Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Le Liban dans la tourmente

Le 14 octobre 2021, lors d’une manifestation menée par des partisans du Hezbollah et du mouvement chiite Amal, des tireurs d’élite prétendument affiliés aux « Forces libanaises » – une milice chrétienne maronite – ont ouvert le feu depuis les toits, tuant sept manifestants non armés et en blessant plusieurs autres. La situation s’est aggravée, provoquant un échange de coups de feu entre les habitants de deux quartiers voisins. Les braises de la guerre civile ont flambé. A ce moment son retour semblait presque inévitable.

crédit photo : Shahen Araboghlian wikicommons

Tiré de Plateforme altermondialiste.

Le climat politique libanais est déjà saturé des conditions d’une reprise des combats intercommunautaires, mais jusqu’à présent aucun groupe n’a voulu pousser le pays dans cet abîme – en partie parce qu’aucune autre formation militaire ne peut rivaliser avec les capacités du Hezbollah. C’est ce que la plupart des gens pensaient. Les Forces libanaises et leur chef – le meurtrier condamné Samir Geagea – ont peut-être maintenant atteint ce statut, en grande partie grâce au soutien sans précédent des États-Unis et de l’Arabie saoudite. Geagea et ses camarades bandits ont un long bilan d’assassinats et d’activités génocidaires pendant la guerre civile, y compris le tristement célèbre massacre de 1982 de civils palestiniens à Sabra et Chatila, facilité par l’armée israélienne.

L’incident du 14 octobre a reçu une énorme attention dans les médias du monde, en particulier en Europe et aux États-Unis. Mais ce qui est étonnant dans la couverture du New York Times , du Times de Londres, du Monde , de la BBC, de CNN, etc., c’est la tendance uniforme à déformer ce qui s’est passé au Liban ces dernières années, et à convaincre les lecteurs que la souffrance du peuple libanais se dissipera dès que l’hégémonie du Hezbollah sera réduite.

Il est indéniable que le Hezbollah est une force politique et militaire redoutable au Liban depuis le début des années 1990. Mais présenter le groupe comme ayant une emprise de fer sur le pays échappe aux dynamiques complexes qui animent sa politique sectaire. En fait, l’armée libanaise, le système bancaire, le commerce, les tribunaux et la justice, l’industrie des services et du tourisme, les systèmes éducatifs, les services de santé et les agences gouvernementales sont complètement hors de portée des milices chiites. Dans bon nombre de ces secteurs, les États-Unis continuent d’exercer plus d’influence plus que n’importe quel acteur au Liban lui-même.

Les événements qui ont précédé la manifestation du 14 octobre en sont un bon exemple. La colère populaire s’est concentrée sur la conduite de Tarek Bitar, le juge qui a dirigé l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth le 4 août 2020. Les lois en vigueur au Liban restreignent les poursuites contre les hauts responsables d’État – en particulier les présidents, premiers ministres, ministres et députés – pour faute professionnelle pendant leur mandat. De telles infractions doivent être déférées à un tribunal spécial qui n’a pas encore été établi (et ne le sera peut-être jamais). Bitar, cependant, a ignoré ces restrictions et a insisté pour interroger certains ministres alignés sur le Hezbollah.

Cela a créé des soupçons de chicane de la part du juge en fuite. De nombreux Libanais sont convaincus que l’enquête de Bitar exécute secrètement un complot bien orchestré contre l’alliance politique plus large autour du Hezbollah, qui comprend le Mouvement Amal (contrôlé par le Président du Parlement libanais Nabih Berri), le Parti Marada (dirigé par le homme politique maronite Suleiman Frangieh) et certains hauts responsables politiques sunnites.

Il est raisonnable de hausser les sourcils face à la poursuite par Bitar de personnalités politiquement proches du Hezbollah. Certains ont demandé pourquoi le juge n’avait pas poursuivi d’autres suspects de premier plan qui semblaient avoir un rôle plus direct dans le processus par lequel 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium ont été mal stockées et ont explosé l’année dernière. Il semble qu’au début de l’enquête, Bitar ait en fait poursuivi ces coupables potentiels, jusqu’à ce qu’on lui ordonne d’en haut , de ne pas les toucher . Des responsables proches du président Michel Aoun, l’armée libanaise et le camp anti-Hezbollah s’en sont ainsi tirés d’affaire. A leur place, il semble que Bitar ait décidé de s’en prendre à ceux qu’il considère comme le maillon faible : le Hezbollah. Si cela nous dit quelque chose sur la société libanaise...

Les politiciens libanais ont tendance à convenir que l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth devrait être une priorité nationale. Ce sur quoi ils sont en désaccord, c’est la direction de l’enquête. Chaque camp veut déplacer l’attention sur eux-mêmes et sur leurs adversaires. Les Libanais ordinaires, quant à eux, se méfient de la politisation de l’enquête : au lieu de trouver et de punir les responsables, il existe une conviction largement répandue que les États-Unis et leurs alliés européens, régionaux et locaux exploitent le système judiciaire pour détruire la coalition politique du Hezbollah et affaiblir la milice chiite. C’est encore du déjà vu. Nous avons déjà vu de telles parodies – lorsque les tentatives de puissances extérieures pour « sauvegarder la démocratie libanaise » s’avèrent être des complots de soft power visant à saper les acteurs anti-américains,

L’insistance actuelle des États-Unis sur « l’indépendance » de la justice libanaise ne peut être vue qu’à travers cette lentille. Il y a moins d’un an, les États-Unis ont fait pression sur les tribunaux libanais pour qu’ils libèrent un criminel de guerre du nom d’Amer Fakhoury qui, en tant qu’officier de l’armée pro-israélienne du Sud-Liban, était autrefois le directeur principal de la tristement célèbre prison de Khiam, créée par Israël et dirigé par des officiers de l’ALS pour torturer et exécuter ceux qui ont résisté à l’occupation israélienne du sud du Liban. Les États-Unis ont menacé les politiciens et les juges libanais qu’ils seraient mis sur liste noire et placés sous sanction économique s’ils refusaient de libérer Fakhoury (lui-même citoyen américain). Malgré l’énorme volume de preuves contre lui, y compris les témoignages d’anciens collaborateurs et prisonniers, le juge libanais chargé de l’affaire a cédé et l’a relâché, et Fakhoury a été ramené aux États-Unis par jet privé.

De nombreuses questions sur l’explosion du port restent sans réponse, et il est devenu impossible pour toute enquête d’acquérir ne serait-ce qu’un vernis d’impartialité. Le nitrate d’ammonium était bien entendu stocké au port de Beyrouth suite à une décision de justice de le confisquer à un navire dont l’armateur avait des dettes impayées envers un marchand libanais. Alors, naturellement, la première personne que l’on voudrait interroger est le juge qui a ordonné la confiscation. Mais ce juge a été soustrait à l’enquête par ses supérieurs. En l’absence de personnes à condamner, le premier coupable de cette saga est le système judiciaire libanais lui-même.

Le deuxième coupable, cependant, est l’alignement des puissances étrangères ayant des intérêts acquis au Liban. À ce jour, les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et même la Russie ont refusé de remettre les images satellites documentant l’explosion aux autorités libanaises. Ils ont fourni les images d’avant et d’après l’explosion, mais pas les minutes où l’événement lui-même a eu lieu. De plus, à la suite de la guerre Israël-Hezbollah de 2006, une énorme flotte d’observateurs de l’ONU était stationnée dans et autour du port de Beyrouth à la demande d’Israël et des États-Unis, dans le cadre d’un accord entre le gouvernement libanais et l’ONU. Ils sont assistés par un large groupe d’officiers du renseignement des États-Unis, du Royaume-Uni, de France et d’autres pays, qui s’efforcent d’intercepter les livraisons d’armes au Hezbollah. Ce qui soulève la question : si le Hezbollah a réussi à faire venir 2 700 tonnes d’explosifs, comment cela n’a-t-il pas attiré l’attention de ces responsables ?

L’armée libanaise est également confrontée à des questions, bien que Bitar ait choisi de ne pas les poser. Une directive avait été émise par les forces armées selon laquelle toute arme ou matériel pouvant être utilisé dans la fabrication d’explosifs doit recevoir une approbation spéciale avant de pouvoir être déchargé, stocké ou transporté n’importe où dans le pays (que ce soit via un port maritime, un aéroport ou un point terrestre) . Comment, alors, le nitrate d’ammonium a-t-il été déchargé et stocké sans l’autorisation de l’armée, qui a ses propres observateurs et une base sur le site de l’explosion ?

Que Bitar soit personnellement corrompu ou non, il est clair qu’il est soit politiquement motivé, soit manipulé par des acteurs externes cherchant à régler des comptes avec le Hezbollah. Les violences du 14 octobre ont eu lieu exactement au même endroit où, il y a 46 ans, des militants du parti maronite Kata’ib (l’organisation mère des Forces libanaises) ont tendu une embuscade et tué 27 Palestiniens revenant d’un match de football en bus. Le refus de la justice libanaise d’arrêter et de poursuivre les auteurs a conduit à des représailles et des contre-représailles, et finalement à la guerre civile. Le système juridique libanais se trouve aujourd’hui dans une position similaire. Plutôt que de rendre justice, Bitar contribue aux nombreux chaos qui ravagent le pays. Quelles que soient ses intentions, les conséquences pourraient être horribles

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...