Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Analyse politique

Ces conservateurs « pognés » pour s’occuper de leur population

Avec la pandémie de très nombreux gouvernements conservateurs, expression plus idéologique ici que seulement les partis qui en portent nommément le nom, doivent ajuster leurs priorités. L’exemple le plus évident pour moi est Doug Ford notre voisin de l’autre rive de l’Outaouais. Il est devenu un « bon petit père de famille » et utilise devant le public un ton compatissant. Aussi nos conservateurs proprement dits, à Ottawa, ont dû complètement revoir leurs discours. Je trouve « bidonnant » d’écouter notre Gérard Deltel de notre Capitale nationale qui a dû revoir complètement sa démagogie d’austérité budgétaire habituelle. Il en fut de même, dans une moindre mesure, à la CAQ de François Legault. Ce dernier soi-disant toujours préoccupé par la sécurité et la santé des citoyens a délibérément choisi de permettre aux commerçants de faire des affaires avant Noël, alors que des spécialistes en Santé publique lui conseillaient de confiner le Québec dès le début de décembre. Ceci avec des conséquences qui se comptent maintenant en nombre de morts.

Notre Gérard Deltel local n’aura pas assez de chemises à déchirer quand il sera devant le réel budget fédéral.
Tous ces conservateurs qui hurlent habituellement devant le moindre déficit budgétaire, n’en pourront plus de voir disparaitre d’éventuelles marges de manœuvre pour aider leurs amis, les super riches et leurs très chères grandes entreprises, souvent extractivistes, qui paient toujours trop d’impôts et de taxes. Ces mêmes entreprises qui pour cesser de devoir se soumettre à des lois du travail et des normes écologiques au gout du jour, « délocalisent » bien des emplois. Qui plus est, le prétexte de la création de nombreux emploi fut la plupart du temps la raison pour laquelle ces entreprises ont obtenu des largesses gouvernementales.

En ce temps de pandémie, il ne faudrait pas sous-estimer ce que ces conservateurs, en position de pouvoir, Ontario, Saskatchewan, Alberta, Nouveau-Brunswick, etc., pour me limiter à l’Amérique du nord britannique, font en catimini pendant que les grands médias n’en ont que pour cette pandémie. Je pense aux diverses lois dites « omnibus » sur le modèle de celles utilisées par notre ex-premier ministre Harper, par exemple, le budget ontarien. Ces lois « fourre-tout » souvent sous le prétexte de « diminution de paperasse » visent directement à avaliser des lois, des règles et des normes du travail et/ou environnementales, etc.

Nos conservateurs et leurs politiques d’austérité qu’ils avaient tous, plus ou moins clairement exposées en campagne électorale, bien inscrites à leurs programmes électoraux, sont rapidement devenues désuètes. Les tenants de ce parti-pris politique que Lyse Bissonnette qualifie « d’évangélistes de l’État minceur », j’irais jusqu’à les qualifier « d’intégristes, anti-programmes sociaux ». Leurs prises de position favorisant les « grandes entreprises » au détriment de la population ne sont plus à l’ordre du jour, sauf pour tenir des discours alarmants prévoyant une énorme quantité de faillites. Ce qui fait très rarement en sorte que leurs actionnaires mangent moins à leur faim... Ce qui est surtout le cas des ex-employéEs mis à pied. Et que dire de leurs préjugés favorables à la soi-disant production de richesses, devant « ruisselées » jusqu’aux plus pauvres, et leurs préjugés favorables aux entreprises aux activités souvent liées à l’exportation de produits pétroliers et autres matières premières non raffinées ni transformées ici. À ce sujet, ces conservateurs ont vu récemment, encore une fois complètement discrédité leur crédo appuyé sur le mythe de « l’Effet de ruissellement », par des groupes comme l’OCDE et le FMI, qui ne sont ni l’un ni l’autre des ramassis d’intégristes des gauches extrêmes… De plus, ils ne parlent plus de ses grandes entreprises aux sièges sociaux « évaporé » qui refusent toujours de payer leur juste part d’impôts et de taxes.

Je me suis récemment pris à rêver. Ces conservateurs « découvrent » que leur mission est AUSSI de prendre parti pour les citoyenNEs et nous assistons à de grands EURÊKA d’ouverture d’esprit. Ces conservateurs remettent en question leur obsession à n’avoir de la considération que pour les baisses d’impôts, l’équilibre budgétaire, le dieu économie où la consommation est le seul Eldorado. D’un point de vue bien éveillé la solution pour un avenir durable est une DIMINUTION de la consommation. Je rêve donc que ces conservateurs se convertiront à la seule priorité qui devrait toujours être la leur : SERVIR, écouter et prendre soin des citoyens électeurs qui eux votent, contrairement aux entreprises, qui elles par ailleurs, trouvent les moyens de se payer des pantins (ces lobbyistes « démocratiques ») pour les représenter dans nos parlements... Ils s’ouvrent et découvrent l’incohérence de favoriser la « libre entreprise », soi-disant productrice de richesses, alors que la nature même d’une entreprise est d’accaparer des richesses de plus en plus grandes…

Ce n’est qu’un rêve. Il est plutôt, très prévisible de la part de ces conservateurs que lorsque, enfin pour eux, la pandémie montrera un essoufflement, nous verrons le revirement. Ils nieront s’être convertis pour se remettre à plaindre ces « pôvres » entrepreneurs… Ils reviendront sans doute avec leur crédo de l’équilibre budgétaire, ce qui sous-entend qu’ils souhaitent se réserver une marge de manœuvre pour « baisser les impôts » provoquant ainsi les justifications pour couper dans les services publics qu’ils trouvent toujours trop onéreux. Austérité en perspective…

J’ai fait un rêve… Ces conservateurs auront compris que de mesurer le désespoir d’une population ne se fait pas en parlant de taux de chômage, d’inflation, de taux d’intérêt, mais du grand nombre de personnes qui ne mange pas à leur faim. Le moment s’en vient…, où nous nous réveillerons et n’élirons plus ces conservateurs, même pour « botter dehors » un gouvernement que nous ne pouvons plus supporter.

Renaud Blais, 15 janvier 2021
Un citoyen qui vote toujours

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Analyse politique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...