Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

« Le discours anticapitaliste n’est plus transgressif : l’écologie doit être l’avenir de la gauche »

Lendemain de vote à EELV. La co-candidature de Julien Bayou et de Sandra Regol est arrivée en tête pour prendre la succession de David Cormand. L’heure est désormais au rassemblement alors que plusieurs stratégies s’affrontent, dont celle incarnée par Alain Coulombel qui plaide pour un rassemblement de la gauche et des écologistes. Sandra Regol, porte-parole du parti, est l’invitée de #LaMidinale.

Tiré de regards.fr

VERBATIM

Sur les gilets jaunes

« Le désespoir qu’expriment les gilets jaunes n’a pas faibli depuis un an. »
« Le seul discours qu’entend l’Etat de la part des gens qui souffrent, c’est quand on a recours à la violence. »
« On a d’un côté des gilets jaunes qui sont épuisés par une situation sociale et la violence et, de l’autre, on a les forces de l’ordre qui sont épuisées par la situation sociale et la violence. »
« J’ai l’impression que l’Etat n’en a un peu rien à faire de la réelle détresse qu’il y a des deux côtés : que ça soit des forces de l’ordre ou au sein de la société. »

Sur le 5 décembre

« On est du côté des grévistes parce que leurs revendications sont légitimes. La casse sociale est extrêmement violente. »
« C’est pour les générations qui viennent que ça va être très violent. »

Sur les résultats du congrès EELV

« Les militants nous ont envoyé un signe : ils sont d’accord avec le travail que nous avons mené. »
« Les militants nous donnent la chance, après avoir écopé le bateau, de lui donner un cap vers la victoire, peut-être pas pour EELV mais pour les valeurs de l’écologie en France. »
« De Cormand à Jadot il n’y a rien d’autre qu’un parti, un collectif, qui avance ensemble. »

Sur la gauche et les écologistes

« Nos racines sont à gauche, n’importe qui chez nous vous le dira. Mais la gauche a failli à ses engagements par rapport aux Français. »
« Les militants veulent renverser le capitalisme et le système pour mettre fin au libéralisme. Mais jamais leur référentiel est celui de la gauche. »
« Le pouvoir n’est pas une fin en soi. Il est un outil. »
« Le discours anticapitaliste n’est même plus transgressif donc l’écologie doit être l’avenir de la gauche. »

Sur les autres candidats du Congrès EELV
« Il n’y a pas tant de différence entre Eva Sas, Alain Coulombel, et nous, si ce n’est dans la méthodologie. »
« Nous avons une différence avec Alain Coulombel qui est l’emploi du mot gauche qu’il revendique plus volontiers là où ma génération a plus de douleur à l’employer, parce qu’elle nous a déçue. »

Sur les municipales de 2020

« Je ne parle jamais d’autonomie parce que c’est une expression qu’on employait par rapport au PS. Et notre parti ne vit plus par rapport au PS depuis très longtemps. »
« Aux municipales, EELV n’est jamais tout seul : soit on est avec des collectifs citoyens, soit on est dans des archipels, soit on est dans des initiatives de “gauche et écologie”, soit on est dans des rassemblements d’écologistes, mais on n’est jamais tout seul parce que, pour gagner, c’est mieux d’y aller ensemble. »
« Ce que l’on veut, c’est un projet écologiste donc si la gauche a envie vraiment de mener le combat pollueurs contre pollués, on va le mener ensemble. Mais si leur objectif, c’est d’atterrir à des postes ou de reconstruire leur appareil politique, ce n’est pas notre combat. »

Sur la proposition de François Ruffin pour un Front populaire écologique

« J’ai beaucoup d’admiration pour François Ruffin mais j’ai été profondément blessée et déçue par sa justification sur la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie. »
« Je suis contre la logique de l’homme providentiel mais j’ai toute confiance dans le projet politique que développe François Ruffin. Encore plus - et il l’a démontré dans les faits - dans le projet politique d’Eric Piolle. Mais il faut penser plus large parce que la France ne ressemble pas qu’à François Ruffin et Eric Piolle - même si leur projet est très beau et que je le soutiens. »
« Il n’y a que des gens qui ne sont pas écolos qui ont besoin de dire que l’écologie doit être aussi sociale : l’écologie est forcément sociale. En tout cas, celle que nous on défend. »

Sur la présidentielle de 2022

« On a toujours un candidat écologiste à la présidentielle, même quand il s’appelle Benoît Hamon. »
« Aujourd’hui, mon cœur penche pour que le candidat en question s’appelle Yannick Jadot. »
« À l’heure d’aujourd’hui, je vous dis que mon candidat, c’est Yannick Jadot mais tout peut bouger demain. »

Sandra Regol

porte-parole du parti EELV (France).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...