Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Pourquoi les socialistes s’opposent à la monarchie

Dave Kellaway écrit sur le décès de la reine et pourquoi les socialistes devraient s’opposer à la monarchie.

Quiconque pense que la monarchie est une question secondaire ou périphérique pour les socialistes d’aujourd’hui devrait simplement écouter, parler et regarder les gens autour d’eux et dans les médias au cours de la semaine prochaine. Oui, les médias amplifient et manipulent la réaction populaire, mais elle est assez réelle et certainement forte parmi les travailleurs et les travailleuses. En rentrant du cinéma hier soir, une jeune femme noire dans sa voiture s’est arrêtée au milieu de la route pour nous dire que la reine était morte.

9 septembre 2022 | tiré du site d’Anticapitalist Resistance

En écoutant la radio maintenant, Women’s Hour récupère la reine en tant qu’icône ou modèle féministe et nous venons d’avoir des conférenciers des pays du Commonwealth vantant ses références multiculturelles. La grève nationale du RMT et du CWU a été suspendue en signe de respect. Une réaction largement négative à la taxe sur l’énergie de la première Ministre Truss, qui a donné 150 milliards de livres sterling aux sociétés de combustibles fossiles, a été complètement submergée par la couverture mur à mur du décès de la Reine Élizabeth.

Le conseil travailliste de Wigan vient même d’annuler le festival local Diggers, commémorant les valeurs républicaines historiques. Les patrons et l’establishment doivent lever une fois de plus leurs verres aux avantages idéologiques de l’idéologie monarchiste pour la défense de leurs intérêts.

Presque tous les États reproduisent une idéologie d’unité nationale à travers leurs chefs d’État qui sont censés agir au-dessus des intérêts politiques partisans et devenir la mère ou le père du pays. Cependant, ils sont généralement élus et parfois leur rôle est défini dans une constitution écrite plus ou moins démocratique.

Par exemple, Matterella, le président italien, a beaucoup de soutien populaire, mais il est élu par la législature et, au moins formellement, limité par l’une des constitutions bourgeoises les plus progressistes après la fin du fascisme.

Ici, au Royaume-Uni, en revanche, le chef de l’État est un surplomb féodal, encore décidé par la naissance. Le monarque est assis sur une énorme fortune personnelle, extraite de ses sujets au fil des siècles, complétée par une grande subvention de l’État (la liste civile). La continuité de la monarchie britannique est sa grande force ; elle rend plus difficile pour son peuple d’envisager une rupture significative du système politique. Bien que certains de ses membres comme Édouard VIII aient eu une alliance avec les fascistes, dans l’ensemble, ellel n’a pas collaboré, contrairement à d’autres familles royales européennes. Cela a permis à la monarchie britannique de faire étalage de ses valeurs constitutionnelles et démocratiques.

Ce qui est frappant dans la façon dont les médias et les gens ordinaires parlent de la reine aujourd’hui, c’est la façon dont la famille royale est considérée comme faisant partie de sa propre famille. Les gens définissent leur propre vie en termes d’événements royaux. La Reine est considérée comme la mère, la matriarche, un mode et une figure parallèle à nos propres mères. Étant donné que nous vivons tous dans une sorte de famille, ce lien fonctionne efficacement pour l’idéologie dominante.

Alors que la famille royale est considérée comme des célébrités saupoudrées de la magie de la souveraineté royale donnée par Dieu, elle est de plus en plus perçue comme étant comme nos familles. Donc, toutes les ruptures de relations, les divorces, et pire encore, les rendent humains, comme nous. Les médias ont donné en spectacle la famille royale par sa vaste couverture comme celle donnée aux célébrités du divertissement et du sport.

Nulle part le rôle clé du monarque dans la reproduction de l’unité nationale n’est plus important que dans sa fonction militaire. Le monarque est le chef des forces armées. Des uniformes militaires habillent ses membres lors des fêtes d’État et ses enfants sont obligés de faire leur service militaire. Toutes les critiques sur le fait que la reine soit au-dessus de la politique s’évaporent quand il s’agit de sa présence physique dans les interventions impérialistes de l’État britannique, de l’Irlande jusqu’à l’Irak et l’Afghanistan. Le monarque aide à maintenir le ciment de l’union avec l’Écosse, le Pays de Galles et les Six Comtés. Vous pouvez comprendre pourquoi le Parti nationaliste écossais est prudent quant à l’adoption de tout slogan pour abolir la monarchie.

Comment les socialistes devraient-ils réagir formellement à la mort de la reine ?

Probablement hier, ce n’était pas une bonne idée d’organiser une sorte de carnaval pour célébrer la disparition de la reine. Il est tout à fait possible d’accepter que pour n’importe quelle famille, y compris les membres de la famille royale, c’est un moment triste de perdre une mère ou une grand-mère.

C’est le ton de la déclaration de Jeremy Corbyn, qui reconnaît également un certain élément de service public dans sa vie. Comparez cela à la déclaration de l’un de ses chevaliers, Sir Keir Starmer, chef du Parti travailliste. Son éloge funèbre est indiscernable du consensus entre les conservateurs et la BBC.

Notre monarque le plus ancien et le plus grand de tous les temps. Au-dessus des affrontements politiques, elle ne représentait pas ce pour quoi la nation se battait, mais ce sur quoi elle s’entendait. Durant les crises, elle nous a rassurés. Elle nous a rappelé que nous faisons tous partie de quelque chose qui remonte dans le temps. Un symbole du meilleur d’entre nous. (...) Chaque fois que j’avais le privilège de rencontrer la défunte reine, elle posait les questions les plus fouillées parce qu’elle voulait comprendre la vie et les luttes de son peuple. Et comme la Grande-Bretagne a changé rapidement autour d’elle, ce dévouement est devenu le point fixe de notre monde changeant.

Les travaillistes ont toujours parlé d’aider les travailleurs à parvenir à une société plus progressiste et plus juste, mais cela a toujours été basé sur l’idée qu’une telle société peut être réalisée grâce à une majorité parlementaire et à la mise en œuvre de réformes. Cela pourrait inclure des campagnes, mais jamais aucune notion de lutte des classes ou de critiques d’un État qui défend les intérêts capitalistes.

Ainsi, le progrès est considéré comme étant dans l’intérêt national, les entreprises peuvent être convaincues de fonctionner d’une manière à aider les gens et il n’y a pas de véritable ennemi de classe. L’État actuel peut être occupé et utilisé pour réaliser le socialisme. Par conséquent, le Parti travailliste a toujours été monarchiste, même si certains députés ont peut-être plaidé en faveur d’une république.

L’alternative travailliste à la taxe Truss rejette la propriété publique des compagnies d’énergie, mais au moins elle taxe ces entreprises et Starmer a été efficace à la Chambre des communes pour démolir les plans conservateurs. Cependant, par respect pour la reine, combien de temps va-t-il maintenant retarder son opposition à l’échec de Truss à taxer et à l’inaction générale des conservateurs sur la crise du coût de la vie ?

On a beaucoup parlé de la façon dont la reine a exercé son service public jusqu’à la fin. Certes, quand on pense à l’éthique et au bilan de Boris Johnson, il n’est pas difficile de mieux paraître. Mais nous devrions prendre du recul. Elle a une armée de conseillers et une grande partie de son service public consiste à visiter des lieux, à accueillir des visiteurs étrangers et à inaugurer des lieux. Si vous offriez cet emploi aux millions de personnes aliénées de leur travail aujourd’hui, la plupart vous mordraient la main pour en avoir l’occasion.

Vous devez rire quand tous les commentateurs parlent de sa réticence à devenir reine, mais c’était son destin et elle l’a assumé. C’est exactement comme ça que fonctionne la monarchie, vous n’êtes pas élu, c’est une question de sang.

Il y a dix ans, ma mère avait reçu son congé de l’hôpital dans une maison de soins temporaire pendant que la famille cherchait une place permanente. Je lui ai rendu visite et je ne pouvais pas croire à quel point c’était mauvais. Il y avait beaucoup d’urine, les installations étaient médiocres et il y avait un manque total de stimulation. Nous avons réussi à trouver un meilleur endroit, mais il doit y avoir des centaines de milliers de personnes âgées qui meurent tôt dans des conditions aussi terribles. Tout le monde devrait bénéficier des soins cinq étoiles et du soutien dont la reine a bénéficié. Nous devrions tous être en mesure de continuer à faire des choses utiles et intéressantes jusqu’à l’âge de 96 ans.

Je suis sûr que lorsque les socialistes essaieront de soulever doucement certaines de ces questions avec leurs amis, leur famille et leurs collègues de travail, ils seront accusés d’introduire la politique dans tout. Prétendre que quelque chose n’est pas politique est la façon dont la droite essaie de dissimuler la réalité que la plupart des choses ont un aspect politique (voir Rowan Fortune ici à ce sujet).

Un autre point à retenir est que le monarque a un rôle constitutionnel important dans la formation et la dissolution des gouvernements et en tant que chef des forces armées. En temps normal, cela n’est pas controversé et les conseils du gouvernement élu sont suivis. Dans une crise où les intérêts capitalistes et étatiques sont menacés, ce rôle pourrait être crucial.

Nous avons déjà vu dans les années 1960 qu’il y avait des mesures réelles contre le gouvernement de Wilson, qui ont été discutées (et rejetées) par la reine. Dans une crise plus profonde, cette réticence pourrait ne pas être si forte. Pour la classe dirigeante, cela pourrait être considéré comme leur dernière carte, qui ne peut probablement être utilisé qu’une seule fois car si cette manœuvre échouait, la monarchie serait finie.

Il convient de terminer par quelques sages paroles de James Connolly, le révolutionnaire irlandais. Un héros de Mick Lynch, qui mène maintenant la lutte des travailleurs de RMT.

Qu’est-ce que la monarchie ? D’où tient-elle son autorité ? Qu’a-t-elle offert à l’humanité ?

La monarchie est la survivance de la tyrannie imposée sur l’humanité par l’avidité et la traîtrise dans la période la plus sombre et marquée d’ignorance de notre histoire.

Elle tire sa seule autorité de l’épée du voleur et de l’impuissance du producteur et ce qu’elle a donné à l’humanité est inconnu – si ce n’est que l’on peut le mesurer aux multiples exemples de l’injustice la plus cynique et triomphale.

Toutes les classes de la société, à part la famille royale et en particulier la famille royale britannique, ont contribué à élever le genre humain via certains de leurs membres. Mais ni dans la science, ni dans les arts, ni dans la littérature, ni dans l’exploration, ni dans les inventions mécaniques, ni dans aucun domaine de l’activité humaine aucun représentant de la famille royale britannique n’a fait progresser l’humanité au niveau moral, intellectuel ou matériel. Cette famille s’est opposée au moindre progrès, a combattu toutes les réformes, persécuté le moindre patriote [irlandais ndt] et intrigué contre toutes les causes justes. En massacrant tous les amis du peuple, elle a fraternisé avec tous ses oppresseurs. Si de nombreux prêtres malavisés en font aujourd’hui l’éloge, elle est célèbre dans l’histoire pour le caractère révoltant de ses crimes. Meurtre, trahison, adultère, inceste, vol, parjure : tous les crimes connus par l’homme ont été commis par l’un ou l’autre des monarques dont le roi George revendique fièrement la descendance.

Dave Kellaway

Militant socialiste, Grande-Bretagne.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...