Édition du 20 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Chili 1970-1973 : Une immense mobilisation populaire

À l’occasion des 50 ans du coup d’État du général Pinochet contre le gouvernement socialiste de Salvador Allende au Chili, nous publions ici une interview de Franck Gaudichaud, professeur en histoire et études de l’Amérique latine contemporaine à l’université Toulouse Jean Jaurès, spécialiste du Chili et auteur de plusieurs ouvrages dont Découvrir la révolution chilienne, qui vient de paraître aux Éditions sociales.

Tiré de Gauche anticapitaliste
11 septembre 2023

Par Franck Gaudichaud

Le titre de ton dernier livre insiste sur la « révolution » alors que généralement on « expose » le coup d’État. Quel est ton objectif ?

Mon dernier livre s’intitule effectivement Découvrir la révolution chilienne (1). Ce titre a d’ailleurs fait l’objet d’un débat avec des membres de la maison d’édition afin de savoir s’il est juste de parler de « révolution » chilienne quand on parle de l’expérience des 1000 jours du gouvernement Allende d’Unité populaire. Pour ma part, j’ai au contraire insisté sur le fait qu’il s’agit bien d’un processus révolutionnaire qu’il faut redécouvrir, faire connaître aux nouvelles générations, que les gauches en général sortent de leur à priori sur cette expérience qui ne peut pas être résumée à une expérience dite réformiste, pacifique car elle était marquée – et c’est ce qui m’intéresse de souligner – par une grande radicalité et une immense mobilisation populaire, un mouvement révolutionnaire « par en bas » qui avait effectivement comme objectif la construction du socialisme. Le trésor de cette époque c’est justement toutes les expériences d’auto-organisation, de mobilisations paysannes, ouvrières et étudiantes dans les espaces urbains pauvres (les poblaciones). Il y a là vraiment une expérience accumulée collective extraordinaire.

Allende, réformiste entêté, traître ou intégrant les rapports de forces internationaux ?

Salvador Allende a été un dirigeant socialiste anti-impérialiste, une figure centrale de la gauche latino-américaine qui a marqué le 20e siècle et le qualifier d’emblée de « traître » serait une marque de sectarisme et de mépris stupide. Allende a été conséquent jusqu’au bout avec ses objectifs stratégiques déclarés, qui étaient ceux d’une transition au socialisme, graduelle, des réformes radicales mais insérées dans le cadre de la légalité bourgeoise et de l’État en place. De ce point de vue, il a été un parlementaire, un dirigeant de gauche et un légaliste que l’on pourrait qualifier « d’entêté » qui, jusqu’à la fin, pense pouvoir éviter la guerre civile. On sait que le coup d’État a eu lieu le 11 septembre pour empêcher qu’il annonce un référendum, une assemblée constituante et de nouvelles élections législatives. Il a refusé de s’appuyer davantage sur les formes d’auto-organisation et de contrôle ouvrier (les Cordons industriels), de pouvoir populaire, pour affronter l’oligarchie et, plus encore, a rejeté l’idée qu’il aurait été possible d’armer la révolution chilienne pour affronter le coup d’État. Mais il est mort en défendant jusqu’au bout ses idées, même s’il a affirmé ne pas être un « martyr ». En ce sens, par rapport à de nombreux dirigeant·e·s de la gauche au pouvoir ou des « progressismes » du XXème siècle, il apparaît comme bien au-dessus de la mêlée, clairement anti-impérialiste, tiers-mondiste et revendiquant le socialisme comme horizon et une démocratisation radicale du Chili des années 70.

Quelle était le réalité des structures de double pouvoir ?

Dans le cadre de mes recherches sur les archives, sur la presse mais aussi en histoire orale, j’ai passé de nombreuses années à travailler cette question des formes de pouvoir populaire, et notamment celle des Cordons industriels. D’ailleurs, je republie cette année, avec les éditions Syllepse, une anthologie qui s’appelle ¡Venceremos ! Expériences chiliennes du pouvoir populaire (2). La réalité des structures de double pouvoir durant les 1000 jours du gouvernement de l’Unité populaire est complexe. On ne trouve pas des « soviets » à la chilienne comme parfois cela a été rêvé (et mythifié) par une partie de la gauche anticapitaliste mondiale mais il y a effectivement de riches expériences d’auto-organisation, de débordement par en bas des limites du légalisme alliendiste, d’un Parti communiste qui refusait largement toutes ces formes de pouvoir populaire. Ce débordement se traduit notamment par les Cordons industriels, des coordinations territoriales et syndicales qui sont des embryons d’une autre société d’une certaine manière, bien que jamais incarnés dans un véritable « double pouvoir » en contradiction directe avec le gouvernement d’Allende. On est resté dans une forme d’entre-deux. Le MIR (Mouvement de la Gauche révolutionnaire) revendiquait quant à lui les Commandos communaux, comme futur double pouvoir regroupant les « pauvres de la ville et de la campagne », mais ces derniers ont eu du mal à se concrétiser en réalité. Ce sont les Cordons industriels qui restent les figures essentielles de cette dualisation de pouvoir en cours, tout en restant dirigés essentiellement par des militant·e·s du PS essentiellement (qui avait un pied dans les usines et un dans le gouvernement). Ces formes de pouvoir populaire mettent en lumière toutes les limites de la stratégie de la gauche communiste et socialiste, surtout à partir 1972, mais sans incarner une véritable alternative à la voie pacifique au socialisme, et tout en revendiquant Allende comme « leur » président.

Un problème reste entier : quelle stratégie d’affrontement avec l’État en général et plus précisément l’appareil militaro-policier ?

C’est effectivement le problème stratégique central des expériences révolutionnaires, notamment celles du XXème siècle. L’expérience cubaine de 1959 avait finalement signifié la victoire d’une stratégie de guérilla paysanne, alliée avec des formes de grèves urbaines et de mobilisations ouvrières et populaires qui ont provoqué l’effondrement de la dictature de Batista et son remplacement par l’État castriste. Au Chili, il n’y a pas d’affrontement direct avec l’État alors que le pari de la gauche chilienne est que l’État sera assez « flexible » pour intégrer les réformes radicales et « gradualistes » de l’Unité populaire. Et, précisément, l’illusion de la gauche gouvernementale sur les Forces armées, censées être constitutionnalistes, respectueuses du suffrage universel, ont conduit à la tragédie du 11 septembre 73. Mais une fois dit cela, quelles étaient les alternatives ? De nombreux membres de l’appareil militaire et policier (Carabiniers), des soldats, des sous-officiers n’étaient pas d’accord avec le coup d’État et s’il y avait eu, comme le proposait le Mouvement de Gauche révolutionnaire, le MIR, un véritable travail politique au sein des soldats peut-être aurait-il été possible d’avoir des secteurs entiers de l’armée aux côtés des Cordons industriels, au côté de la gauche et des appareils politico-militaires des partis, pour s’opposer au soulèvement de Pinochet et consorts. Ceci, combiné avec des mobilisations ouvrières et populaires de haute intensité (possibles au vu du niveau de politisation existant alors), une grande grève générale, afin d’isoler les putschistes. Tout en sachant qu’ils étaient soutenus par rien de moins que les États-Unis, par Nixon, qu’il y avait vraiment des secteurs entiers des officiers, des Forces armées, qui étaient prêts de longue date au coup d’État. La situation était donc complexe et un scénario type Espagne avec une guerre civile était aussi une option à ce moment. Pour aujourd’hui, évidemment, cela pose des questions très épineuses, et premièrement celle de la violence politique, de qui l’exerce, surtout dans des pays comme la France qui ont une longue tradition de libéralisme parlementaire et des forces armées composées non pas de conscrits (comme au Chili à l’époque) mais professionnalisées, très « technologique » et largement séparée de la population.

Comment comprendre l’échec de Boric aujourd’hui et le retour du « pinochetisme » ?

Il n’est pas encore temps de faire un bilan critique global du gouvernement Boric. Mais on peut déjà voir que l’année et demie de son gouvernement est celle d’un exécutif largement neutralisé par le centre et les droites, après une énorme défaite au référendum sur la nouvelle constitution en septembre 2022 et dans une société où des pans entiers de la population soutiennent une option d’extrême-droite virulente et effectivement « pinochetista » (avec Antonio Kast). Nous sommes face à un contexte de polarisation sociale et de crise économique, avec un gouvernement « d’extrême centre » qui va du Parti communiste au centre gauche social-libéral socialiste possédant peu de marge de manœuvre, minoritaire au Parlement et incapable de mobiliser une base populaire pour affronter les droite et extrême-droite. Au-delà, la société chilienne reste fragmentée, marquée par la blessure du coup d’État de 73, l’impunité, la répression qui continue encore aujourd’hui contre le peuple Mapuche et une gauche de gouvernement qui ne représente pas une option réelle face au néolibéralisme des « Chicago boys » qui continuent à dominer le pays.

Propos recueillis par Robert Pelletier pour L’Anticapitaliste.
Illustration : L’Anticapitaliste.
Print Friendly, PDF & Email

Notes

↑1 Découvrir la révolution chilienne 1970-1973, Ed. Sociales, 2023
↑2 ¡Venceremos ! Expériences chiliennes du pouvoir populaire, Syllepse, 2023 (2ème édition)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...