Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Entretien d’Ashley Smith avec Gilber Achcar

La pandémie et la crise pétrolière pourraient provoquer le retour d'un deuxième printemps arabe avec une force redoublée

Alors que le monde est confronté à la crise économique mondiale exacerbée par la pandémie, quelles leçons les États-Unis peuvent-ils tirer de ceux qui se trouvent hors de leurs frontières ?

Dans cette interview, Achcar explique comment la guerre des prix dans les pays exportateurs de pétrole du Moyen-Orient a eu un impact sur le monde, les actions révolutionnaires qui pourraient conduire à un "deuxième printemps arabe" et comment la gauche américaine doit retrouver le vrai sens de l’internationalisme. L’interview a été modifiée pour des raisons de longueur et de clarté.

27/05/2020 | tiré et traduit de Viento sur

Ashley Smith : Quel impact la pandémie et la récession mondiale auront-elles sur le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord ?

Gilbert Achcar : Il y a un type d’impact que la région partagera avec le reste du monde : c’est, sans aucun doute, la grande crise économique qui se déroule et qui est déjà plus grande que tout ce que le monde a connu depuis le Grande dépression des années 1930.

Mais il y a quelque chose de spécifique à la région, c’est le pétrole et le gaz naturel. La zone dépend économiquement de ces ressources. Son prix a chuté pour atteindre des valeurs même négatives aux États-Unis pendant une courte période ; les vendeurs du brut ont payé les acheteurs pour s’en débarrasser car ils n’avaient pas d’espace pour le stocker.

Les dirigeants saoudiens ont contribué à provoquer cette catastrophe lorsqu’ils ont lancé la soi-disant guerre des prix du pétrole au début du mois de mars, juste au moment où la crise des coronavirus commençait à frapper. La combinaison de la surproduction et de la contraction de la demande, au milieu de la pandémie et de la récession, a provoqué cet énorme surplus de pétrole et l’effondrement du prix qui en a résulté.

Bien sûr, le prix sortira des niveaux abyssaux au fil du temps qu’il a atteint, mais il restera bas car la demande a diminué en raison du ralentissement économique pendant la pandémie. Cela aura un impact dévastateur sur tous les pays de la région. Et il en sera ainsi non seulement pour les pays exportateurs de pétrole, mais aussi pour les autres pays de la région. Beaucoup d’entre eux dépendent également des revenus pétroliers sous forme de prêts et d’investissements dans leurs économies par les pays riches en pétrole.

Mais l’impact ne sera pas le même pour tout le monde. Les pays riches en pétrole à faible population ou à revenu élevé par habitant, comme l’Arabie saoudite, mettront en œuvre des mesures d’austérité, mais disposeront d’énormes ressources financières sur lesquelles s’appuyer.

Les pays exportateurs de pétrole à forte population, comme l’Iran, l’Irak et l’Algérie, seront confrontés à des problèmes beaucoup plus importants. Leurs économies sont beaucoup plus faibles, ils ont moins de réserves financières, et ils seront obligés de prendre des mesures d’austérité strictes, provoquant l’indignation des personnes qui ont mené des révoltes au cours de l’année écoulée.

Tous les pays de la zone qui dépendent des producteurs de pétrole connaîtront une crise aiguë. Ils seront soudainement privés de l’argent du Golfe, ce qui a aidé des économies comme celle de l’Égypte à rester à flot, et cette situation augmentera l’austérité et la pauvreté. La région entière est donc confrontée à une crise économique et sociale plus profonde que celle de la dernière décennie.

Quel a été jusqu’à présent l’impact de la pandémie dans la région ?

Cela n’a pas été aussi apocalyptique que beaucoup le craignaient, du moins pas encore. Certains pays riches comme les Émirats arabes unis et le Qatar ont les moyens de faire face à la pandémie. Ils prennent en charge certains secteurs de la population, mais pas d’autres, en particulier les travailleurs manuels migrants.
Ces migrants vivent déjà dans des conditions terribles et pourraient se retrouver dévastés par la pandémie si le virus les infecte. Mais le reste de la population sera plus isolé et bénéficiera de conditions similaires à celles des pays du Nord, si ce n’est meilleures.

D’un autre côté, si le virus se propage dans des pays comme l’Égypte ou l’Irak, sans parler du Yémen, où les conditions pour la majorité de la population sont très précaires, il aura un impact terrible. L’Iran a déjà été gravement touché par le virus, et il semble que ce soit le tour de la Turquie maintenant.

Que va produire la pandémie et l’effondrement des prix du pétrole sur l’équilibre géopolitique du pouvoir dans la région ?

Les pays du Golfe riches en pétrole tels que l’Arabie saoudite ont d’importantes réserves financières et ne subiront donc pas un recul majeur dans leur influence dans la région. Au contraire, l’influence de l’Iran sera sérieusement affecté. Il souffre déjà des sanctions américaines , qui ont aggravé les conséquences de la pandémie et de l’effondrement des prix du pétrole.

La guerre du pétrole saoudienne a frappé l’économie iranienne, ce qui était la première et principale intention de Riyad. La combinaison de toute cette situation est catastrophique pour l’Iran. Sa capacité à consolider son influence dans la région grâce à ses troupes de soutien en Irak, en Syrie et au Liban sera sérieusement limitée.

Derrière l’Arabie saoudite se trouvent les États-Unis, et leur capacité conjointe à contrôler géopolitiquement la région est bien plus grande que celle de l’Iran et de ses timides alliés comme la Russie et la Chine, qui sont moins en mesure d’influencer le cours des événements.

Mais toutes les grandes puissances de la région sont confrontées à de grands problèmes en raison de la crise. Et, si les luttes reviennent lorsque la pandémie s’apaise, l’initiative pourrait être reprise par les mouvements populaires.

Parlons maintenant de la situation des luttes d’en bas. Au cours de la dernière année, nous avons assisté à une nouvelle vague de révoltes que beaucoup appellent un « deuxième printemps arabe ». Quelle est la situation de ces luttes actuellement ?

L’année dernière, nous avons assisté à une vague mondiale de résistance de l’Amérique latine au Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et à Hong Kong. Toutes ces luttes ont été paralysées par la pandémie.

A Hong Kong, le gouvernement et son soutien à Pékin ont profité de cette situation pour appliquer des politiques répressives contre le mouvement. Au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, C’est la même histoire. En Algérie, les manifestations massives qui ont eu lieu chaque semaine ont cessé et des arrestations ont eu lieu. Au Soudan, au Liban et en Irak, les luttes ont également été suspendues.

La pandémie a permis aux États d’imposer des fermetures, ce qu’ils ne font pas pour des raisons de santé, mais pour des raisons politiques. Ils ont été ravis de le faire, non pas parce qu’ils se soucient de la santé des gens, mais parce qu’ils ont saisi l’occasion de mettre fin aux manifestations.

Une fois la pandémie terminée, il faut s’attendre à une résurgence des luttes, même à plus grande échelle, face à l’aggravation de la crise sociale. En fait, une reprise du mouvement a déjà eu lieu au Liban et en Irak. Les Libanais ont été poussés à manifester par l’effondrement de l’économie. Ils ne peuvent pas faire face à leurs besoins de base comme la nourriture.

Le Soudan a été l’un des pays clés de cette dernière année de mobilisation . À votre avis, à quoi ressemble la situation actuelle ?

Il est dans un processus de changement constant, et ce depuis le mois de juillet, lorsque le mouvement est parvenu à un accord de transition avec l’armée. Cet accord a créé ce que je qualifierais de situation de -dualité de pouvoir entre le mouvement populaire et l’armée, qui coexistent dans le même État. Mais ce n’est qu’un stade provisoire et tendu ; elle devra se terminer par la victoire de l’une des deux parties, l’armée ou le mouvement.

L’armée a tenté de profiter de l’ impasse de la lutte pour bloquer la mise en œuvre de certaines concessions qu’elle avait acceptées. Ils pourraient certainement essayer quelque chose comme un coup d’État. Mais le mouvement populaire résisterait à cette tentative, transformant alors le pays en une confrontation ouverte entre les luttes populaires et l’armée.

Quelles sont les causes profondes des vagues de protestations qui persistent dans la région ? Quel lien ont-elles avec le schéma des mobilisations mondiales que nous observons et quels aspects seraient spécifiquement liés à l’économie politique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ?

Le néolibéralisme a eu un impact commun à travers le monde, mais il existe également des spécificités nationales et régionales. À l’échelle mondiale, l’offensive néolibérale fondée sur les privatisations, la déréglementation et la mondialisation a accru les inégalités sociales et démantelé les filets de protection sociale. Tout cela a provoqué un mouvement de résistance irrégulier, mais de dimension mondiale.

Bien que, comme je l’ai fait valoir, depuis les printemps arabes de 2011, la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord se trouve à un tournant spécifique, différent et révolutionnaire en raison de l’interaction entre le néolibéralisme mondial, les régimes de nature absolutiste, bon nombre de ses États, et sa dépendance économique au pétrole.

Cette combinaison a provoqué un blocage du développement économique de la région. Les régimes nient les libertés à leurs peuples, dépendent des rentes pétrolières et gazières et l’argent des sociétés privées ne va pas vers le développement économique mais vers des investissements spéculatifs.

Tout cela a rendu l’impact du néolibéralisme beaucoup plus grave ici qu’ailleurs. Par exemple, la région a enregistré les taux de chômage des jeunes les plus élevés au monde. Les voies possibles pour changer cette situation difficile par des élections démocratiques sont exclues.

Vous ne pouvez pas voter pour expulser un gouvernement, changer l’équipe d’administration et modifier la politique comme vous le pouvez en Europe ou aux États-Unis. C’est la raison pour laquelle les mobilisations sont allées bien au-delà des manifestations qui ont eu lieu dans des pays comme le Chili, l’Espagne ou la Grèce.
Le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont entrés dans un long processus révolutionnaire. En l’absence d’une transformation radicale de l’ensemble de la structure sociale, économique et politique, la zone restera frappée par une crise profonde.

Deux vagues de mobilisations sont passées dans la région. Quel équilibre pouvons-nous faire jusqu’à présent ? Et que pouvons-nous apprendre du processus révolutionnaire ?

Au cours de cette période, dix pays de la région ont connu d’importantes mobilisations. Six en 2011, quatre de plus en 2019 : près de la moitié des pays de la région ont connu des mobilisations massives et soutenues au fil du temps.
Cela signifie une vague révolutionnaire d’impact significatif dans la région, comparable à ce que l’Europe a vu à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette ampleur du processus montre que ces mobilisations ne sont pas seulement les formes habituelles de résistance contre le néolibéralisme.

Le mouvement a mûri politiquement depuis la première vague de protestations jusqu’à ces deuxièmes mobilisations. C’est caractéristique des processus révolutionnaires à long terme, comme beaucoup d’autres que nous avons vus dans l’histoire. Ils connaissent une courbe d’apprentissage : le mouvement populaire et les classes dirigeantes apprennent au cours du processus.

Au printemps arabe de 2011, les forces fondamentalistes islamiques ont été des acteurs clés. Ils formaient l’une des plus grandes forces d’opposition aux dictatures, et lorsque les mobilisations ont commencé, ils sont montés dans le train en marche et ont tenté de se les approprier à leurs fins réactionnaires.

Malheureusement, ils ont réussi dans plusieurs pays, marginalisant des forces progressistes qui n’étaient pas suffisamment indépendantes, ni organisées de manière suffisante pour offrir une alternative politique. En conséquence, nous assistons à une confrontation entre deux pôles contre-révolutionnaires : les anciens régimes, d’une part, et les fondamentalistes islamiques, d’autre part.
Dans certains pays, ce conflit a pris la forme de guerres civiles tragiques et sanglantes. Au niveau régional, la phase révolutionnaire initiale s’est transformée en phase contre-révolutionnaire depuis 2013. Depuis lors, les anciens régimes ont réussi à restaurer leur pouvoir dans la région, comme c’est le cas en Syrie et en Égypte, et en partie en Tunisie.

Comment le mouvement a-t-il refait surface ? En quoi cette nouvelle vague de mobilisations est-elle différente de la précédente ?

Le mouvement ne s’est jamais été complètement éteint. Malgré les complications survenues après 2013, le processus révolutionnaire s’est poursuivi avec des explosions occasionnelles dans toute la région, du Maroc à la Tunisie, du Soudan, à l’Irak et à la Jordanie. Puis une nouvelle vague de protestations a commencé en décembre 2018 au Soudan, et s’est étendue à l’Algérie, à l’Irak et au Liban. Les médias ont appelé ce processus le deuxième printemps arabe.

Dans cette nouvelle phase, les forces fondamentalistes islamiques qui avaient tant excellé dans la première phase, ont joué peu de rôle. Au Soudan, ils se sont initialement alliés à la dictature. En Irak et au Liban, les forces fondamentalistes alliées à l’Iran ont été la cible principale des mobilisations.

En Algérie, une partie des forces fondamentalistes a collaboré avec le régime et le mouvement ne leur a laissé aucun rôle. Malheureusement, cependant, aucune force progressiste n’avait la capacité d’offrir une sortie nationale.

Sur cette question d’une alternative progressive, le Soudan donne l’exemple au reste de la région. Il a réalisé les conquêtes les plus avancées des dix pays qui ont connu des soulèvements.

Que pouvons-nous souligner de ce que les forces progressistes ont fait au Soudan ?

Ils ont construit un mouvement organisé qui opère à différents niveaux. À la base se trouvent des organisations de quartier. Elles comprennent des milliers de personnes, principalement des jeunes, dont la plupart ne sont affiliées à aucun parti, mais ont été radicalisées par le processus révolutionnaire et sont leur principal moteur. C’est leur conscience critique qui explique pourquoi elles veulent conserver leur autonomie locale et rejeter le centralisme.

Ces comités ont délégué le droit de représentation du mouvement populaire à une coalition d’associations professionnelles, qui avait été formée clandestinement avant le soulèvement, et qui est composée de médecins, d’avocats, de journalistes, d’enseignants et de professeurs.

L’Association professionnelle soudanaise a joué le rôle de coordination et de centralisation des luttes au niveau national. Elle a conclu une coalition avec les partis politiques pour former un front uni d’opposition à la dictature, la forçant à un accord de transition consistant en une répartition du pouvoir. C’est la situation de double pouvoir que j’ai décrite ci-dessus.

Le Soudan illustre ainsi le type d’organisation nécessaire à un mouvement populaire progressiste pour obtenir plus de succès. Cela ne signifie pas que le mouvement a remporté une victoire finale ; il existe toujours une situation de blocus tendu entre le mouvement et la dictature.

Enfin, quels sont les principaux enseignements de ces expériences pour la gauche de la région ? Et quelle devrait être la position de la gauche internationale face à ces luttes ?

Il existe deux types d’enseignements. Premièrement, tous les mouvements de gauche dans le monde peuvent apprendre des expériences dans ce domaine. L’exemple du Soudan de la construction de mouvements populaires qui a donné naissance à un front de combat progressif est utile partout dans le monde. Imaginez si un tel mouvement était né autour du sénateur Bernie Sanders ! Il aurait alors pu être un large mouvement social avec des comités actifs dans les quartiers du pays, comme nous l’avons vu au Soudan.

Le deuxième enseignement concerne l’internationalisme. Le printemps arabe a mis la gauche internationale dans la position de soutenir les régimes ou mouvements populaires dans les pays dont les gouvernements étaient en conflit avec Washington. Cela a posé un défi pour de nombreuses secteurs de la gauche qui sont habitués à regarder le monde à travers une simple opposition binaire impérialisme / anti-impérialisme.

Les soulèvements dans la région ont remis en cause ce cadre. Ils ont eu lieu contre des régimes soutenus par les États-Unis, tels que l’Égypte, la Tunisie ou le Barheïn, et également contre d’autres opposés aux États-Unis, comme la Libye ou la Syrie ; ces derniers ont été soutenus par la Russie, une autre puissance impérialiste.
Beaucoup de gens qui se considèrent de gauche aux États-Unis ont soutenu le régime syrien parce qu’il était en désaccord avec les États-Unis et ils ne voulaient pas faire preuve de solidarité avec la révolution syrienne, même dans sa phase populaire initiale. Ils ont continué à défendre le régime, malgré toutes les atrocités qu’il avait commises. Ce qui est ironique, c’est qu’ils l’ont fait au nom de l’anti-impérialisme, alors qu’en réalité le régime syrien était soutenu par une autre puissance impérialiste, comme la Russie, qui était activement impliquée dans les massacres en Syrie.

Cette position n’a rien à voir avec l’internationalisme, qui signifie avant tout la solidarité des exploités et des opprimés. La gauche devrait être dans toutes les luttes aux côtés des opprimés et des exploités, car cela seul peut être la lutte pour la démocratie et la justice sociale, que l’État auquel ils sont confrontés soit un allié ou un ennemi de Washington.

L’internationalisme n’a jamais été de soutenir une puissance impérialiste contre une autre ; il s’agit de la solidarité entre les opprimés et les classes ouvrières à travers les frontières. Il est très important que nous retrouvions ce sens profond de l’internationalisme.

Gilbert Achcar est professeur d’études du développement et des relations internationales à SOAS, Londres. Ses livres les plus récents sont Marxism, Orientalism, Cosmopolitanism (2013), The People Want (2013) et Morbid Symptoms : Relapse in the Arab Spring Uprising (2016).
Interview d’Ashley Smith publiée dans Truthout le 05/06/2020
https://truthout.org/articles/pandemic-and-oil-crisis-could-make-second-arab-spring-return-with-a-vengeance/

Traduction en espagnol : Viento sur

Gilbert Achcar

Originaire du Liban et enseigne les sciences politiques à l’Université de Paris-VIII.

Son livre le plus connu Le choc des barbaries est paru en édition de poche (10/18) en 2004. Un livre de ses dialogues avec Noam Chomsky sur le Moyen-Orient, Perilous Power, édité par Stephen R. Shalom, paraîtra bientôt en traduction française aux éditions Fayard.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...