Édition du 16 avril 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Ukraine, les féministes en alerte. Après la guerre, il y a un risque d’interdiction de l’avortement

La vétérane Marta Chumalo s’exprime : l’Ukraine en crise démographique, un possible boom de la droite radicale.

Tiré de Entre les lignes et les mots
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/08/22/ukraine-les-feministes-en-alerte-apres-la-guerre-il-y-a-un-risque-dinterdiction-de-lavortement/

Kiev : « Cette guerre est comme une lentille qui grossit le meilleur et le pire du comportement humain. Dans un train transportant des personnes déplacées loin de l’Ukraine, vous pouvez voir des gens jouer des coudes pour obtenir un siège, et d’autres offrir des boissons chaudes à la gare sans rien demander en retour ».

Ces mots, prononcés avec une résignation calme et un sourire doux, sont de la vedette de Marta Chumalo, l’une des fondatrices du centre « Women’s Perspectives » à Lviv. Marta est psychologue, experte en questions de genre et première femme ukrainienne à recevoir le prestigieux prix Olof Palme, une récompense internationale pour ceux qui se distinguent dans la protection des droits de l’homme, qu’elle a reçu vêtue d’une chemise traditionnelle vishvanka brodée de motifs floraux.

Son organisation est active depuis 1998 et gère sept maisons d’accueil dans toute l’Ukraine, des structures qui hébergent des femmes majeures victimes de violences domestiques. Depuis 2014, et plus particulièrement après l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022, Mme Chumalo s’est concentrée sur les femmes déplacées dans le conflit qui déchire les frontières orientales de l’Europe. Elle est désormais à Truskavetz, une station thermale des Carpates ukrainiennes également appréciée des Hongrois et des Biélorusses, où sa connexion Internet va et vient.

«  À la fin du mois de février de l’année dernière, nous préparions la marche féministe de Lviv, la première après les restrictions imposées par la Covid. Nous étions en train d’imprimer des T-shirts  », raconte-t-elle lors d’un appel vidéo, les cheveux colorés en violet et avec l’amertume de quelqu’un qui craint que le rôle des organisatrices comme elle ne soit dévalorisé après la guerre. Immédiatement après l’invasion, Lviv est devenue un point de transit crucial, les femmes et les enfants qui n’avaient pas eu le privilège de partir à l’étranger s’installant dans des centaines d’abris de fortune. Ensuite, ceux qui n’ont pas pu s’installer à l’étranger sont également revenus. Les conditions offertes par la ville proche de la frontière polonaise, aussi généreuses soient-elles, restaient dures : gymnases, sous-sols, semi-enterrés, des centaines de personnes allongées sur des matelas, 20 personnes ou plus dans une pièce. Chumalo a donc créé de nouveaux abris pour les femmes vulnérables, les femmes âgées, les femmes ayant plus de trois enfants et les femmes victimes de violences.

A Lviv, où la vie quotidienne est restée relativement calme pendant les quelque 500 jours de guerre, surtout par rapport à Kiev et Odessa, de nombreuses femmes de tous âges, venues des coins les plus divers du pays, se sont réinsérées, ont trouvé un travail temporaire ou ont inscrit leurs enfants à l’école. Mais après avoir travaillé dans ce centre particulièrement nationaliste de l’Ukraine, Chumalo a réalisé qu’un autre danger planait sur la vie des militants comme elle : « Après les prochaines élections, il y aura un parlement rempli d’hommes de l’armée, de militaires, d’anciens combattants et de la droite radicale », explique-t-elle. « Et cela met en danger la démocratie ukrainienne, et plus particulièrement les femmes ».

Une situation similaire s’était déjà produite en 2014, rappelle Chumalo, après le soulèvement EuroMaidan qui avait conduit à la démission du président pro-russe de l’époque, Victor Yanukovych : événement fondateur pour cette partie du camp pro-européen et progressiste, il comportait néanmoins des aspects sombres tels que de possibles attaques sous faux drapeau menées par la droite subversive, le défrichage de la mythologie ultranationaliste de type galicien (la région de Lviv) et les tentatives d’orienter l’opinion publique dans une direction pro-OTAN et pro-UE menées avec l’aide fondamentale de diverses ONG occidentales. Chumalo se souvient : «  EuroMaidan n’était pas un événement nationaliste. J’y étais. Il s’agissait de lutter contre la violation des droits de l’homme. C’était contre la corruption systématique  ». Dans le même temps, cette lutte pour l’émancipation du monde russo-centré, partagée par des millions d’Ukrainiens, a conduit à l’émergence de divers démons hostiles au féminisme.

Elle craint un scénario à la Handmaid’s Tale, quelle que soit l’issue du conflit :

«  Je pense vraiment que les politiques essaieront d’interdire l’avortement », dit-elle. « Nous avons déjà eu des signes ces jours-ci. Il y a des idées malsaines dans l’air. Comme celle qui dit que la nation ukrainienne est en train de se dépeupler, de mourir, et que les femmes doivent faire des enfants, sans rien dire  ». S’agit-il d’une dystopie possible dans une nation de plus en plus martiale, où les affiches de propagande ressemblent à des publicités de jeux vidéo, où les informations télévisées continuent d’être concentrées sur une seule chaîne pro-gouvernementale, ou est-ce la paranoïa d’un militant qui n’aime pas une société en uniforme ? Ce que l’on sait aujourd’hui , c’est que 90 % des Ukrainiens qui ont émigré après l’invasion sont des femmes et des enfants, et que des millions d’entre eux ne reviendront pas. Les enfants devront aller à l’école, les femmes chercheront du travail, surtout si elles ont perdu leur maison en Ukraine explique M. Chumalo. Un pays qui comptait 50 millions d’habitants après son indépendance en 1991 et qui en compte aujourd’hui un tiers de moins, sera confronté à un problème dramatique de vieillissement, de dépopulation et de manque de main-d’œuvre qualifiée. La colère chauvine pourrait suggérer des solutions primitives à certains.

« Non seulement la droite radicale voudra interdire l’avortement, mais aussi le clergé, qui a toujours été représenté au parlement  », explique M. Chumalo, qui pense au Conseil panukrainien des églises, une puissante congrégation qui regroupe des églises chrétiennes de diverses confessions, mais aussi diverses organisations religieuses, et qui lutte depuis des années, avec beaucoup plus de véhémence que papa Bergoglio, contre l’idéologie du genre et la remise en cause de la famille traditionnelle. Et contre l’avortement, bien sûr. Elle s’est également battue contre la ratification par l’Ukraine de Zelensky, en 2022, de la Convention d’Istanbul, qui définit la violence à l’égard des femmes comme une violation très grave des droits de l’homme et qui modifie le contexte en faveur des survivantes.

Le dilemme qui se pose à de nombreuses féministes ukrainiennes dans un pays engagé dans une guerre existentielle, mutilé, appauvri et en même temps hyper-moderne, est un dilemme qui se pose aux intellectuels dans toutes les guerres : rester fidèle à soi-même ou se sacrifier pour la cause ? Un doute résolu depuis des années sans hésitation par Chumalo ainsi que par d’autres groupes qui lui sont alliés et qui ne sont pas intimidés par la nécessité de se rassembler autour du drapeau. Notamment parce que l’hostilité de certains groupes précède le conflit avec la Russie : « Je suis attaqué par la droite radicale depuis vingt-cinq ans, depuis que j’ai commencé mon travail dans l’ouest de l’Ukraine. Ma première marche du 8 mars à Lviv, en 2008, a été combattue par des fascistes ». Aujourd’hui, cependant, souligne M. Chumalo, les récits radicaux se sont étendus à l’Est. Pour une raison très simple : l’agression russe. De nombreuses femmes déplacées du Donbass que nous rencontrons ont des idées plus nationalistes que celles de l’Ukraine occidentale. Une certaine iconographie impitoyable s’est répandue parmi les gens ordinaires. Ceux qui ont perdu leur maison ou ont été contraints de fuir ont été poussés dans cette direction  ».

Le féminisme a toujours été une lutte, dit Chumalo en riant : la différence est qu’après l’EuroMaidan, certaines questions qui lui tiennent à cœur sont entrées davantage dans le débat public. Mais les obstacles n’ont jamais manqué : avec la pandémie, on nous a retiré l’autorisation de manifester, et maintenant il y a la guerre. Au début, il y a eu un phénomène particulier : la police a presque réprimandé les femmes qui dénonçaient, en disant : « Pourquoi dénoncez-vous ? Vos maris sont nos héros, ils servent la nation ». Mais cela se terminait par l’envoi au front des hommes violents qui recevaient des papiers de conscription lors de la visite de la police. Paradoxalement, la guerre a libéré de nombreuses femmes de leurs oppresseurs. Le revers de la médaille, c’est que beaucoup plus de femmes ont fini par être exploitées, trafiquées, forcées à se prostituer ».

La guerre est entrée dans la maison des femmes ukrainiennes. Non seulement, bien sûr, en termes de routine perturbée dans certaines régions, de bulletins quotidiens mortels, de charge supplémentaire d’angoisse, mais aussi en termes d’impact sur la psyché familiale des hommes qui, revenus en tant qu’anciens combattants, ne sont plus ce qu’ils étaient lorsqu’ils sont partis. «  Il y a ceux qui trouvent des grenades dans la chambre à coucher, posées sur la table de chevet, ou des fusils laissés par des maris distraits sur la table de la cuisine pendant que les enfants jouent à la maison. Ces incidents sont innombrables  ». Et puis il y a les abus dictés par la peur : un homme a pris trois de ses enfants, trois enfants de trois femmes différentes, et les a emmenés de l’autre côté de la frontière pour essayer d’échapper à la mobilisation générale après le déclenchement de la guerre. Aujourd’hui, l’histoire est inversée et les femmes peuvent emmener leurs enfants à l’étranger pour échapper à la guerre, même sans le consentement de leur mari.

Dans les centres d’hébergement de Women’s Perspectives, aucun repas n’est fourni, tout au plus des denrées alimentaires de base en cas de besoin. C’est alors aux locataires de décider ce qu’ils veulent cuisiner. Nourrir les gens, dit Chumalo, leur enlève le contrôle et le pouvoir sur leur vie. L’organisation des centres d’hébergement vise à encourager les femmes à reprendre le contrôle de leur vie le plus rapidement possible, à prendre des décisions, à faire des projets : « Nous n’offrons pas seulement un logement, mais aussi un système établi de soutien psychologique et culturel. Nous voulons que les gens soient indépendants.


Comment imaginez-vous l’après-guerre ?

Je rêve d’organiser à nouveau des manifestations, je rêve d’un pays libéré de l’emprise du nationalisme ». Cependant, Chumalo est pleinement consciente des graves défis auxquels l’Ukraine sera confrontée une fois l’assaut russe terminé, en particulier si le résultat ne satisfait pas les plus conservateurs et ceux qui sont au pouvoir. Il y a un risque que la violence domestique augmente lorsque les hommes reviendront de la zone de guerre. Nous devons réfléchir à l’avance à la manière de gérer la situation », prévient Mme Chumalo.

«  Il sera impossible d’éviter le nationalisme », admet-elle. «  La question de la langue a été l’une des premières justifications utilisées par Poutine pour l’invasion. C’est pourquoi nous aurons beaucoup d’initiatives contre la langue russe  ». Elle espère une grande période de réflexion. « Il est très important d’avoir des plateformes de discussion, et pour l’instant nous n’en avons pas : ni pour parler de la question de la langue, ni pour aborder les différents problèmes qui nous affligeront, y compris le mauvais traitement et l’humiliation des femmes ». Mais il est possible de prévoir les défis auxquels la société ukrainienne est confrontée, nous rappelle Mme. Chumalo, et de commencer à y répondre.

Paolo Mossetti
Esquire
https://www.esquire.com/it/news/politica/a44638694/ucraina-guerra-femministe-divieto-aborto/
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article67561

******

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Remplir le formulaire ci-dessous et cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...