Édition du 14 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Nucléaire : Lettre ouverte au premier ministre Justin Trudeau (traduit de l’anglais)

Des experts américains craignent que le Canada ne favorise la prolifération des armes nucléaires en subventionnant l’extraction du plutonium de notre vieux combustible CANDU.

Le 25 mai 2021

Monsieur le Premier ministre Justin Trudeau
Bureau du Premier ministre
80, rue Wellington Ottawa, ON K1A 0A2
justin.trudeau@parl.gc.ca

Monsieur le Premier ministre Trudeau,

Les auteurs de cette lettre, tous experts américains en non-prolifération des armements et dont plusieurs ont été fonctionnaires et conseillers du gouvernement dans ces dossiers, vous expriment leur inquiétude de voir que votre gouvernement appuie financièrement la jeune société Moltex, qui veut retraiter le vieux combustible CANDU, pour en récupérer le plutonium afin d’alimenter des réacteurs refroidis avec des sels fondusi.

Nous comprenons que votre gouvernement veuille promouvoir l’énergie nucléaire pour réduire l’utilisation des combustibles fossiles, mais il est tout aussi important de sauver le monde des armes nucléaire que de le sauver d’une catastrophe climatique. Comme l’on montré tant d’autres tentatives de retraitement, même un simple effort de recherche & développement comme celui de Moltex nous laisserait en héritage de coûteuses installations contaminées ainsi que des flots de déchets radioactifs qui nécessiteront un autre financement majeur du gouvernement pour qu’on puisse les décontaminer et les stabiliser avant d’en disposer.

Notre principale inquiétude, c’est qu’en soutenant le retraitement du combustible usé et l’extraction du plutonium, le gouvernement du Canada ne vienne saper le régime mondial de non-prolifération des armes nucléaires pour lequel il a tellement milité. En 1974, le Canada a été membre fondateur du Groupe des fournisseurs nucléaires, après que l’Inde eut fabriqué le plutonium nécessaire à ses premières armes nucléaires dans un réacteur de recherche fourni par le Canada et retraité ce combustible à l’aide d’une technologie reçue des États-Unisii.

Le Japon est aujourd’hui le seul État qui retraite son vieux combustible
nucléaire usé sans posséder d’armes nucléaires, ce qui suscite des controverses tant à l’intérieur du pays qu’à l’international. D’autres pays pourraient invoquer l’appui du Canada à Moltex pour justifier leur prochain effort de R&D sur le retraitement.

Le cycle du combustible que propose Moltex semble fondé sur la technique du pyrotraitement développée au laboratoire national américain Argonne. Comme ses concepteurs d’Argonne, Moltex prétend que cette technique est "résistante à la prolifération" même si des experts en non-prolifération de six laboratoires nationaux américains (dont Argonne) ont publié en 2009 une étude selon laquelle le pyrotraitement est aussi vulnérable à la prolifération que la technologie standard PUREX avec laquelle on extrait le plutonium civil et militaire dans le monde entier iii . Aux États-Unis, le Laboratoire national de l’Idaho utilise déjà le pyrotraitement pour traiter le combustible qui a été retiré du surgénérateur EBR-2 lors de sa fermeture mais le procédé s’est révélé extrêmement coûteux et peu fiable, sans pour autant fournir des déchets radioactifs assez stables pour qu’on puisse les éliminer en profondeur iv. En revanche, le combustible usé CANDU est déjà un déchet stable qui convient à l’élimination v .

Il y a cinquante ans, la Commission américaine de l’énergie atomique faisait la promotion du retraitement dans le monde entier, disant que les réacteurs surgénérateurs alimentés au plutonium étaient l’avenir de l’énergie nucléaire. Or, l’Inde a testé en 1974 sa première arme nucléaire en utilisant du plutonium qu’elle avait produit à l’aide des technologies et des matériaux que le Canada et les États-Unis lui avaient fournis à des fins pacifiques, dans le cadre de son programme civil de réacteurs surgénérateurs. Les États-Unis ont ensuite découvert que le Brésil, le Pakistan, la Corée du Sud et Taïwan (tous dotés de gouvernements militaires à l’époque) s’engageaient dans la même voie dangereuse. Heureusement, on a réussi à faire dérailler tous ces efforts de retraitement mais le Pakistan est quand même parvenu à fabriquer des armes nucléaires en enrichissant de l’uranium.

Cette expérience a incité la Maison-Blanche à réexaminer le dossier des réacteurs surgénérateurs et des combustibles au plutonium. On a alors découvert qu’on n’en avait pas vraiment besoin et qu’ils ne seraient probablement pas compétitifs par rapport aux réacteurs dont le combustible n’est pas retraité. Le président Carter annonçait donc en 1977 que les États-Unis allaient reporter indéfiniment le retraitement et la commercialisation des surgénérateurs vi. Depuis lors, cette conclusion a été confirmée par l’échec de tous les programmes de commercialisation des surgénérateurs à travers le monde.

Moltex prétend qu’en éliminant le plutonium et les autres éléments transuraniens du vieux combustible CANDU, on réduirait le risque à long terme d’un dépôt de déchets radioactifs en profondeur. Cette affirmation a été démentie à maintes reprises, à commencer par une étude fouillée que l’Académie nationale des sciences des États-Unis publiée en 1996vii. Le plutonium et les autres oxydes transuraniens étant relativement insolubles dans l’eau non oxygénée du sous-sol profond, ils sont peu absorbés par les plantes et par la paroi intestinale des animaux et des humains. Le danger des fuites d’un dépôt souterrain tiendrait surtout aux radio-isotopes plus mobiles et plus aisément absorbés, comme l’iode 129 dont la demi-vie est de
17 millions d’années et qui resterait dans les déchets s’il n’est pas rejeté dans l’environnement au moment du retraitement.

Avant que le Canada n’appuie à nouveau le retraitement du combustible, nous vous demandons avec insistance de réunir les meilleurs experts internationaux pour examiner à fond toutes les conséquences de la proposition de Moltex pour l’environnement et pour la prolifération des armes nucléaires. À notre avis, de telles études montreront que le retraitement est nuisible sur ces deux fronts.

Signataires de cette lettre à la page suivante avec leurs affiliations et leurs anciens postes au sein du gouvernement américain. Contact : Frank N. von Hippel, Université de Princeton.

cc. Chrystia Freeland, Vice-Première Ministre et ministre des Finances, Chambre des Communes, Ottawa, ON, Canada K1A 0A6. Chrystia.Freeland@parl.gc.ca
Marc Garneau, ministre des Affaires étrangères, Chambre des communes, Ottawa, ON, Canada K1A 0A6.
Marc.Garneau@parl.gc.ca
Erin O’Toole, chef du Parti Conservateur, Chambre des communes, Ottawa, ON, Canada K1A 0A6
Erin.OToole@parl.gc.ca ,
Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois, Chambre des communes, Ottawa, ON, Canada K1A 0A6
Yves-Francois.Blanchet@parl.gc.ca ,
Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti Démocratique, Chambre des communes, Ottawa, ON, Canada K1A
0A6 Jagmeet.Singh@parl.gc.ca ,
Annamie Paul, chef du Parti Vert du Canada, PO Box 997, Station B, Ottawa, ON K1P 5R1,
leader@greenparty.ca .

Signataires
Matthew Bunn, James R. Schlesinger Professor of the Practice of Energy, National Security, and Foreign Policy, Co-Principal Investigator, Project on Managing the Atom, Harvard Kennedy School.*
Thomas Countryman, ancien secrétaire d’État adjoint américain chargé de la non-prolifération (2011-17).
Steve Fetter, professeur de politique publique, Université du Maryland*, ancien directeur adjoint principal, Bureau de la politique scientifique et technologique, Maison Blanche (2009-12, 2015-17).
Robert L. Gallucci, professeur distingué en pratique de la diplomatie, Georgetown University*, ancien ambassadeur itinérant et secrétaire d’État adjoint aux affaires politico-militaires (1992-2001).
Richard L. Garwin, membre émérite d’IBM, Centre de recherche IBM Thomas J. Watson*, membre du Comité consultatif scientifique du président des États-Unis de 1962 à 1965 et de 1969 à 1972.
Alan J. Kuperman, professeur associé, LBJ School of Public Affairs, coordinateur du Nuclear Proliferation
Prevention Project (www.NPPP.org), Université du Texas à Austin*, ancien membre du personnel du Congrès (1989-93).
Henry Sokolski, directeur exécutif, Nonproliferation Policy Education Center,* adjoint pour la politique de non-prolifération, bureau du secrétaire à la défense (1989-93).
Sharon Squassoni, professeur de recherche, Elliott School of International Affairs, George Washington University*, ex-spécialiste de la non-prolifération au Département d’État américain et au Congressional Research Service.
Frank von Hippel, chercheur principal en physique et professeur émérite d’affaires publiques et internationales, Programme sur la science et la sécurité mondiale, Université de Princeton*, directeur adjoint pour la sécurité nationale, Bureau de la politique scientifique et technologique, Maison Blanche
(1993-4).

*Pour identification uniquement

i Présentations de la direction de Moltex, du sous-ministre délégué du ministère des Ressources naturelles du Canada
et du ministre de l’Énergie et du Développement des ressources naturelles du Nouveau-Brunswick lors de la
célébration, le 11 mai 2021, d’une subvention de 50,5 millions de dollars de Ressources naturelles à Moltex, organisée
par l’Organisation des industries nucléaires canadiennes. https://www.youtube.com/watch?v=b0Tg_Sh1NFY&t=102s

ii Groupe des fournisseurs nucléaires. https://www.nuclearsuppliersgroup.org/en/

iii R. Bari et al, "Proliferation Risk Reduction Study of Alternative Spent Fuel Processing", Brookhaven National
Laboratory, 2009. https://www.bnl.gov/isd/documents/70289.pdf

iv Ed Lyman, " The pyroprocessing files ", 12 août 2017. https://allthingsnuclear.org/elyman/the-pyroprocessing-files/ v Voir aussi Laboratoires nucléaires canadiens, A Feasibility Study on the Recyclng of used CANDU Fuel, 2016.

https://web.archive.org/web/20180927080537/http:/ontarioenergyreport.ca/pdfs/MOE%20-
%20Feasibility%20Study_Used%20Fuel%20Recycling%20-%20June%202016.pdf

vi Statement by the President [Carter] on His Decisions Following a Review of U.S. Policy.” 7 avril 1977.
https://www.nrc.gov/docs/ML1209/ML120960615.pdf

vii Nuclear Wastes : Technologies for Separations and Transmutation (National Academies Press, 1996),
https://www.nap.edu/catalog/4912/nuclear-wastes-technologies-for-separations-and-transmutation

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...