Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Le ras-le-bol des Algonquins contre les coupes forestières de Résolu

Il y a plusieurs conséquences à avoir concédé plus de 88% de nos forêts publiques productives à l’industrie forestière. L’omniprésence des coupes au sud du 51ème parallèle entraîne un appauvrissement écologique indéniable de nos forêts, certaines espèces clés comme le carcajou, la marte et le caribou forestier montrant des déclins préoccupants. Outre les effets environnementaux négatifs, cette mainmise industrielle entraine également des conséquences humaines préoccupantes.

L’auteur est de Greenpeace canada.

Le combat des Premières Nations pour faire reconnaître leurs droits dure depuis des siècles, et les cicatrices laissées sur le territoire par l’activité industrielle sont des affronts directs au mode de vie traditionnel des peuples autochtones dont la culture est si profondément connectée avec la terre. En Outaouais et en Abitibi-Témiscamingue, c’est la lutte des Algonquins qui fait rage face à une industrie qui n’a laissé que des miettes sur son passage. Acculée au pied du mur et exaspérée par le non-respect de ses droits ancestraux, la communauté de Lac Barrière a signifié encore une fois son ras-le-bol cette semaine face aux coupes forestières de la plus grande multinationale forestières au pays : Produits forestiers Résolu.

Un camp de la résistance

Depuis des années les Algonquins tentent de protéger ce qui leur reste de territoire épargné par les coupes. Or l’inattention et l’incompétence du gouvernement, couplées à l’agressivité des multinationales forestières, forcent cette Nation à multiplier les moyens de pression pour faire reconnaître leurs droits ancestraux. Alors qu’ils bloquaient les coupes forestières de Résolu la semaine dernière, voilà qu’un camp a été érigé aujourd’hui dans le secteur Poigan, dans la Réserve faunique de La Vérendrye, servant de vigile aux membres de la communauté et à ceux qui les supportent. L’objectif est de protéger le patrimoine culturel et écologique du territoire Algonquin.

Déjà menacés par une injonction de Produits Forestiers Resolu, les Algonquins de Lac Barrière risquent l’emprisonnement. L’an dernier, un camp d’action avait été érigé et avait mené la multinationale à imposer cette injonction. Cette semaine, la communauté a affirmé que Résolu dépassait les limites de coupe imposées lors des négociations d’urgence entre le ministère des Ressources naturelles et les Algonquins. Selon le Chef Casey Ratt, des ravages d’orignaux, des tanières d’ours, des sites sacrés, des lieux d’offrandes et des sites historiques ont été détruits.

Nous appelons aujourd’hui à tous ceux et celles qui veulent venir en aide à la Nation algonquine de bien vouloir consulter la page de solidarité pour le Lac Barrière. Nous joignons notre voix à celles des Algonquins et appelons le gouvernement du Québec et la multinationale Résolu à cesser immédiatement les activités de coupes forestières dans les secteurs revendiqués.

La destruction a assez duré ! 

Nicolas Mainville

Greenpeace Canada

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...