Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

La guerre en Ukraine - Les enjeux

« Les femmes ne pourront pas tout oublier et se faire effacer de nouveau »

Nina Potarska, militante ukrainienne des droits des êtres humains, parle de la situation et du rôle des femmes en temps de guerre. Elle est une chercheuse ukrainienne, coordinatrice de la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF) et l’une des organisatrices de la Marche des femmes du 8 mars. Elle a également participé à la création des Centaines d’autodéfense des femmes de Maidan. Dans cet entretien interview, Nina parle des réalités de la guerre et des problèmes auxquels les femmes sont confrontées.

Tiré de Entre les lignes et les mots

– Nina, pour autant que je sache, vous avez quitté l’Ukraine au début de la guerre, puis que vous êtes revenue. Où êtes-vous maintenant ?

– Je suis maintenant à Kiev, dans mon appartement. Durant le dernier mois avant la guerre, la situation était alarmante, je ne savais pas à quoi m’attendre. J’avais prévu un voyage d’affaires pour la fin du mois de février, mais les compagnies aériennes européennes ont annulé leurs vols les uns après les autres, si bien que le seul pays où j’ai pu me rendre était l’Égypte. Le matin du 24, j’étais déjà à Charm el-Cheikh depuis quelques heures et je me suis réveillé tôt exprès, car après le discours de Poutine, il y avait une grande confusion… La première chose que j’ai vue aux informations, c’était une carte de l’Ukraine couverte de points, lieux des bombardements. C’était difficile à croire. J’étais confuse et frustrée : auparavant, la guerre avait été localisée dans deux zones et la ligne de front était stable, claire et prévisible. Ce matin-là, il est apparu clairement qu’il s’agissait d’une vaste offensive, et que toutes les régions d’Ukraine étaient attaquées par voie aérienne ; je pense qu’à ce moment, chacun·e se sentait très vulnérable. J’ai alors commencé à chercher un moyen de faire venir ma fille en Europe, et comment je pourrais la retrouver. Comme mon fils était parti la veille pour étudier en Pologne, nous avons décidé d’aller chez lui. Ma fille et ma mère en situation de handicap ont passé 5 jours sur la route et 4 jours à dormir à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne. À ce moment, l’aide des bénévoles était réduite et c’était très difficile pour elles.

Maintenant, je suis à Kiev pour quelques semaines afin de terminer des choses et de prendre des nouvelles de celles et ceux qui sont resté·es ici, j’essaie de venir une fois par mois pour ne pas perdre le contact et la compréhension de la situation.

– Pouvez-vous décrire brièvement vos activités avant la guerre ? D’après ce que nous savons, vous vous êtes impliquée dans la défense des droits des femmes dans la zone de conflit et vous aviez une position claire sur la nécessité de la paix, car il est très difficile de garantir les droits des personnes dans une situation de guerre.

– J’effectuais les recherches nécessaires à l’élaboration d’un plaidoyer [pour les droits des femmes dans la zone de conflit]. Souvent, il n’y avait rien à quoi se référer, mais en promouvant une thèse particulière, je voulais avoir une justification pour celle-ci. Tout aussi important a été le travail de construction d’un réseau d’organisations de base de femmes coordonnées qui travaillent sur l’assistance systémique aux femmes dans les conflits. Il s’agit notamment de l’autonomisation économique, de la lutte contre la violence domestique et du soutien à l’activisme des femmes. Certaines organisations sont passées de quelques personnes à quelques dizaines en huit ans, sans compter les bénévoles et les femmes bénévoles. Nous avons également mis en place des groupes d’entraide pour les femmes dans les villages et dans les zones rurales. Beaucoup d’efforts, de moyens et de ressources ont été mis en œuvre, et je pense qu’il y a eu des résultats.

«  La psyché s’est réorganisée en mode de guerre et s’emploie étonnamment à déplacer et normaliser cette réalité anormale. »

Bien sûr, la situation dans la zone grise était troublante. La guerre qui y sévit n’a pas pris fin depuis 2014. Bombardements périodiques d’un côté et de l’autre. Bien sûr, notre travail dans le domaine humanitaire nous a amenés à communiquer avec les deux parties. Nous nous sommes concentrés sur les droits des êtres humains et la sécurité humaine au sens large, qui ne peuvent être atteints qu’en faisant pression sur le côté qui exerce réellement le pouvoir. C’est le principal reproche que l’on me fait depuis 16 ans, c’est pourquoi je figure sur la liste des journalistes du site Peacemaker. Dans un département spécial, avec l’explication que j’ai eu le culot de travailler à la fois pour ce côté et pour l’autre. Ce n’est pas une caractéristique négative pour les personnes qui font [de l’aide humanitaire]. Mais de nombreux [journalistes figurant sur la liste sont perçu·es comme] des « ennemi·es » et des « traîtres à la patrie ».

– Le fait que vous soyez maintenant sur la liste constitue-t-il une menace ?

– Ce n’est pas clair, car il n’y a pas de plainte officielle contre moi. Si le service de sécurité a quelque chose à me reprocher, qu’il le fasse. Par conséquent pour moi, c’est plus un élément de pression psychologique, de diffamation, cela affecte souvent les projets et les tables rondes auxquels ils veulent m’inviter. Ils s’excusent souvent directement de ne pas pouvoir participer au même projet que moi. J’ai de la sympathie pour cela.

Pourriez-vous nous dire, s’il vous plaît, ce que vous faites maintenant. De toute évidence, il est impossible de poursuivre les activités que vous faisiez avant la guerre.

– J’essaie de poursuivre mon travail d’analyse. Au minimum, j’étudie les besoins des organisations qui fournissent actuellement une aide [aux femmes], je fais des recommandations aux donateurs sur la nature de l’aide et les projets mis en œuvre en Ukraine. Nous essayons de maintenir la communication au sein du « Réseau des femmes pour le dialogue inclusif », bien que ce soit très difficile pour nous toutes, car nos membres se trouvent dans toutes les régions de l’Ukraine, contrôlées et non contrôlés, nous avons des expériences différentes, des craintes et des préoccupations différentes, mais le fait que nous soyons toujours ensemble est une source d’inspiration. Parce que nous avons des organisations du côté contrôlé et non contrôlé, et des territoires nouvellement occupés – certain·es sont parti·es, d’autres sont resté·es – et qu’il y a aussi l’Ukraine occidentale, nous avons essayé de diffuser des messages unificateurs qui pourraient sortir [la situation] de l’impasse des négociations de Minsk, lorsqu’une fin à la guerre semblait encore possible. Nous avions également l’habitude de parler de la communication avec les féministes et les activistes russes et nous sommes toujours en contact avec beaucoup d’entre elles, mais je ne comprends pas encore si tout le monde est prêt pour des conversations sérieuses, si toutes les participantes ont les ressources internes pour le faire et ce que nous pouvons faire pour contrer cette violence à grande échelle.

Aujourd’hui, [établir le dialogue] est encore plus difficile qu’avant. D’une part, il est impossible d’avoir un dialogue pendant la phase chaude, lorsque les participantes sont préoccupées par leur survie et sont vulnérabilisées physiquement et psychologiquement. Même la question de savoir s’il faut ou non fournir des armes à l’Ukraine est difficile, et il n’y a pas de réponse claire pour moi personnellement. Si nous ne recevons pas d’aide militaire, celles et ceux de nos parents et amis qui ont été mobilisés dans l’armée ukrainienne n’auront rien pour se défendre, et peut-être que très bientôt, il n’y aura plus de pays comme l’Ukraine, qui m’est chère, sur la carte du monde. Et si vous fournissez des armes, toutes ces bombes tomberont sur notre propre terre, sur la tête non seulement des militaires russes, mais aussi de nos civil es, car la guerre se déroule sur le territoire de l’Ukraine et dans cette course, il n’y a pas de lumière du tout et pas de paix non plus.

Pouvez-vous citer les principaux problèmes auxquels sont confrontées les femmes en Ukraine aujourd’hui ?

– Je pense qu’il y a plusieurs questions principales – la sécurité physique et économique, et, par conséquent, psychologique. Il y a très peu de chances de trouver un emploi à l’intérieur du pays maintenant. Et il est également difficile de savoir où et quand des bombardements auront lieu. Lorsque je suis en Ukraine, j’ai l’impression d’être en sécurité à cet instant précis, mais on ne sait pas exactement où vous attendra le prochain danger. Récemment, nous avons fait venir des lauréates du prix Nobel de la paix de trois pays. C’était comme s’il n’y avait pas eu de guerre dans la ville : il n’y avait pas de raid aérien, pas de militaires, tout allait bien, la musique jouait, les cafés étaient ouverts. Bien que la dernière fois que j’étais à Lviv, il y a eu un bombardement à la gare – à chaque fois, on ne sait pas à quoi s’attendre. Cela crée de l’anxiété et un sentiment accablant d’être sur ses gardes.

«  Si vous regardez les groupes qui, maintenant, se consacrent aux déménagements, aux départs, ou organisent l’aide humanitaire, les initiatives de volontariat, ce sont toutes des femmes. »

Il y a deux jours, j’étais avec un ami à la salle philharmonique, il n’y a qu’une petite salle ouverte pour dix personnes, ils essaient de continuer à travailler. Le pianiste joue et l’alarme anti-aérienne se déclenche. Le public se regarde, le pianiste commence à jouer plus fort et personne ne bouge, car il y a déjà la fatigue de quatre mois. Mes amis, qui vivent maintenant dans mon appartement, m’ont dit qu’il y avait eu une alarme de raid aérien quatre fois dans la nuit, et cela ne les réveillait plus. La psyché s’est réadaptée au mode militaire et, de façon surprenante, elle déplace et normalise cette réalité anormale. J’ai remarqué quelque chose de similaire lorsque j’ai été dans une zone de guerre pendant une semaine, deux semaines, un mois. Au début, on a l’impression d’être en guerre, puis on s’adapte.

Avant, par exemple, à Avdiivka, vous dormez et vous entendez des grondements. Au début, je ne pouvais pas dormir. Mais ensuite, vous mettez la musique plus fort et vous vous endormez, et le deuxième jour, vous ne l’entendez plus. Deux semaines plus tard, lorsque les grondements sont constant et que soudain, un jour, il n’y en a plus, vous recevez une alarme – « Que s’est-il passé ? S’il vous plaît, rendez-moi les explosions ». Tout est clair avec eux. Mais quand ils sont partis, on devient anxieux – et si quelque chose d’autre commençait maintenant, et si c’était une sorte de regroupement ? Une telle incertitude est plus effrayante qu’un bombardement systématique tous les jours à une heure précise.

Mes collègues remarquent que nous sommes habitués à des situations différentes, mais que les capacités cognitives en pâtissent : la mémoire, la vitesse de réaction se sont nettement détériorées, je ne peux plus faire deux ou trois choses à la fois comme avant, ma vitesse générale a également diminué. De nombreux [militants] ont été contraints de se faire soigner après l’évacuation. Notre collègue de Sviatogorsk est en train de se rétablir après avoir subi une contusion et des saignements dus au stress. En quelques mois, elle et son équipe d’évacuation ont sauvé des milliers de personnes d’Izyum et des villages voisins. Même en laissant de côté les risques de mort ou de blessure, la vie pendant la guerre est à la limite des capacités humaines, et elle aura un effet cumulatif négatif pendant de nombreuses années après la guerre.

Passons de la façon dont les femmes se sentent en Ukraine à la façon dont elles se sentent en dehors de ce pays. Une publication récente a été consacrée aux publicités publiées dans les journaux en Russie. Elles montrent notamment des hommes offrant aux femmes l’asile et l’entretien en échange de faveurs sexuelles, d’une aide domestique ou d’un mariage. Outre la Russie, de telles offres sont connues en Pologne et dans d’autres pays européens. Comment aider les femmes dans cette situation ?

– Oui, le patriarcat n’a pas disparu. Si nous parlons de l’Europe, c’est d’abord l’autonomisation économique qui peut aider. Les femmes de l’espace post-soviétique sont plus indépendantes que dans tout autre pays du monde. Nous travaillons avec des organisations dans différents pays, et bien sûr, la façon dont nos femmes quittent [le pays], en réussissant à trouver un emploi, une maison, à inscrire leurs enfants à l’école et au jardin d’enfants est incroyable.

Néanmoins, de nombreuses femmes ukrainiennes parties pour la première fois en Europe ou hors de leur région, avec des enfants, sans expérience de la vie indépendante, sans connaissances linguistiques, sans argent, se trouvent dans une situation de crise, dans un état de choc post-traumatique, lorsqu’elles passent plusieurs jours dans des voitures, la satisfaction de leurs besoins se réduit au minimum. S’il fait chaud, que vous n’avez pas faim et que vous pouvez vous allonger, cela semble déjà être des conditions de vie satisfaisantes. Bien sûr, si ces femmes avaient un logement sûr et un certain revenu, cela pourrait réduire le risque [d’être trompées]. C’est le revenu qui est nécessaire, et non pas seulement l’aide matérielle, car le fait de bénéficier de l’aide sociale a un coût. Les organisations humanitaires utilisent le terme d’ « impuissance apprise », lorsque les personnes sont tout simplement incapables de planifier leur vie, de gérer leurs affaires et de prendre le contrôle de leur propre vie.

Il est très difficile de se trouver dans un pays autre que celui de sa propre volonté. Tout cela crée un état d’oppression, et dans une telle crise, les femmes sont plus sensibles aux risques et aux offres « alléchantes » des escrocs. L’aide est pensée comme : « Et si c’était un conte de fées, et si ça se réalisait ».

La guerre en Ukraine ayant été suivie d’une crise en Europe et l’Europe ayant accueilli le plus grand nombre de réfugiés en provenance d’Ukraine, cela a eu un impact majeur sur le déséquilibre entre les sexes sur le marché du travail. Les emplois sont difficiles à trouver et ont tendance à être des emplois pénibles et peu qualifiés. La demande accrue d’emplois a également permis aux employeurs de réduire les salaires dans les secteurs traditionnellement féminins.

«  Nous ne pouvons vaincre les guerres que si nous parvenons à un niveau de compréhension fondamentalement différent des valeurs et des aspirations de la société. »

Même sur Tinder en Europe, comme me l’ont dit des amis et des amies, il y a beaucoup de femmes ukrainiennes et russes qui essaient de trouver des relations sur des termes « mutuellement bénéfiques ». C’est, bien sûr, ce qu’on nomme le « sexe de survie ». Nous ne pouvons rien y faire, car chaque femme cherche des stratégies acceptables pour elle afin de survivre. La situation actuelle n’a pas de caractère définitif, comme une inondation ou un incendie, lorsqu’un épisode tragique s’est produit et que vous construisez une nouvelle vie. Aujourd’hui, on ne sait pas combien de temps durera l’état d’incertitude, s’il durera encore quatre mois ou quatre ans.

Parlons un peu plus du patriarcat. Nous constatons depuis le début de la guerre que les images masculines deviennent dominantes et qu’un consensus se forme autour d’elles. Le président de l’Ukraine et son entourage sont tous en uniforme, ce qui est compréhensible en principe, mais d’un autre côté, les hommes politiques européens commencent également à porter l’uniforme militaire. On assiste à une militarisation générale de la rhétorique. Comment cela affecte-t-il l’agenda féministe, et que peut-on faire pour s’assurer que les femmes après la guerre – si tant est que l’on puisse parler d’un après-guerre – ne soient pas confrontées à une renaissance du patriarcat ? Nous savons qu’après la guerre, comme après les deux guerres mondiales, il s’avère que les hommes se font rares, que les femmes sont appelées à enfanter à s’occuper du foyer et du ménage, même si elles ont pu servir dans l’armée avant cela.

– Nous avons eu une petite version de cela en 2014-15, quand il y avait une glorification de la guerre, et je suis allée dans l’est [de l’Ukraine] pour faire des recherches sur la transformation du quotidien dans la vie des femmes. On parlait beaucoup des héros masculins qui combattaient au front, mais il y avait très peu d’histoires sur la façon dont les femmes organisaient leur vie quotidienne en temps de guerre, personne n’en parlait.

Dans une guerre moderne, votre maison devient un endroit dangereux. De nombreuses femmes ont été victimes [des bombardements] alors qu’elles recevaient une aide humanitaire, faisaient la queue pour obtenir de l’eau, de la nourriture, se déplaçaient et sortaient leurs enfants. En même temps, j’ai souffert que les organisations et les femmes avec lesquelles je travaillais se plaignent que c’est comme si elles n’existaient pas du tout et que personne ne les aidait. Le travail reproductif, qui dans l’espace post-soviétique est principalement effectué par les femmes, est liéà la qualité des infrastructures. En détruisant les infrastructures sociales, nous aggravons gravement les conditions de vie des femmes. En temps de guerre, personne ne les décharge de leurs responsabilités domestiques.

En plus de compliquer ces tâches, il y a aussi le service psychologique, le travail mental qui consiste à devoir tout penser à l’avance, à donner à chacun des instructions sur ce qu’il doit faire dans différentes situations. Souvent, les femmes sont engagées dans des soins psychologiques, mais elles ne sont pas soutenues. On pense que puisqu’elles ne se battent pas, elles devraient aller bien. Et le fait que de nombreuses questions soient laissées aux femmes n’est pas pris en compte. Si vous regardez les groupes qui s’occupent des déménagements, des départs, de l’organisation de l’aide humanitaire et des initiatives de volontariat, ce sont toujours des femmes. Les hommes sont davantage liés à leurs cercles de travail et les femmes ont des relations plus horizontaux. En gros, si on va dans un groupe de jardin d’enfants à Vyber, il y a surtout des femmes et très peu d’hommes. En ce qui concerne les hôpitaux, les écoles, les discussions à domicile, toutes ces communications horizontales sont menées par des femmes.

Beaucoup de mes amis et collègues dirigent actuellement des centres d’aide humanitaire, le gouvernement de la ville les soutient et les aide. En d’autres termes, en temps de guerre il y a accumulation de « capital social » – parce que c’est une période où il est plus important de savoir non pas qui vous êtes ou combien d’argent vous avez, mais les relations et les connaissances, la rapidité avec laquelle vous pouvez organiser une solution à n’importe quel problème et aider.

«  Nous comprenons ce qu’est le dialogue, comment construire le monde et exactement comment il ne peut pas être construite ».

Il me semble que les femmes ne pourront pas tout oublier et se laisser distraire à nouveau, il y aura certainement des progrès visibles dans la place que les femmes occupent tant en Europe que dans l’espace post-soviétique. Je sais qu’en Russie, le militantisme – aider à retirer les enfants qui ont été emmenés d’Ukraine en Russie – est également le fait de femmes. En plus, il y a des bonus supplémentaires liés au genre, parce que les hommes sont plus contrôlés, ils sont interdits d’entrée et de sortie, mais les femmes ne le sont pas, et nous pouvons nous déplacer et organiser l’aide, livrer l’aide humanitaire, le transport. On a assisté à un redéploiement forcé des femmes dans l’espace public. Il me semble qu’une femme qui a évacué des personnes des points chauds sera plus difficilement effrayée par n’importe quel député ou même un homme qui s’est battu, car elle peut remettre n’importe qui à sa place. J’ai de grands espoirs à cet égard.

– L’Ukraine a récemment ratifié la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique. A quoi peut-être liée cette étape ?

– Cela est lié au fait que l’Ukraine se préparait à obtenir le statut de candidat à l’UE. D’autre part, il y a peut-être eu des développements positifs. De nombreux refuges ont été ouverts pour aider les femmes, notamment les survivantes de violences domestiques. Peut-être les autorités ont-elles repris leurs esprits et se sont-elles rappelé qu’en raison de la guerre, de la crise économique, du stress post-traumatique, le niveau de violence peut être imprévisible et extrêmement élevé, et que pour prévenir cette situation, elles ont décidé de mettre en place ce cadre juridique, afin que plus aucune tragédie ne se produise dans le pays. J’aimerais qu’il en soit au moins ainsi. C’était une très bonne nouvelle pour nous et nous pensons qu’elle devrait réduire les dommages liés aux conséquences de la guerre dans le cadre de la lutte contre la violence domestique.

– En Russie, l’un des groupes les plus visibles qui s’opposent à la guerre en Ukraine est la Feminist Anti-War Resistance. Pensez-vous que le mouvement féministe puisse devenir l’une des forces centrales du mouvement anti-guerre, que faut-il pour que cela se produise ?

– Oui, je suis abonnée à Feminist Anti-War Resistance sur Telegram. Je suis pour une tentative active de combattre [la guerre] ensemble et pour la solidarité à tous les niveaux et dans tous les pays.
Nous ne pouvons vaincre les guerres que si nous parvenons à un niveau de compréhension fondamentalement différent des valeurs et des aspirations de la société. Je veux dire la société non seulement dans le contexte de l’espace post-soviétique, mais globalement dans le monde entier. Nous avons récemment eu une réunion avec l’ICAN – un réseau d’organisations de femmes de pays en conflit et post-conflit. C’était incroyable d’entendre combien d’horreurs se produisent en ce moment. Bien sûr, notre attention et celle du « premier monde » se porte sur l’Ukraine, mais il y a toujours une guerre en cours au Yémen, par exemple, que peu de personnes en Europe connaissent. Cela se passe également dans de nombreux pays d’Afrique, mais nous vivons tranquillement avec cela depuis de nombreuses années. La question est de savoir comment nous traitons tout sacrifice humain, si nous autorisons la souffrance humaine au nom de certains objectifs élevés et quels sont ces objectifs. Ou est-ce que tout ce système mondial a besoin d’être repensé ?

Si vous pouviez lancer un appel aux femmes de Russie, que diriez-vous ?

– Je pense souvent à cela. D’un côté, j’ai envie de compatir, car le mouvement féministe se trouve dans une sorte de vide, non seulement dans mon pays mais aussi dans le monde. Je ne blâmer personne, nous aurions dû essayer et résister davantage, nous aurions dû construire une société civile plus efficace. Il est clair qu’il y a certaines limitations et que nous aurions pu faire mieux dans cette vie aussi. Je voudrais parler et être ensemble plus souvent, parce que je voudrais voir un avenir harmonieux dans une communication sûre. Peut-être devrions-nous tous accumuler des forces et des ressources et nous lancer dans cette communication, en la rendant sûre et honnête. Et je voudrais souhaiter de ne pas avoir peur et que nous ayons toutes la force de survivre à ce cauchemar.

Il existe un autre groupe que vous connaissez peut-être, le Comité des mères de soldats, qui est également une importante force anti-guerre. Il est clair que les femmes dont les enfants sont envoyés à la guerre commencent à reconsidérer radicalement leur attitude à son égard.

– Il me semble qu’il s’agit peut-être du groupe le plus radical, car ces personnes n’ont plus rien à perdre. Le fils d’un de mes amis a récemment été tué, et je ne peux pas imaginer ce qui pourrait arriver après cela, car sur le plan biologique, prendre soin de sa progéniture est un puissant moyen de dissuasion à la fois pour les discours politiques et pour toute sorte d’action radicale.

Il me semble que la politique consistant à isoler tous les Russes sans tenir compte de leur position ou de leur opinion sur la guerre est contre-productive, car elle signifie que nous ne permettons pas à la vague [anti-guerre] de se propager au-delà de la Russie, et que nous ne pourrons pas nous renforcer par cette protestation et ce désir de changer le système. Je ne sais même pas comment expliquer cette logique de sanctions collectives totales qui touchent toutes les personnes, y compris celles qui ont quitté le pays et qui sont clairement en désaccord avec le régime de Poutine. Mais je ne suis pas sûr que mon opinion soit très populaire, parce que beaucoup de personnes ont encore besoin de faire avec cela, de s’en remettre, de gérer leur souffrance. Parce que nous avons survécu à cela en 2014-15-16, nous avons développé une immunité, nous ne vivons certaines choses de manière aussi dramatiques. Et entre autres choses, nous comprenons ce qu’est le dialogue, comment construire un autre monde et exactement comment il ne peut pas être construit.

https://posle.media/?p=858
Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : La guerre en Ukraine - Les enjeux

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...