Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Economie canadienne

Le Conseil de l'automobile d'Unifor demande de nouveaux investissements au Canada

LONDON, ON, le 1er juin 2016 - Réunis avant le début des négociations avec les trois grands constructeurs automobiles de Detroit cet été, les délégués du Conseil de l’automobile d’Unifor ont voté à l’unanimité pour faire de l’obtention de nouveaux investissements au Canada, y compris l’attribution de nouveaux produits, la priorité des pourparlers.

« Quand nous entamerons les négociations, la principale priorité sera de maintenir et d’élargir la présence de l’industrie au Canada », a déclaré Chris Taylor, président du Conseil de l’automobile et président de la section locale 200 de l’usine de moteurs Ford de Windsor.

« Nos membres ont pris cette décision à l’unanimité, aujourd’hui. »

Les 120 délégués du conseil, représentant les comités de négociation de General Motors, Ford et Fiat Chrysler Canada, ont adopté des résolutions unanimes demandant à chaque entreprise de s’engager à faire fabriquer de nouveaux produits au Canada et à ce que des mandats d’investissement précis soient accordés au Canada pour l’assemblage et la fabrication de groupes motopropulseurs.

Ils étaient venus à London, pour les sections locales d’Unifor des usines ontariennes des trois grands de l’auto de Detroit, pour présenter les priorités de chacune de ces usines en vue des négociations. Avant ces réunions, les représentants de chacune des sections locales des trois grands de l’auto s’étaient réunis pour évoquer leurs principales préoccupations. La réunion d’aujourd’hui leur a permis d’établir les priorités de l’ensemble de l’industrie.

« Les priorités que nous avons établies, en faveur de nouveaux produits et d’engagements envers des mandats d’investissement, veulent assurer le maintien de la prospérité de notre industrie et de nos villes », a déclaré Chris Taylor.

La réunion du conseil a été ouverte par le président national d’Unifor, Jerry Dias, qui a expliqué que ces nouveaux investissements seraient avantageux pour l’ensemble de l’économie canadienne. Il a également déclaré qu’Unifor est résolue à obtenir des améliorations pour d’autres aspects clés, comme les salaires et de nouvelles dispositions d’embauche.

« L’industrie automobile représente des avantages considérables pour nos villes, sur le plan des emplois indirects, des salaires que nos membres dépensent dans leur milieu et des impôts qu’ils paient et qui contribuent à financer notamment les écoles et les hôpitaux », a-t-il poursuivi.

Enfin, il a souligné que pour chaque emploi dans le secteur de l’automobile, neuf autres sont créés dans l’ensemble de la collectivité chez les fournisseurs et autres entreprises qui vendent aux usines d’automobiles, en plus de ce que dépensent ces travailleurs.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Sur le même thème : Economie canadienne

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...