Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Panel "L'avenir est féministe"

Le 7 mars dernier le Regroupement des groupes de femmes de la Capitale nationale a organisé un panel sur le thème "L’Avenir est féministe". Six intervenantes ont parlé da la situation dans leurs groupes de femmes. Une petite entracte musicale a permis à trois artistes de faire connaître leur poésie et leurs voix. La dernière partie de la rencontre a porté sur l’espoir et les projets d’avenir pour que l’avenir soit féministe.

Voici le texte d’ouverture du panel.

Bienvenue à ce panel « L’avenir est féministe » en cette veille de la Journée internationale du droit des femmes. Merci d’avoir répondu à l’appel du RGF-CN
Tout d’abord, nous souhaitons rendre hommage aux Premiers peuples de la région. Bien que nous soyons en virtuel, nous souhaitons reconnaitre que ce territoire, où le RGF et ses groupes membres se trouvent, est à la croisée du Nionwentsïo du peuple Wendat, du Ndakinna du peuple Wabanaki, du Nitassinan du peuple Innu, du Nitaskinan du peuple Atikamekw et du Wolastokuk du peuple Malécite, et nous honorons nos relations passées, présentes et à venir entre ces peuples et tous les autres peuples de la communauté de Québec.

L’avenir est féministe : Quel beau hème porteur d’espoir ! Dans cette période qui a été difficile, où la pandémie a mis en lumière les inégalités sociales qui étaient pourtant existantes bien avant.

On peut penser aux conditions de travail difficiles, au travail non reconnu des femmes, qui portent à bout de bras de notre réseau de la santé, nos écoles, nos garderies, nos organismes communautaires. On peut penser àla pauvreté vécue par les femmes, qui ont davantage perdu leur emploi durant la pandémie que les hommes, aux personnes assistées sociales qui survivent avec 700$/mois, aux gens qui vivent avec un salaire minimum indécent. On peut penser aux violences faites aux femmes, qui sont un véritable fléau. Le nombre de féminicides a explosé, il y a eu 2 nouveaux féminicides dans les dernières semaines. On peut penser aux femmes autochtones, et aux femmes que la société racise, surreprésentées dans les victimes de ces violences.

On peut penser aux violences faites aux femmes en temps de guerre ! On ne peut passer sous silence aujourd’hui lorsqu’on parle d’un avenir féministe, de l’urgence de construire un monde de paix, démilitarisé. La guerre fait des ravages sur les femmes, sur leur corps considéré comme un butin de guerre. En temps de guerre, les femmes doivent s’occuper de la vie quotidienne, des enfants, de la nourriture, des tâches qui deviennent très difficiles et souvent risquées. Les femmes deviennent réfugiées en très grand nombre, ces déplacements massifs dans des conditions difficiles et la vie dans des camps de refugié-e-s augmentent les risques de violences sexuelles. Ce sont les femmes qui se retrouvent monoparentales après les guerres et qui doivent faire face à la précarité qui s’en suit. Les intégrismes de toutes sortes augmentent en situation de guerre fragilisant la situation des femmes et amenant des reculs politiques sur les droits des femmes) »

En Ukraine, déjà avant l’actuelle invasion, Amnistie internationale et Les Nations Unies tiraient la sonnette d’alarme et alertait d’un "risque accru de violence domestique, car les militaires reviennent de la zone de conflit (En Crimée) sans bénéficier de services sociaux et psychologiques appropriés. Les femmes témoignaient déjà que la violence était entrée dans leur vie quand un membre de la famille s’était enrôlé dans l’armée, qu’elles avaient vécues des violences sexuelles par des membres de l’armée que l’armée faisait des pressions pour retirer les plaintes.

Cet avenir féministe refuse  :

• Le capitalisme qui fait passer le profit avant le bien-être collectif et la sauvegarde de l’environnement,
• Le patriarcat qui se nourrit de l’exploitation économique et sociale des femmes et qui promeut la culture du viol,
• Le racisme systémique qui encourage la haine et l’exclusion,
• Le colonialisme qui justifie les politiques guerrières et bafoue les droits humains, particulièrement ceux des femmes,
• Le capacitisme qui nie la diversité et rejette les corps considérés « hors normes ».
Cet avenir féministe passe :

• Par l’égalité entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes,
• Par une éducation à la sexualité axée sur des modèles de relations amoureuses positifs basés sur l’égalité entre les femmes et les hommes,
• Par un système de justice qui croit les victimes de violences sexuelles et conjugales.
• Par une révision de nos normes d’immigration dans une perspective de solidarité mondiale et pas seulement de main-d’œuvre adaptée à notre marché.
• Par une relance économique juste, inclusive et verte qui prendra soin des humains et de la terre et qui renforcera notre filet social afin de ne laisser échapper personne, peu importe le pays d’origine, la couleur de la peau, l’âge, le sexe, les limitations, les capacités, le genre, le statut socioéconomique, l’orientation sexuelle, la santé physique et mentale.

Aujourd’hui c’est sous le thème L’avenir est féministe que différentes femmes prendront la parole. On ne prétend pas aujourd’hui faire le tour de l’ensemble des réalités vécues par les femmes, mais bien de mettre la lumière sur diverses réalités vécues par les femmes, diverses formes de violences qu’elles vivent et, surtout, les solutions qu’elles ont pour construire un avenir féministe.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...