Édition du 19 février 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Les gilets jaunes

L'Appel à la grève générale de la CGT pour le 5 février et ses suites

Nous publions le texte de l’appel à la grève générale du 5 février par la CGT, la réaction de Solidaires qui entre dans le mouvement et le soutien de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon à l’appel d’Eric Drouet figure connue des Gilets jaunes de faire du 5 février le début d’une grève générale illimitée. Olivier Besancenot du Nouveau parti capitaliste a également donné son soutien à l’appel d’Éric Drouet. Une véritable convergence va-t-elle se concrétiser ? À suivre. (PTAG)

Pour répondre à l’urgence sociale, la CGT appelle à la grève le 5 février

PUBLIÉ LE 23 JAN. 2019 tiré du site de la CGT

Depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales. La CGT n’a cessé d’alerter les pouvoirs publics, de mobiliser dans les entreprises et les services contre des reformes régressives et pour une autre répartition des richesses produites dans le pays...

Depuis de nombreuses années, les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales. La CGT n’a cessé d’alerter les pouvoirs publics, de mobiliser dans les entreprises et les services contre des reformes régressives et pour une autre répartition des richesses produites dans le pays.

Gouvernement et patronat sont restés sourds et sont responsables de la crise actuelle.

Ce ne sont pas les mesurettes récentes annoncées par le gouvernement en réponse au mouvement des gilets jaunes qui répondent aux urgences sociales.
Les 57 milliards d’euros versés aux actionnaires des grandes entreprises démontrent l’ampleur des richesses créées par les travailleurs.

Au-delà des mobilisations des citoyen-ne-s depuis de nombreuses semaines, il est indispensable de construire un rapport de force, notamment par la grève, pour imposer au patronat la redistribution des richesses.
La CGT appelle les salarié-e-s, les agent-e-s, les jeunes comme les retraité-e-s, les privé-e-s d’emploi à se mobiliser ensemble par la grève et les manifestations pour obtenir :

• une augmentation du Smic, du point d’indice, de tous les salaires et pensions ainsi que des minimas sociaux ;
• une réforme de la fiscalité : une refonte de l’impôt sur le revenu lui conférant une plus grande progressivité afin d’assurer une plus grande redistribution des richesses et d’alléger le poids de l’impôt indirect (TVA, TICPE) pénalisant les salariés et les ménages, le paiement des impôts en France de grandes sociétés (ex. : GAFA), une imposition plus forte des plus hauts revenus et de la détention de capital ;
• la suppression des aides publiques aux entreprises (CICE, et exonérations diverses, etc.) qui ne servent ni l’emploi, ni la revalorisation des salaires, ni l’investissement de l’appareil productif et mettent à mal notre protection sociale ;
• le développement des services publics, partout sur le territoire, en réponse aux besoins de la population, avec des moyens suffisants en personnels pour un bon exercice de leurs missions ;
• le respect des libertés publiques tel que le droit de manifester remis en cause par le gouvernement.
La CGT appelle à tenir des assemblées générales, sur tous les lieux de travail et dans tous les secteurs professionnels, pour réussir la grève et les manifestations le mardi 5 février 2019 et débattre des suites à construire dans la durée.
Montreuil, le 17 janvier 2019


SOLIDAIRES APPELLE AU 5 FÉVRIER 2019

Après débats compte tenu de la manière dont cette journée a été unilatéralement annoncée, l’Union syndicale Solidaires appelle à la journée de grève et de manifestations du 5 février 2019.
 
Depuis novembre la colère sociale que nous sentions bouillir depuis plusieurs mois s’est répandue dans le pays. Elle porte principalement des exigences de justice sociale et fiscale dans un contexte où les inégalités et l’accaparement des richesses par quelques un-es deviennent tout simplement insupportable à une large majorité de la population.
 
Cette colère est juste face à une violence sociale qui plonge beaucoup dans une immense précarité. Elle est juste face à un débat confisqué depuis de trop nombreuses années par les néo- libéraux de toutes chapelles. La réponse ne peut pas être la violence des forces de maintien de l’ordre qui a déjà fait de trop nombreux mutilé-es et blessé-es. La réponse ne peut pas être non plus de tenter de noyer le poisson dans un faux débat qui pose en postulat de ne rien changer à l’ordre économique actuel. La réponse n’est pas plus dans le rejet de l’autre, le racisme, le sexisme, l’homophobie, l’exclusion.
 
La responsabilité du mouvement syndical est importante et il se doit de poser des actes forts. Depuis plusieurs mois, Solidaires propose aux autres organisations de s’unir sur des bases revendicatives fortes et de construire une grève générale reconductible pour peser dans le rapport de force et arracher des augmentations de salaire et des droits sociaux. Même si l’union reste difficile nous ne souhaitons ni tomber dans la posture, ni renoncer à la construire.
 
Nous essayons dans le même temps dans nos services, dans nos entreprises, avec les forces du mouvement social de construire la grève et amplifier ainsi les mobilisations et le blocage de l’économie. Dans le même temps, depuis plusieurs semaines, dans de nombreux endroits, nous participons aux actes proposés par les gilets jaunes qui se succèdent chaque samedi et nous manifestons pour tracter, discuter, échanger, lutter ensemble.
 
Nous appelons à manifester les prochains samedi et à poursuivre la construction des convergences qui sont en cours dans un nombre de plus en plus important de villes entre les gilets jaunes et le mouvement social, comme par exemple à Nantes, Dijon, Poitiers ou Toulouse.
 
Ces convergences se saisissent aussi ces derniers jours de la date du 5 février posée par la CGT. Pour Solidaires il ne peut s’agir d’une date isolée. Elle doit servir de point d’appui pour être toujours plus nombreuses et nombreux dans les manifestations, sans les opposer et pour amplifier encore le mouvement en débattant ensemble d’une grève générale reconductible.
 
L’Union syndicale Solidaires est disponible pour travailler avec toutes et tous, dans les lieux de travail, les assemblées et dans la rue.
Soyons massivement dans les rues et en grève pour les prochains actes, le 5 février et les jours qui suivront.


France isoumise Soutien à l’appel à la grève générale du 5 février

 Mercredi 23 janvier 2019 - Communiqué de Jean-Luc Mélenchon du 23 janvier 2019

Plusieurs figures du mouvement des gilets jaunes, dont Éric Drouet, appellent à une grève générale le 5 février prochain. Ils interviennent après que la CGT ait elle-même proposé que le 5 février soit une journée de grèves et de manifestations dans tout le pays. Je joins mon soutien à ces appels. Ils démontrent la vigueur du mouvement des gilets jaunes qui n’a pas été dissout par la supercherie du « grand débat ».

Les membres de l’inter-groupe parlementaire (Assemblée nationale, Parlement européen, Sénat) de la France insoumise sont convaincus de la nécessité de convergences entre le mouvement des gilets jaunes et le mouvement syndical, dans des perspectives d’action. Ils regardent donc de manière favorable, attentive et intéressée la proposition de grève générale pour le 5 février et se prononceront pour y appeler et mobiliser, à l’issu de sa réunion mardi 29 janvier.


Gilets jaunes : Besancenot se joint à l’appel à la grève générale illimitée à partir du 5 février

(tiré du site de Revolution permanente

Les appels fleurissent sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de la CGT d’un préavis de grève interprofessionnel le 5 février. C’est maintenant au tour d’Olivier Besancenot, du NPA, soutien de la première heure des Gilets. Eric Drouet appelle à une grève générale et illimitée à partir de cette date. C’est également le cas des Gilets Jaunes de Rouen. Lille ou Toulouse semblent également répondre présent à l’appel.

En s’adressant à l’ensemble de gauche politique et syndicale, il explique "qu’il faut arrêter de rester sur le côté du chemin". Plus généralement, il appelle les travailleurs et travailleuses à se saisir du préavis de grève, puisse-t-il être le début de journées de grève générale et illimitée.

"En termes d’efficacité on a besoin de passer ce plafond de verre qui est celui du nombre, on a besoin d’une mobilisation claire contre la répression, pour les salaires et la répartition des richesses, c’est-à-dire qu’on fasse une journée morte, on tire le rideau ! Oui le 5 février, ceux qui travaillent, arrêtez de travailler, saisissez-vous des préavis de grève"

A l’heure où la répression prend un tournant d’une violence inédite et où les Gilets Jaunes réclament une augmentation de salaire, le rétablissement de l’ISF ou encore que le gouvernement rende le CICE qui a permis à des entreprise de se gaver sur le dos des salariés, la journée du 5 pourrait être un tournant. Plus encore, il signale que jusqu’à maintenant le mouvement des Gilets jaunes et le mouvement syndical se regardaient "en chien de faïence". "Les Gilets jaunes ont fait un geste" explique—il, maintenant c’est tout ensemble qu’il faut y aller et arrêter le boulot !

Les richesses appartiennent à ceux et celles qui les produisent, bloquons l’économie !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Les gilets jaunes

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...