Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

La Commission mondiale décrit l'évolution du pouvoir géopolitique induite par les énergies renouvelables

D’après la Commission mondiale chargée d’examiner la géopolitique de la transformation de l’énergie, l’ère des nouvelles énergies permettra de redéfinir les relations entre les États et les régions et de créer « Un monde nouveau » en matière de pouvoir, de sécurité, d’indépendance énergétique et de prospérité.

Abu Dhabi, EAU : 11 janvier 2019 — Les leaders politiques et les chefs d’entreprise du monde entier ont décrit les importants enjeux géopolitiques liés à la transformation énergétique induite par le développement rapide des énergies renouvelables. La Commission mondiale chargée d’examiner la géopolitique de la transformation de l’énergie a indiqué dans un nouveau rapport présenté aujourd’hui, lors de l’Assemblée de l’Agence Internationale pour les Énergies Renouvelables (IRENA), que les conséquences géopolitiques et socio-économiques associées à l’ère des nouvelles énergies pourraient être aussi profondes que celles engendrées il y a deux siècles par le passage de la biomasse aux énergies fossiles. Nous pourrions notamment assister à des changements dans la position relative des États, à l’émergence de nouveaux leaders énergétiques et à une diversification des acteurs dans le secteur de l’énergie, à une modification des équilibres commerciaux et à l’émergence de nouvelles alliances.

Le rapport de la Commission « Un monde nouveau » laisse entendre que la transformation énergétique influera sur la manière dont les États gèrent actuellement les énergies. À l’inverse des énergies fossiles, les énergies renouvelables sont disponibles sous une forme ou une autre dans la plupart des zones géographiques. Cette abondance permettra de renforcer la sécurité énergétique et de favoriser une plus grande indépendance énergétique dans la plupart des États. Parallèlement, au fur et à mesure que les pays exploiteront les énergies renouvelables et intégreront leurs réseaux électriques à ceux des pays voisins, de nouveaux rapports d’interdépendance et de modèles commerciaux émergeront. La présente analyse démontre que les conflits liés au pétrole et au gaz diminueront, tout comme l’importance stratégique de certains points chauds maritimes.

D’après la Commission, la transformation énergétique donnera également naissance à de nouveaux leaders énergétiques et les importants investissements consentis dans les technologies d’exploitation des énergies renouvelables accroîtront l’influence de certains pays. La Chine, par exemple, actuellement en tête de la course aux énergies propres, a amélioré sa position géopolitique en devenant le plus important producteur, exportateur et installateur de panneaux solaires, d’éoliennes, de batteries et de véhicules électriques au monde. Les exportateurs d’énergies fossiles pourraient assister à une diminution de leur rayonnement et de leur influence à l’échelle mondiale, sauf s’ils adaptent leur économie à l’aune des nouvelles énergies.

« Le présent rapport constitue la première analyse détaillée consacrée aux conséquences géopolitiques de la transition énergétique induite par les énergies renouvelables. Ce rapport représente une étape importante visant à améliorer notre compréhension du problème », a déclaré le président de la Commission, Olafur Grimsson, ancien président de l’Islande. « La révolution des énergies renouvelables permet de renforcer le leadership mondial de la Chine, de réduire l’influence des exportateurs d’énergies fossiles et d’apporter l’indépendance énergétique à nombre de pays dans le monde entier. Un avenir géopolitique fascinant s’annonce pour certains pays d’Asie, d’Afrique, d’Europe et des Amériques. La transformation énergétique entraîne d’importants changements dans la répartition du pouvoir. »

« La transformation de l’énergie mondiale induite par les énergies renouvelables peut permettre de réduire les tensions géopolitiques actuelles liées à l’énergie, et elle favorisera la coopération entre les États. Cette transformation peut également permettre de réduire les enjeux sociaux, économiques et environnementaux qui figurent généralement parmi les principales causes d’instabilité et de conflit géopolitique », affirme Adnan Z. Amin, directeur général de l’IRENA.

« De manière générale, la transformation de l’énergie mondiale présente à la fois des opportunités et des défis », poursuit M. Amin. « Les avantages l’emporteront sur les inconvénients mais seulement à la condition que des mesures et stratégies adéquates soient mises en place. Il est essentiel que les leaders et les responsables politiques anticipent ces changements et qu’ils soient capables de gérer et de naviguer dans le nouvel environnement géopolitique. »

D’après la Commission, les pays qui dépendent fortement des importations d’énergies fossiles pourraient grandement améliorer leur balance commerciale et réduire les risques associés à la fragilité des voies d’approvisionnement énergétique et à la volatilité des prix du carburant en augmentant la part des énergies renouvelables sur leur marché national. Comme l’énergie est au cœur du développement humain, les énergies renouvelables peuvent permettre d’assurer un accès universel à l’énergie, de créer des emplois, d’alimenter une croissance économique durable, d’améliorer la sécurité alimentaire et de l’eau, et d’accroître la durabilité, la résistance au changement climatique et l’équité.

Le présent rapport a été présenté par la Commission lors de la neuvième assemblée de l’IRENA, en présence de ministres et de responsables politiques de haut rang issus de plus de 150 pays. Vous trouverez ici la liste complète des commissaires, ainsi que le rapport.

Geopolitics Commission launching the new report.jpg

###

À propos de la Commission mondiale chargée d’examiner la géopolitique de la transformation de l’énergie

La Commission mondiale chargée d’examiner la géopolitique de la transformation de l’énergie a été créée de manière indépendante par l’Agence Internationale pour les Énergies Renouvelables (IRENA), en janvier 2018, lors de la huitième assemblée de l’IRENA. La Commission, présidée par M. Olafur Grimsson, ancien président de l’Islande, et soutenue par les gouvernements de l’Allemagne, de la Norvège et des Émirats arabes unis, est chargée de sensibiliser l’opinion publique et de renforcer la compréhension des enjeux géopolitiques liés à la transformation énergétique induite par les énergies renouvelables. La Commission est composée de leaders expérimentés issus des secteurs de l’énergie, de la politique, du commerce, de l’environnement et du développement.

À propos de l’Agence Internationale pour les Énergies Renouvelables (IRENA)

L’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) est une organisation intergouvernementale appuyant aux pays dans leur transition vers un avenir fondé sur les énergies renouvelables. Elle constitue la principale plate-forme dédiée à la coopération internationale, sert de centre d’excellence et est dépositaire des connaissances sur les stratégies, le savoir-faire technologique, les ressources et les aspects financiers liés aux énergies renouvelables.

Mots-clés : Environnement

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...