Édition du 15 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Vote historique : 88, 8 % des livreurs et livreuses de Foodora en faveur de la syndicalisation (STTP)

TORONTO, le 16 juin 2020 - Après un vote historique, les livreurs et livreuses de Foodora de Toronto et de Mississauga ont choisi de se joindre au Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) ! Il s’agit du tout premier groupe de travailleurs et travailleuses des services basés sur une application à se syndiquer au Canada.

« La vérité a triomphé. Nous formons désormais un syndicat et notre employeur doit maintenant nous respecter et reconnaître nos droits, se félicite Iván Ostos, un livreur qui participe à la campagne de syndicalisation depuis le début. Nombreux sont ceux qui doutent que les travailleuses et travailleurs d’aujourd’hui veulent ou ont besoin d’un syndicat. Mais à force de discuter, de nous entraider et de travailler sans relâche, nous sommes parvenus à réaliser quelque chose que beaucoup de personnes pensaient impossible. Je suis très reconnaissant envers tous les livreurs et livreuses qui ont participé à cette campagne. »

Les résultats du vote demeurent historiques, même si, en avril dernier, en plein cœur d’une pandémie mondiale, Foodora a quitté le marché canadien, laissant sans emploi des milliers de travailleurs et travailleuses. Les conditions de travail dans l’économie des petits boulots sont inacceptables et les travailleurs et travailleuses sont déterminés à faire bouger les choses.

Neuf mois après la tenue du vote d’accréditation syndicale, la Commission des relations de travail de l’Ontario a finalement enlevé le sceau des bulletins de vote et les a comptés. En février dernier, elle avait rendu une décision dans laquelle elle déclarait que les livreurs et livreuses étaient des entrepreneurs dépendants, et non indépendants, et que, à ce titre, ils pouvaient se syndiquer.

Le résultat obtenu aujourd’hui est le point culminant d’une campagne de syndicalisation de plus d’un an menée par des livreuses et livreurs dévoués qui luttent pour des meilleures protections en matière de santé et de sécurité et pour une juste rémunération de leur travail.

« Les gens disaient qu’il était impossible de syndiquer les travailleuses et travailleurs de l’économie des petits boulots, mais ces livreuses et livreurs viennent de prouver que c’est possible, déclare Jan Simpson, présidente nationale du STTP. Le départ de Foodora n’enlève rien à ce que ces travailleuses et travailleurs ont accompli. Ils ont ouvert la voie pour que toutes les personnes ayant un statut d’emploi précaire puissent obtenir des droits et se syndiquer. Nous sommes fiers de nous tenir à leurs côtés et de les soutenir, ainsi que tous les autres travailleurs et travailleuses de l’économie des petits boulots durant les luttes à venir. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...