Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres et revues

Le slam de l’Islam

L’islam, et nous les athées

J’étais en train de réfléchir à combien est décourageant et machiavéliquement efficace le tour de passe-passe auquel se livrent les conservateurs en détournant l’attention des électrices et électeurs sur un jugement de cour concernant une directive ministérielle contraire à la Charte des droits et libertés en prétendant qu’il s’agit d’un enjeu de société. Parce que trop de monde oublie dans l’affaire que ce n’est ni une loi ni un règlement qui est en cause, mais bien une directive ministérielle. Que la cause porte incidemment sur le niqab alors qu’elle porte principalement sur la possibilité d’un ministre de donner des directives qui entrent en contradiction avec le respect de la Charte.

Je pensais aussi à l’incroyable hypocrisie des nationaleux poussant des cris effarouchés devant la possibilité qu’une personne puisse participer à une cérémonie de prestation d’allégeance à la Reine en portant le niqab alors qu’ils ne sont pas foutus de décrocher le crucifix de l’Assemblée nationale, ce dont ils ont pourtant eu le pouvoir.

Rappelons que la personne en cause dans l’histoire doit se dévoiler pour recevoir son titre de citoyenneté, c’est seulement pour la cérémonie d’assermentation qu’elle peut se déguiser.

Je pensais donc à tout ça avec force désolation quand me tombe dessus cet essai de Paul Laurendeau intitulé L’islam, et nous les athées (Éditions ÉLP, collection Essais & Témoignages, 376 p. www.elpediteur.com).

C’est un ouvrage un peu baroque tant par le contenu qui nous promène de considérations philosophiques, politiques et historiques en discussions théoriques, pratiques ou géopolitiques en passages romancés fort élégamment que par le style vert, primesautier, et particulièrement incisif d’un point de vue intellectuel, dont sait faire preuve l’auteur.

Jamais de ma vie je n’ai lu si rapidement un essai, j’avais l’impression d’assister à une séance de slam, d’où mon titre, tellement le rythme m’emportait tout en gardant mon intellect constamment attisé par le désir d’en savoir plus.

L’auteur nous prévient, son document est loin d’être exhaustif. Il y faudrait des thèses entières. Mais, il a le mérite de nous apprendre que nous ne savons pas grand-chose et il a l’attitude empathique qu’il faut avoir sans aucune complaisance ni flagornerie. C’est un équilibre fort difficile à maintenir, mais le pari est tenu.

Un bel exemple se trouve dans cette citation dont le contenu s’adresse aux trois grands monothéismes : « Il n’est plus possible d’imposer l’héritage religieux au premier degré, de l’incorporer à l’existence contemporaine, sans fatalement s’en distancier et le relativiser. La décence la plus élémentaire interdit de faire primer des principes archaïques aussi iniques et aussi vermoulus sur nos chartes des droits humains, si imparfaites soient-elles d’autre part. » (p. 30)

Si j’avais deux petits reproches à faire à ce livre, ce serait d’abord de ne pas nous offrir de table des matières en début d’ouvrage. Étant donné la richesse et la diversité du contenu, cela nous aiderait à revoir le parcours d’une manière synoptique que ne permet pas la fonction « recherche ».

L’autre reproche est une erreur qui concerne la confusion, lapsus calami fort probablement, qui a conduit l’auteur à appeler le sociologue Guy Rocher du nom d’Yves Rocher, le fabriquant de cosmétiques.

Je n’entrerai pas dans le détail à savoir si, dans tel ou tel cas, je suis d’accord à 100, 94 ou 38,9 % avec l’auteur, cela est secondaire. C’est un essai qu’il convient de lire (et vous aurez du plaisir à le faire) pour approcher un peu la richesse du dialogue que nous devons tenir avec une civilisation que nous comprenons mal.

Et pour nous expliquer tout ça, l’auteur n’a même pas eu besoin de passer par la longue histoire de poésie homoérotique écrite même par de savants théologiens comme Ibn Hazm ou par le brillant califat de Cordoue qui entretenait pour nous le délicieux xérès.

LAGACÉ, Francis
http://www.francislagace.org
http://www.lesecritsfrancs.com

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Sur le même thème : Livres et revues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...