Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Rabaska

Un nouveau pas dans la mobilisation contre le projet de port méthanier

Rabaska le scandale, Rabaska la rage !

Plus de 1000 personnes se sont donné rendez-vous dimanche devant le parlement de Québec pour dénoncer le projet Rabaska. L’intéressant, c’est que pour la première fois véritablement on sentait que l’affaire prenait une dimension nationale, et que cette fois-ci le mouvement écologiste, toutes tendances confondues, faisait enfin cause commune. Après le Suroît et le Mont Orford, voilà que Rabaska nous rappelle les manigances à courte vue du gouvernement Charest ainsi que la nécessité de s’y opposer de toutes nos forces.

Malgré le froid, les organisateurs de la manifestation étaient contents de voir que leur appel avait été entendu et surtout de voir enfin unis dans une même manifestation tous les courants du mouvement écologiste, Greenpeace compris. Loin de sentir leur cause perdue, ils ont tout au long du cortège et surtout devant le Parlement rappelé le scandale que symbolise ce projet et la rage qu’il peut susciter parmi de larges secteurs de la population.

A l’encontre de cinq lois existantes

Imposé par décret à l’encontre de cinq lois existantes (notamment celle concernant le zonage agricole), faisant fi de la valeur patrimoniale d’un site historique et touristique unique, mettant délibérément de côté des risques d’accident particulièrement graves, surévaluant les besoins en gaz du Québec, cachant habilement l’importance de ses effets négatifs sur l’environnement, passant sous silence que ce port ne servira qu’à satisfaire les besoins des USA en énergie, le projet Rabaska n’est arrivé à avoir le soutien inconditionnel du gouvernement que parce qu’il est soutenu par de puissants intérêts.

Et notamment par ceux de Paul Desmarais, actionnaire d’Embridge (un des groupes formant le consortium Rabaska) et de la compagnie Suez qui vient de fusionner avec Gaz de France (autre entité dudit consortium). Comment comprendre autrement qu’un gouvernement s’acharne à défendre un projet qui combine autant d’incohérences et d’absurdités ?

Bataille loin d’être finie

Les organisateurs ont rappelé enfin que pour eux la bataille était loin d’être finie, et que comme dans le cas du Suroit ou du Mont Orford, ce n’est qu’en allant jusqu’au bout, qu’en ne lâchant pas prise qu’on pourra faire reculer, d’une manière ou d’une autre, le gouvernement. Des animateurs de diverses associations écologistes de la région, des personnalités impliquées depuis des mois dans cette lutte, des représentants d’organisations écologistes nationales ainsi que de partis politiques ont pris tour à tour la parole. Valérie Guilloteau de Québec solidaire a clos le tout en appelant à multiplier les actions solidaires.

Mots-clés : Rabaska
Pierre Mouterde

Sociologue, philosophe et essayiste, Pierre Mouterde est spécialiste des mouvements sociaux en Amérique latine et des enjeux relatifs à la démocratie et aux droits humains. Il est l’auteur de nombreux livres dont, aux Éditions Écosociété, Quand l’utopie ne désarme pas (2002), Repenser l’action politique de gauche (2005) et Pour une philosophie de l’action et de l’émancipation (2009).

Sur le même thème : Rabaska

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...