Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

À Québec solidaire, nous sommes fiers de nous battre pour la langue française

La gauche indépendantiste a toujours lutté pour protéger et valoriser la langue officielle et commune du Québec : à l’instar du mouvement syndical, nous pensons qu’il s’agit d’une question de justice sociale.

Presque un demi-siècle après l’adoption de la Charte de la langue française, il était temps de moderniser la loi et le projet de loi 96 concrétise plusieurs revendications de longue date de Québec solidaire. Il crée un véritable ministère de la langue française et un poste de commissaire de la langue française. Il impose la loi 101 aux entreprises de compétence fédérale et assujettit les entreprises de 25 à 49 employés au processus de francisation. Il ouvre un guichet unique pour la francisation et il reconnaît le droit à l’apprentissage du français pour tout le monde.

Pendant les dizaines d’heures d’étude du projet de loi à l’Assemblée nationale, je suis fière des gains qu’on a obtenus. Malgré cela, le projet de loi 96 est loin d’être parfait. Le délai de 6 mois permettant à l’État de communiquer avec les nouveaux arrivants dans une autre langue que le français est trop court. Québec solidaire est le seul parti qui a proposé de l’étendre à au moins deux ans. Québec solidaire va se battre pour que les budgets pour faire appel à des interprètes au-delà du délai soient augmentés, car leur nombre est insuffisant pour répondre à la demande.

Le gouvernement n’a rien voulu savoir de responsabiliser les entreprises, alors qu’on sait très bien que c’est la langue parlée au travail qui est déterminante. Pourquoi ne pas fournir des cours de francisation sur les heures de travail payées ?

La réponse courte : parce que le nationalisme de la CAQ s’arrête aux employeurs.
Nous avions une occasion historique de protéger les langues parlées par les peuples autochtones sur le territoire, et ma collègue Manon a présenté des amendements souhaités par les représentantes et les représentants des Premières Nations. Malheureusement, ils ont été balayés du revers de la main… Une raison de plus de voter Québec solidaire aux prochaines élections !

Maintenant que le projet de loi est presque adopté, le gouvernement Legault doit l’expliquer. Même si l’accès à la santé des Québécoises et des Québécois anglophones et allophones n’est pas remis en question, la CAQ doit dissiper tout doute et répondre aux inquiétudes soulevées dans les derniers jours. Jamais Québec solidaire n’aurait appuyé un projet de loi qui empêche une personne de recevoir des soins dans une autre langue que le français.

De part et d’autre d’un débat chargé, le français ne doit jamais servir à ériger des murs entre nous. L’attitude irresponsable du Parti libéral divise les Québécois et Québécoises. Les commentaires incendiaires d’un premier ministre qui blâme les immigrants pour le déclin du français divisent aussi. Le français est le ciment de notre société et tous les partis politiques doivent agir en conséquence : en faisant le pari du rassemblement, comme les grands bâtisseurs d’hier.

Il est évident que Québec solidaire n’aurait pas écrit le même projet de loi. En 1977, Camille Laurin a pris le bâton du pèlerin en faisant une tournée du Québec pour présenter la loi 101 aux anglophones, au milieu des affaires et aux communautés culturelles. Ce n’était pas une tâche facile, mais il avait compris que le jeu en valait la chandelle. Aujourd’hui, la loi 101 fait largement consensus au Québec. Les questions qui persistent sur le projet de loi 96 nous démontrent que la CAQ a manqué une autre occasion de rassembler autour de notre langue commune.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...