Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Israël

Réponse à un critique de Gideon Lévy, qui a qualifié les évadés palestiniens de « combattants de la liberté »

Le nom Raed Jadallah ne signifie presque rien pour un.e Israélien.ne. C’était un homme transparent, un jardinier de 39 ans, père de quatre petits enfants. C’est exactement comment, presque textuellement, mon collègue Josh Breiner a ouvert son article « Des assassins, non pas des combattants de la liberté » (Haaretz, 20.9). Seulement qu’à la place de Raed Jadallah il a écrit Simon Milechevsky.

22 septembre 2021 | Ha’aretz | traduction David Mandel

Milechevsky est mort lors d’une attaque terroriste palestinienne. Jadallah a été tué dans une attaque terroriste de Tsahal (l’armée israelienne). Des soldats l’ont abattu dans le noir parce qu’il avait allumé une cigarette. Puis ils n’ont pas pris la peine pendant une heure et demie d’aller voir ce qui lui était arrivé, jusqu’à ce que son fils de 15 ans ait découvert son corps jeté sur le bord de la route. Le malheureux Jadallah a été tué par des tirs aveugles de soldats débiles. Breiner oserait-il les qualifier d’assassins ? Avaient-ils l’intention de tuer ? Pourquoi pas ? Ils n’ont certainement rien fait pour ne pas tuer.

La question de l’intention est superflue. Elle sert la démagogie israélienne. Les tueurs du garçon, Muhammad al-Alami de Beit Umar, n’avaient-ils pas l’intention de le tuer lorsqu’ils ont fait pleuvoir des barrages sur la voiture de son père de retour de ses courses ? N’est-ce pas du terrorisme ? Et tuer quatre enfants de la famille Bachar au bord de la mer de Gaza lorsqu’ils jouaient au football était-ce intentionnel ? Pas intentionnel ? Cela change-t-il quelque chose ? Les quelques 400 enfants tués dans l’opération « Plomb durci » ont-ils, elles, tous et toutes été tué.e.s par inadvertance ?

Il y a une limite à ce que l’esprit peut supporter. Breiner et presque tous et toutes les Israélien.ne.s n’oseraient pas répondre honnêtement à ces questions. Pour eux et elles, les Juifs, Juives ont toujours raison et se défendent, et les Palestinien.ne.s sont toujours les terroristes et les meurtriers, meutrières. Seul.e.s les Juifs, Juives sont autorisé.e.s à tuer. Je le vois différemment...

Breiner essaie de déchirer le cœur avec des histoires déchirantes des victimes d’actes terroristes, qui sont la responsabilité de ceux qui ont fui la prison de Guilboa. Il réussit. J’essaie de faire la même chose avec les victimes de l’occupation, et j’y réussis moins. Mais ce n’est pas le succès qui est en discussion, mais la question que pose Breiner : quel "fondement mental" amène une personne à louer des meurtriers - comme faisant allusion à l’état mental précaire du loueur.

Ce fondement mental sain s’appelle les droits de la personne, le droit international, les valeurs universelles, ainsi que l’humanité, l’identification et la compassion pour les opprimé.e.s et les faibles.

Gideon Levy

Journal Haaretz, Israël

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...