qu’ils nous ont donnée, nous enlevant notre citoyenneté portoricaine.

Interview réalisée par Helena Zelic
Traduit du français par Andréia Manfrin Alves
Langue originale : espagnol
https://capiremov.org/fr/entrevue/esteli-capote-ni-letat-ni-leglise-ne-peuvent-passer-outre-les-droits-des-femmes-a-porto-rico/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...