Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Pas seulement les abeilles !

Une étude inédite montre que les néonicotinoïdes pourraient également tuer des oiseaux. Des scientifiques du Saskatchewan (Canada) ont découvert que la consommation même de petites quantités de néonicotinoïdes amène le moineau à couronne blanche à perdre beaucoup de poids et à retarder sa migration, menaçant ainsi sa capacité de reproduction.

photo et article tirés de NPA 29

Selon une nouvelle étude, outre les effets dévastateurs sur les populations d’abeilles et sur la pollinisation nécessaire à nourrir les humains et autres espèces, les pesticides largement utilisés, chimiquement liés à la nicotine, pourraient être mortels pour les oiseaux et liés au déclin de certaines espèces.

Des chercheurs de l’Université du Saskatchewan ont étudié le pesticide « Imidaclopride », appartenant à la classe de produits chimiques liés à la nicotine, appelée néonicotinoïde, ou néonics, et ont découvert que le pesticide avait des effets sur la santé et la capacité de reproduction des oiseaux migrateurs.

Les scientifiques ont donné de petites quantités de pesticides aux moineaux à couronne blanche et ont découvert que leur consommation limitée faisait perdre du poids aux oiseaux et retardait leur migration.

Quelques heures après avoir reçu les néonics, les oiseaux ont cessé de manger et ont perdu en moyenne 6% de leur poids corporel et environ 17% de leurs réserves de graisse, ce qui les empêchait de terminer leur long vol de migration vers le sud. Les oiseaux ont pris au moins 3,5 jours supplémentaires pour se rétablir et migrer.

« C’est seulement quelques jours, mais nous savons que quelques jours peuvent avoir des conséquences importantes sur la survie et la reproduction », a déclaré Margaret Eng, écotoxicologue à la tête de l’étude, au magazine Science.

La perturbation de la migration normale de l’espèce a entraîné une diminution de la capacité de reproduction et de survie, ont découvert les chercheurs.

L’étude « lie de manière causale un pesticide à quelque chose qui est réellement, de manière tangible, vis-à-vis des oiseaux et qui entraîne le déclin de leur population », a déclaré l’auteur de l’étude Christy Morrissey à Associated Press. « Il est évident que ces produits chimiques peuvent affecter les populations. »

Plus de 70% des espèces d’oiseaux des terres agricoles d’Amérique du Nord connaissent actuellement un déclin de leur population. La recherche montre pour la première fois « des effets comportementaux chez des oiseaux libres résultant d’une intoxication par des néonicotinoïdes », a déclaré Caspar Hallmann, écologiste à l’Université Radboud aux Pays-Bas, après avoir examiné l’étude de Eng.

Des scientifiques européens ont révélé en 2017 que les néonicotinoïdes peuvent décimer les populations d’abeilles mellifères, menaçant ainsi les sources de nourriture pour l’homme et d’autres espèces. L’Union européenne a interdit l’utilisation des néonics en 2018 en raison de leurs effets sur les pollinisateurs.

L’EPA a annoncé en mai qu’elle annulerait l’enregistrement de 12 pesticides à base de néonicotinoïdes, mais en juillet, l’administration Trump a levé les restrictions relatives au « Sulfoxaflor », un néonic qui tue les abeilles à faible dose.

14 septembre 2019

https://www.alternet.org/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...