Édition du 7 avril 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Washington et Téhéran : se souvenir et oublier : non à la guerre avec l'Iran !

La négligence criminelle du régime iranien et de son armée - abattre un avion de ligne qui venait de décoller de son propre aéroport de Téhéran - devrait immédiatement nous rappeler les dizaines, voire les centaines d’occasions où les forces américaines ont causé le même genre de carnage collatéral de civils.

Jeudi 16 janvier 2020 , par David Finkel
International Viewpoint

Nous n’avons pas à remonter jusqu’en juillet 1988, lorsque l’USS Vincennes a abattu un avion de ligne iranien, le vol 655 avec 290 victimes à bord - pour lequel les États-Unis ont finalement payé une compensation mais sans jamais s’excuser. De 2001 à nos jours, lors des guerres américaines en Afghanistan et en Irak, il suffit de penser aux cérémonies de noces bombardées à partir des airs, aux convois civils détruits par des « bombes intelligentes » guidées par laser, des journalistes visés par un hélicoptère d’attaque, quand la maison qui a été bombardée et attaquée (des familles anéanties) n’était pas celle qui avait été désignée, le massacre de civils à Blackwater au rond-point de Bagdad - ce sont des cas qui sont connus, sans parler de tant d’autres inconnus.

Je dis que la catastrophe du vol ukrainien 752 « devrait nous rappeler » ces événements, mais bien sûr, cela ne se produit pas. Bien au contraire : grâce aux médias institutionnels et à la grande majorité des politiciens, des conservateurs aux libéraux, on a concentré l’attention du public sur le dernier crime de l’armée iranienne faisant ainsi oublier au public américain ce que les guerres et les interventions de notre propre pays ont fait aux populations de tant d’autres nations. Cela comprend aussi ce que notre allié stratégique, l’Arabie saoudite, avec ses pilotes formés aux États-Unis, ses avions et ses bombes fournis par les États-Unis, a fait à la population du Yémen.

De même, l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani par les USA- et les prétextes mensongers toujours changeants avancés par Trump et son administration pour faire croire à une « menace imminente » - devrait nous rappeler que cette même figure « terroriste », et l’Iran lui-même au cours des deux dernières décennies, avaient également été un partenaire des États-Unis dans la lutte contre les talibans, al-Qaïda et « l’État islamique ». Au lieu de nous faire un rappel de ces événements, bien sûr, le débat des experts pour savoir si ce meurtre était un "acte politique raisonnable" fait en sorte que les gens oublient commodément presque tout ce qui est survenu auparavant.

La tentative grossière du régime iranien de cacher la vérité pendant trois jours après la chute de l’avion devrait également rappeler, à tout le monde, les efforts du royaume saoudien pour cacher l’enlèvement et le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi à Istanbul - pour lequel les États-Unis n’ont imposé aucune sanction digne de mention. Encore une fois, c’est presque maintenant tombé dans l’oubli.

Les mensonges du régime iranien racontés à son propre peuple ont ravivé la vague de protestations populaires contre la brutalité meurtrière, la corruption et l’administration incompétente de la République islamique. Sur ce point et sur d’autres points importants, tout le monde devrait lire (sur le site Web de l’Alliance des socialistes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord) la description des manifestations populaires iraniennes qui s’intensifient contre le régime en réponse à la destruction de l’avion de passagers par l’Iran.

Pour le mouvement ici aux États-Unis, nous devons nous concentrer sur la menace de guerre et le démantèlement final de l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 (Joint Comprehensive Plan of Action, JCPOA).

De toute évidence, le régime iranien ne veut pas participer à une guerre avec les États-Unis, et il semble que l’administration américaine ne veuille pas non plus la guerre, à l’exception des néoconservateurs qui infestent l’appareil de sécurité nationale de la Maison Blanche. Certes, le peuple américain ne veut pas la guerre.

Cette réalité n’atténue cependant pas le danger que représente le moment présent. Les sanctions imposées par les États-Unis ont démoli l’économie iranienne, qui se serait effondrée de 9,5% au cours de la dernière année. Au moment d’écrire ces lignes, les États européens qui ont promis de maintenir le JCPOA semblent l’abandonner, intimidés parTrump. Alors que Trump tweete cyniquement son "soutien" au peuple iranien, celui-ci voit son niveau de vie, ses infrastructures médicales et sa sécurité alimentaire s’effondrer.

Un conflit plus asymétrique risque de se produire : soit davantage de meurtres ciblés par les États-Unis - et peut-être finalement la tentative de l’Iran de se doter d’une capacité de riposte nucléaire dissuasive (ce qu’il n’avait plus souhaitée après 2003 avec la chute de son grand ennemi traditionnel, l’Irak de Saddam Hussein).

Si les perspectives qui découlent de la situation actuelle ne sont pas claires - que ce soit une escalade des tensions ou une période d’apaisement relatif - ce qui est absolument clair, c’est la nécessité de construire une résistance anti-guerre de masse qui parle au peuple de ce pays. Les manifestations qui se déroulent dans des dizaines de villes sont une bonne chose, mais il faut faire plus. Il ne s’agit pas seulement d’exposer devant la population les mensonges quotidiens de Trump et de ses conseillers. Il faut demander à tous les candidats démocrates de se prononcer pour dire s’ils sont d’accords pour faire la guerre à l’Iran, s’ils sont d’accords avec les menaces de faire la guerre à l’Iran, s’ils sont d’accords avec les sanctions pour paralyser l’Iran, et ceci sans aucun échappatoire verbal d’aucune sorte.

À l’heure où la planète brûle déjà, il ne faut pas oublier qu’une autre guerre au service de l’empire est absolument inacceptable.

Pas de guerre avec l’Iran - Que les troupes américaines se retirent du Moyen-Orient maintenant !

15 janvier 2020

Solidarité à la source.

Le site International Viewpoint offre une traduction qu’il nous invite à améliorer. Félix DB a fait un travail de relecture et a apporté quelques améliorations à la traduction.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...