Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Conférence internationale pour la Libye

Macron joue au leadership sur le continent africain. le président Tebboune défend l’honneur du peuple algerien en s’abstenant d’assister au rendez-vous de Paris, Alliance de circonstance et politique de la chaise vide ! En déclinant, par ricochet, une invitation franaise aà la conférence de Paris sur la Libye, vendredi 12 décembre, le chef de l’État algérien, Abdelmadjid Tebboune a envoyé un message clair aux observateurs et a son homologue Emmanuel Macron, sur la violence de ses dernières déclarations a l’égard de l’Algérie, pays de 1,5 millions de martyrs.

De Paris, Omar HADDADOU

DIX ANNÉES DE CHAOS, MERCI SARCO ! PLACE AUX SOMMETS POST ASSASSINAT DU GUIDE MOUAMMAR KADHAFI.
Macron ne s’en cache pas. En l’absence de nombre de chefs d’Etat influents, il a pour objectif inexpugnable - en attendant la prochaine initiative - d’envoyer dans les cordes Vladimir Poutine et Tayyip Erdogan pour assoir son hégémonie sur le très convoité et pitoyable continent africain, à travers sa politique inclusive et non moins volontariste, où la guerre d’intérêts et d’influence (Episode Groupe Wagner/ France) se fait de plus en plus rude. Un autre acte qui se joue sur un territoire gorgé de pétrole, sous les yeux d’une Communauté internationale, assignée au rang des intermittents du spectacle.
Au cours de cette conférence de Paris sur la Libye, le Président français se voulait un chef de file batailleur, décideur intraitable pour ses adversaires, en vue d’accompagner la transition libyenne. D’emblée, il assène en guise de préambule : « La Turquie et la Russie doivent aussi retirer sans délai leurs forces militaires dont la présence menace la stabilité. Les six semaines qui viennent sont déterminantes pour mener à bien le bon déroulement de ces opérations ».
Le ton donné, Emmanuel Macron s’emploie à peser de tout son poids sur le processus électoral, prévu pour le 24 décembre, après l’instauration du cessez le feu en octobre 2020. Un plan de retrait des mercenaires étrangers (300), construit par le comité militaire conjoint, devrait être entériné. Mais l’instabilité qui prévaut dans le pays, sur fond d’ingérences dures à contenir, mine les résolutions parallèles. Un rapport de forces des puissances coalisées est plus que jamais engagé en Libye, comme il le fut en Irak, en Syrie et au Mali. On est loin de la médiation consensuelle. Rallier à sa cause les représentants des Nations-Unis, une trentaine de dirigeants, la vice-présidente Kamala Harris, Angela Merkel, Macron le réussit sans coup férir. Mais nullement là où sa diplomatie attente au droit et à la dignité d’un peuple, apte à disposer de lui-même.
Sa dernière sortie face à la presse française et étrangère, le 30 septembre 2021, témoigne de ses pulsions intrinsèques dignes d’un Empereur à la conquête de nouveaux territoires, empiétant sur le respect d’autrui. La prise de hauteur corsée d’opprobre et d’allégations sur l’Histoire glorieuse de l’Algérie, est perçue comme une offense irrémissible au sein du peuple algérien. Scandalisés, les chefs de partis politiques (en particulier le MSP) réagissaient avec véhémence, soulignant «  l’ignorance crasse qui embrume les détracteurs sur le passé civilisationnel des peuples  ».
Les regrets du dirigeant français arrivent trop tard ! Après avoir jeté l’anathème et sceller une période de vives tensions entre deux Etats, Macron fait son mea-culpa. C’est dans son excès protocolaire d’asséner le coup, puis d’applique le bandage ! La fureur du Président algérien d’Abdelmadjid Tebboune qui s’est abstenu d’assister à la Conférence de Paris sur la Libye, ce vendredi 12 décembre 2021, ne faiblit pas : « Actuellement, nous sommes agressés dans notre chair, dans notre histoire, dans nos martyrs. Nous nous défendons comme nous le pouvons », déclarait-il, exaspéré, à la presse locale, après s’être gardé de répondre aux appels téléphoniques d’Emmanuel Macron. Lequel avait chargé son cabinet de prendre en charge la transmission de l’invitation. Elle ne se fera pas de vive voix. Un affront diplomatique. Les propos durs du Président français ne s’effaceront pas de sitôt, notamment quand celui-ci s’est interrogé dans le journal Le Monde sur l’existence de l’Etat algérien : «  La construction de l’Algérie comme Nation est un phénomène à regarder. Est-ce qu’il y avait une Nation algérienne avant la colonisation française ? C’est la question. Il y avait de précédentes colonisations… ». Une rosserie sémantique qui dénote d’une frustration latente de ne pas être en osmose avec ses propres ambitions, ou de rater quelque emprise sur un espace vital. Cet art de légitimer ses travers diplomatiques face à l’histoire, ne passera pas, encore une fois. On ne peut pas écimer tout un arbre, quand une branche rate sa frondaison !


milicee en Libye
L’apaisement des tensions se fera dans la douleur : « Pourquoi a - il - dit ça ? Je pense que c’était pour des raisons électorales stratégiques » s’interrogeait le Président Tebboune dans l’hebdomadaire Der Spiegel (Le Miroir). Soucieux de ne pas froisser ses amis libyens, il dépêchera son chef de diplomatie, Ramtane Lamamra, avec l’argument suivant : «  Les conditions n’étaient pas réunies pour le déplacement du chef de l’Etat à Paris » .
Dénué de crédibilité collégiale, ce sommet, cher au Président Macron, pour acter le soutien de la Communauté internationale à la tenue des élections en fin d’année, et le retrait des forces étrangères de Libye, avait toute la quintessence - comme les rendez-vous précédents - de finir en feu de paille !

Quant au manquement supplémentaire à l’égard de l’Algérie, il corrobore la thèse selon laquelle, on s’acharne à chercher des poux à un beau pays, qui n’aspire qu’à s’émanciper dans la tranquillité.
O.H

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...