Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Unilinguisme anglophone au CN : des salarié.e.s francophones subissent des pressions discriminatoires

Après le scandale du PDG qui proclamait fièrement son unilinguisme anglophone, puis le conseil d’administration qui se révèle complètement unilingue anglophone, voilà que des employé.e.s francophones sont victimes de discriminations sur les l ;ieux de travail au CN. Teamsters Canada qui les représentent, a fait parvenir une lettre dénonçant cette situation qui rappelle aux québécois.e.s francophones un passé pas si lointain où l’anglais était la seule langue utile et la façon de marginaliser les francophones du Québec. Nous publions ici cette lettre.

Le 5 avril 2022

Mme Tracy Robinson

Présidente-Directrice Générale

Canadien National

935, de la Gauchetière Ouest

Montréal, QC H3B 2M9

Mme Robinson,

En tant que Présidents Généraux de la Conférence Ferroviaire de Teamsters Canada, les soussignés représentent les ingénieurs de locomotive, chefs de train et chefs de triage dans l’Est du pays. Dans un premier temps, nous désirons vous féliciter pour votre nomination au poste de PDG du CN et vous faire part de notre souhait de pouvoir travailler en collaboration dans le futur afin de faire face aux multiples enjeux devant nous.

Nous croyons aujourd’hui qu’il est de notre devoir de porter à votre attention les faits suivants ainsi que les inquiétudes et le mécontentement qu’ils provoquent pour nous et nos membres.

Le 16 avril et le 24 novembre 2020, nous avons écrits à votre prédécesseur pour souligner de multiples problèmes relativement à l’utilisation et la qualité de la langue française dans le milieu de travail de nos membres. Nous avons à ce moment fourni plusieurs exemples de la piètre qualité du français utilisé ou même de l’absence de service en français dans certains cas. Malgré les engagements pris par la direction à ce moment, les problèmes persistent. Vous trouverez ces deux lettres adressées à M. Ruest ainsi que sa réponse en pièces jointes.

Depuis l’automne 2021, plusieurs employés unilingues anglophones travaillent au terminal de Montréal afin de combler une pénurie de personnel. Bien que la direction nous ait affirmée que les employés qui ne sont pas confortables à travailler en anglais ne seraient pas forcés de le faire, les choses ne semblent pas se passer ainsi. Il apparaît que les employés qui affirment ne pas être confortables à travailler en anglais subissent de la pression, des menaces de mesures disciplinaires et un traitement qui pourrait parfois s’apparenter à des représailles.

Bien qu’il s’agisse à nos yeux d’un profond manque de respect envers les employés francophones et la législation en vigueur, il s’agit avant tout d’un enjeu de sécurité majeur. Comment peut-on penser effectuer des opérations ferroviaires sécuritaires lorsque les intervenants impliqués ne peuvent communiquer adéquatement dans la même langue ?

À titre d’exemple, le 20 février 2022, la Compagnie a exigé d’un employé bilingue qu’il agisse comme traducteur au sein d’une équipe de train pour effectuer des manœuvres. Un autre employé qui a fait part de son impossibilité à travailler en anglais s’est fait ordonner de demeurer assis à la gare et d’appeler son superviseur aux deux heures. Certains événements sont également survenus sur la voie principale où des trains ont dû s’immobiliser puisque les membres du personnel ne pouvaient communiquer dans la même langue. Vous trouverez un exemple de cette situation en pièce jointe.

De plus, nos membres qui doivent communiquer avec le service mécanique (Diesel doc) qui se trouve à Homewood ne semblent toujours pas pouvoir le faire en français.

Depuis l’été 2021, le territoire de l’Est du Canada est passé de trois surintendants à un seul, ce dernier est unilingue anglophone. Bien que nous n’ayons aucun ressentiment personnel envers l’individu, cette situation fait en sorte que les communications sont impossibles avec les employés et les représentants syndicaux locaux unilingues francophones.

Ce ne sont ici que quelques exemples qui nous ont été rapportés mais considérant la tendance qui semble s’installer depuis quelques années et ce malgré nos interventions, nous sommes d’avis que des mesures concrètent doivent être prises afin de remédier à la situation une fois pour toute.

Nous savons à quel point la diversité, l’équité et l’inclusion sont des valeurs primordiales pour le CN, il est donc difficile pour nous de comprendre pourquoi nous devons toujours en 2022 faire des revendications sur les droits des francophones. Mais avant tout, il s’agit d’une question fondamentale de sécurité. Vous pouvez certainement comprendre nos inquiétudes et celles de vos employés lorsque ces derniers font face à ce type de situation.

C’est pourquoi nous faisons de nouveau une requête auprès de la haute direction afin d’éviter de potentiels accidents et également afin que les droits de nos membres soient respectés.

Veuillez recevoir, Madame, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...