Édition du 20 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

L’élimination de la pauvreté des femmes est une question de droits

Depuis déjà plus de 20 ans, la CQMMF se mobilise de diverses façons afin de contrer la pauvreté des femmes. Nous n’avons aucune garantie d’obtenir justice sinon la ferme conviction qu’il est essentiel que notre société reconnaisse les discriminations causées par les inégalités économiques. La pauvreté des femmes est systémique.

La CRQMMF organise le 17 octobre 2020
À 12H : Drop des bannières contre la pauvreté des femmes
Pauvreté des femmes
Travail invisible des femmes
Logement
Salaire minimum et revenu minimum garanti

À 12H30 : rassemblement à la Place D’Armes (devant le ministère des finances, à côté du Château Frontenac) et un point de presse.

La pauvreté des femmes découle de décisions politiques et économiques. Ces décisions reproduisent des systèmes d’oppressions tels le patriarcat, qui maintient une division sexuelle du travail défavorable aux femmes et le néolibéralisme qui fait passer les profits des entreprises privées avant le droit de la population à une vie décente et le racisme systémique qu’il faut combattre comme un problème structural. La lutte à la pauvreté n’est pas une question de charité mais une question de droits des femmes et de droits humains. D’ailleurs, l’atteinte de l’autonomie économique demeure pour chaque femme une clé essentielle d’émancipation et de liberté.

Au Québec :
Les inégalités de revenus de travail entre les femmes et les hommes persistent. En 2017, pour chaque dollar gagné par un homme, une femme gagne 0,80$. Cet écart diminue très lentement. Si la tendance des dix dernières années se maintient, la parité sera atteinte dans environ 40 ans. (Campagne 5-10-15, 2017)

« En 2017, si on exclut les étudiant-e-s, chez les personnes gagnant moins de 15 $ l’heure, les femmes travaillent en moyenne 32,3 heures par semaine contre 35,3 heures pour les hommes. Si les femmes travaillent en moyenne moins d’heures par semaine que les hommes, c’est souvent parce que c’est encore à elles qu’incombe la majeure partie du travail domestique non rémunéré, y compris le soin des enfants et des parents âgés  » (Campagne 5-10-15, 2017)

«  En 2017, il y avait en moyenne 770 000 personnes qui gagnaient moins de 15 $ l’heure au Québec. Sur la population du Québec, 13% des hommes et près de 20 % des femmes gagnaient moins de 15$ l’heure. De l’ensemble des personnes gagnant moins de 15 $ l’heure, un peu moins de 6 sur 10 étaient des femmes. » (Campagne 5-10-15, 2017)

À l’international :
Les 26 plus riches détiennent autant d’argent que la moitié de l’humanité. (Agence France Presse, samedi le 19 janvier 2019.)

« les 22 hommes les plus fortunés au monde possèdent plus que l’ensemble de la population féminine d’Afrique » (Oxfam Québec, Celles qui comptent, 19 janvier 2020)


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...