Édition du 31 janvier 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections québécoises 2012

Confidences d’une candidate (2)

Parlons-en de l’image

Publié le 17 août

Après le « ménage » et le « courage » chantés sur tous les tons, voilà que c’est « l’image » qui prend le haut du pavé dans la campagne électorale. Depuis hier, sur tous les médias, on semble donner à « l’image » valeur de vérité. Moi qui ai bien ri du mot « ménage » décliné par des gens qui, malgré des années, voire des décennies, en politique, disent ne pas avoir vu le salissage et, encore moins, y avoir participé, voilà que je me tors encore de rire.

L’avantage d’une obscure candidate comme moi, c’est de pouvoir se bidonner sans caméra, sans micro et surtout sans la censure d’un parti.

Parlons-en de l’image. Pas besoin d’avoir un doctorat en communications pour savoir que rien n’est plus factice que l’image concoctée et destinée à la vente. À six ans, nos petits Québécois et petites Québécoises ont appris à se méfier de la publicité qui les cible maintenant au berceau. Heureusement, des éducateurs et éducatrices allumés les mettent tôt au parfum de cette supercherie institutionnalisée. Mais en campagne électorale, même ceux qui se présentent comme l’élite intellectuelle (e.a les journalistes et les universitaires) bavent devant les images léchées des uns et des autres.

En dépit de ceux qui ont souvent été leurs maîtres (Noam Chomsky, Michel Foucault…) les faiseurs d’image et les gloutons du pouvoir sont toujours complices. Toutes les stratégies sont bonnes pour tenter de nous tenir le crayon une fois que nous serons dans l’isoloir. Comme à la télé, on retrouve le message de la propreté (l’éponge magique), puis le message de la bravoure et de la générosité (Elliot Ness). Enfin, le message de l’image séductrice - même si tu n’es pas beau et bon, il faut que tu aies l’air beau et bon.

Jalouse, la vieille candidate un peu flétrie de 66 ans ? Pas vraiment. J’ai été une belle fille dans le temps. Peut-être même que mon image aurait alors été payante en politique. Mais à 30 ans et 40 ans, je n’avais ni la connaissance ni le jugement qui me permettent aujourd’hui de me lever pour la démocratie. Oui, c’est pour la démocratie que je me tiens aujourd’hui debout avec Françoise David, Amir Kadir et mes collègues candidats/ candidates de QS.

Mon image, si vous la cherchez bien, vous la trouverez sur les poteaux de la circonscription de Jean-Lesage. Mais ne vous étonnez pas de trouver une pancarte à peine plus grande qu’un timbre poste. (Question de sous, bien sûr.) Mais derrière l’image d’une mamie aux cheveux récemment repoussés après un cancer, il y a une femme intègre – dont le seul but est de monter au créneau pour ses concitoyens et concitoyennes.

Bien avant Chomsky et Claude Cossette, dans l’antiquité de la philosophie et de la science, lorsque l’on s’est penché sur le concept de vérité, « l’image » fut désignée comme la principale responsable de la fausseté. Déjà, on disait qu’image et vérité devaient s’exclure l’une et l’autre.

À la prochaine confidence ! Demain peut-être…
Élaine Hémond, le 9 août 2012.

Élaine Hémond

Candidate de Québec solidaire dans le comté de Jean-Lesage en 2012, dans la région de Québec. Auparavant consultante et formatrice pour le groupe Femmes, démocratie et politique.

Sur le même thème : Élections québécoises 2012

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...