Édition du 15 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Irruption du Nyiragongo : des disfonctionnements en cascade

Goma a échappé au pire après l’irruption du volcan Nyiragongo, qui a vue les coulées de lave s’arrêter aux portes de la ville. L’absence d’alerte de l’observatoire volcanologique de Goma, privé d’internet depuis 6 mois, et la communication chaotique des autorités, ont semé la panique dans la population.

Tiré d’AfrikArabia.

L’éruption soudaine, ce samedi, de l’un des plus puissants volcans d’Afrique a rapidement provoqué la confusion dans la ville de Goma, à l’Est de la République démocratique du Congo (RDC). Il faut dire que les habitants de la capitale du Nord-Kivu ont gardé en mémoire la dernière éruption du Nyiragongo, en janvier 2002. A l’époque, les coulées de lave avaient englouti une partie de la ville, faisant une centaine de morts. Cette fois-ci, les Gomatraciens ont eu davantage de chance. La lave s’est arrêtée, comme par miracle, à quelques centaines de mètres de l’aéroport et du centre-ville, dans le quartier de Buhene. Selon un premier bilan provisoire du gouvernement, 17 villages ont été touchés et 15 personnes sont mortes, dont 5 tués dans des accidents provoqués par la fuite de la population vers la frontière rwandaise, ou les villes congolaises de Bukavu ou Sake.

Du retard à l’allumage

Mais ce qui caractérise cette nouvelle éruption du Nyiragongo après 19 ans de sommeil, c’est qu’elle a pris tout le monde de court. La population tout d’abord, qui n’a reçu aucun message d’alerte de l’Observatoire volcanologique de Goma. Les autorités locales ensuite, qui ont mis plus de deux heures avant de réagir. Et enfin, le gouvernement qui a peiné à faire passer ses instructions faute de relais médiatiques. Conséquence : cette confusion a précipité plusieurs milliers de Congolais sur les routes à la recherche d’un lieu sûr pour se mettre à l’abri. Environ 15.000 habitants de Goma ont fui en direction de Bukavu et Sake, vers le Sud et l’Ouest de la ville, alors que 7.000 personnes ont traversé la frontière rwandaise, notamment vers Rubavu (Gisenyi).

Un volcan sans surveillance

La première surprise vient de l’absence d’alerte de l’Observatoire volcanologique de Goma (OVG), censé surveiller les moindres soubresauts du Nyiragongo et prévenir la population en cas d’activité anormale du volcan. Mais dimanche matin, sur les ondes de radio Okapi, surprise ! Le directeur de l’Observatoire reconnaît que le volcan n’était plus sous surveillance… depuis sept mois. Faute d’argent, l’Observatoire s’était retrouvé privé de connexion internet, une facture de 10.000$ n’ayant pu être honorée. Pour expliquer ce dysfonctionnement, le directeur de l’OVG a mis en cause l’absence de financement des autorités congolaises. Pour couronner le tout, la Banque mondiale, qui devait renouveler un programme de 2 millions de dollars sur quatre ans, a refusé de mettre la main à la poche, craignant des risques de malversations. En 2020, le député Jean-Baptiste Muhindo Kasekwa avait déjà tenté d’alerter le ministre de la recherche sur la mauvaise gestion de l’Observatoire volcanologique de Goma. Selon lui, sur les 351 employés de l’Observatoire, la majorité de ces emplois étaient fictifs. Sa question à l’Assemblée était restée lettre morte.

Un audit jamais effectué

En février 2020, le mouvement citoyen Lucha avait relayé les préoccupations des agents de l’OVG qui dénonçaient depuis 2018 une gestion opaque de l’institution « caractérisée par la corruption, l’abus de pouvoir par la hiérarchie et les détournements de fonds ». La Lucha s’inquiétait à l’époque des effets dramatiques que pouvaient avoir la mauvaise gouvernance de l’Observatoire volcanologique de Goma « qui gère la plus grande menace de la ville et de la région : le volcan Nyiragongo ». Le mouvement citoyen avait alors exigé un audit administratif et financier de l’OVG. Une recommandation jamais suivie d’effet.

Des consignes qui tardent

Le second dysfonctionnement vient du retard dans la communication du plan d’évacuation de la ville de Goma. Tôt dans la soirée, le gouverneur général militaire du Nord-Kivu a confirmé l’éruption du volcan, mais sans donné de consigne d’évacuation, indiquant que la protection civile communiquerait des informations ultérieurement. Mais il est déjà trop tard pour canaliser la population, qui commence à fuir. Les consignes de la protection civile arrivent en milieu de soirée : évacuation des hôpitaux du nord de la ville, fermeture des stations services et interdiction de se déplacer en voiture ou en moto. L’ordre est donné aux habitants d’évacuer vers la ville de Sake.

La RTNC aux abonnés absents

Le problème c’est que ces instructions sont données sur quelques radios locales et les réseaux sociaux, peu accessibles pour la majorité de la population. Pendant ce temps, la RTNC, la chaîne publique, diffuse des clip musicaux et une émission sur la santé, sans aucun décrochage sur les événements de Goma. Les Congolais sont informés sur l’évolution de la situation en écoutant les médias internationaux comme RFI ou France 24, et s’en étonnent sur les réseaux sociaux. Après son intervention dimanche matin sur la RTNC, qui a enfin ouvert son antenne à l’éruption du Nyiragongo, Patrick Muyaya, le porte-parole du gouvernement, a demandé au directeur général que « toutes les dispositions soient prises pour assurer une couverture en temps réel de la situation à Goma ».

Un Etat impuissant

Communication chaotique, carences de l’Etat, services publics défaillants, et sous-financés, soupçons de corruption à tous les étages… composent un cocktail détonnant qui aurait pu faire de l’éruption du volcan Nyiragongo une catastrophe bien plus dramatique si par miracle la coulée de lave n’avait pas stoppé sa course à quelques centaines de mètres du centre de Goma. Une expérience qui nous fait dire qu’il existe un fléau bien plus grand que les groupes armés et les catastrophes naturelles dans l’Est de la RDC : il s’agit de la faillite de l’Etat congolais, rongé par la corruption et la mauvaise gouvernance. Un fléau qui rend l’Etat impuissant à régler les crises qu’il traverse.

Christophe Rigaud – Afrikarabia

Christophe Rigaud

Journaliste pour le site de Pambazuka (http://pambazuka.org/). Journaliste, directeur du site Afrikarabia consacré à l’actualité en République démocratique du Congo (RDC) et en Afrique centrale.

http://afrikarabia.com/wordpress/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...