Édition du 14 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Les syndicats de la Ville de Québec - Lettre aux contribuables de la Ville de Québec

Québec, le 24 octobre 2013 - Le maire Labeaume a entrepris une croisade médiatique provinciale contre l’ensemble des conditions de travail et plus particulièrement les régimes de retraite des employés municipaux de la Ville de Québec. Par son discours et par son attitude méprisante envers les employés, le maire veut sans doute se rendre populaire en excitant les émotions, les passions et les préjugés contre les employés de la Ville.

Son acharnement à dénigrer constamment les employés et son approche de confrontation nourrissent le ressentiment des employés et les ont plongés dans une ambiance malsaine. Comme si la menace était la seule forme de motivation que le maire Labeaume puisse imaginer. Il en résulte donc que plusieurs employés ont la forte impression d’être considérés par le maire Labeaume et son administration comme quantité négligeable et d’être traités injustement. Pourtant les employés ne méritent pas un tel mépris quand tous les sondages démontrent un très haut taux de satisfaction des citoyens à l’égard des services collectifs et individuels rendus. Encore récemment, en 2011 et 2012, la Ville de Québec s’est classée au sommet du sondage de Forum Research réalisé dans les principales grandes villes canadiennes.

La Ville de Québec, comme organisation, n’est pas qu’un ensemble financier (taxes/dépenses). Elle comporte principalement une dimension humaine et ne peut exister sans les personnes qui y travaillent.

À l’instar de tous les employés des secteurs publics et privés, les employés de la Ville de Québec ont certainement le droit au respect de leur employeur et de ses représentants. D’ailleurs, dans le document intitulé « Pour une culture éthique des règles et des valeurs mises en pratique », adopté par le Conseil de la ville en 2012, il est clairement mentionné : « Le respect est une valeur essentielle pour créer un cadre de travail au sein duquel chacun peut évoluer selon sa personnalité, ses forces et ses faiblesses. Il nous revient individuellement d’établir des rapports fondés sur le respect des personnes que nous côtoyons afin de favoriser un milieu de travail harmonieux. Tous ont droit à la dignité. » « Les comportements qui traduisent nos valeurs permettent à la population de justifier la confiance qu’elle nous accorde. » Pourquoi le maire et son administration ne se conforment-ils pas à leur engagement ?

Régimes de retraite

Bien que les déficits soient « tactiquement » exagérés par le maire, les syndicats n’en nient pas l’importance, ni la nécessité d’y remédier. Toutefois, puisque chaque régime possède ses particularités, les syndicats réitèrent que toute recherche de solutions doit passer par le processus de la négociation vis-à-vis chacun des groupes d’employés. Pour ce faire, les porte-parole du Service des ressources humaines doivent toutefois avoir un réel mandat de négociation de la rémunération globale basée sur la recherche de solutions réalistes et justes.

Pour un dialogue fructueux et respectueux

Les employés et leur syndicat respectif ont toujours démontré leur sens des responsabilités. Conscients de leur mission et de la nature des services qu’ils rendent à la population, ils entendent poursuivre dans cette voie.

Par ailleurs, les administrations précédentes ont toujours fait preuve de leur bonne foi ; ce qui a conduit à la conclusion d’ententes répondant aux attentes mutuelles.

Les syndicats réaffirment donc leur désir de négocier de manière raisonnée et responsable. Mais les contribuables conviendront que l’approche du maire ne favorise pas la recherche sereine de solutions aux problèmes de financement des régimes de retraite, ni aux renouvellements des conventions collectives (1) expirées le 31 décembre 2010.

1- Le renouvellement de la convention collective des pompiers, expirée le 31 décembre 2006, fait présentement l’objet d’un arbitrage de différend.

Mme Sylvie Dolbec, prés. Alliance des professionnels et des professionnelles de la Ville de Québec

M. Éric Gosselin, prés. Association des pompiers professionnels de Québec

M. Daniel Simard, prés. Syndicat des employés manuels de la Ville de Québec, local 1638 (SCFP)

M. Jean Gagnon, prés. Syndicat des fonctionnaires municipaux de Québec (FISA)

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...