Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Déclaration de M. David Koch dans la course à la candidature républicaine : « Ce devrait être Scott Walker ». Mais…..

Les multimillionnaires Koch ont toujours eu un faible pour Scott Walker. Mais est-ce que pour autant ils soutiennent sa candidature à la présidence ? Leurs réponses ressemblent plutôt à mais….vous savez…hum…peut-être pas maintenant…
Selon des renseignements obtenus à la sortie d’une activité de financement du Parti républicain de l’État de New-York le lundi 20 avril 2015, M. David Koch aurait déclaré aux importants donneurs qui s’y trouvaient : « Nous allons soutenir n’importe quel candidat. Mais ce devrait être Scott Walker ».

(John Nichols, The Nation, 21 avril 2015
Traduction, Alexandra Cyr)

Ça ressemble à un appui solide. (…) M. Walker (gouverneur du Wisconsin) s’est aussi exprimé lors de cet événement au cours duquel M. Koch l’a qualifié de « fantastique candidat ». Est-ce qu’il peut éventuellement battre Mme Clinton ? « Assurément, …si suffisamment de Républicains-es ont leur mot à dire, il peut la battre avec une bonne marge d’avance ».

Attention ! Même si les rédacteurs de nouvelles ont écrit que les machiavéliques milliardaires avaient trouvé leur prince, D. Koch a tenu à clarifier sa position : « Même si je suis convaincu que M. Walker est extraordinaire, je veux préciser que je n’endosse ou appuie aucune candidature en ce moment ». D’ailleurs, en privé ou publiquement, il a assuré devant les bonzes du parti que l’énorme appareil politique dont il dispose, avec son frère Charles, ne sera mis à la disposition d’aucun-e candidat-e au cours des prochaines primaires, même pas en faveur de M. Walker. Les frères Koch ont ramassé, avec leurs amis-es milliardaires, 900 milliards de dollars qui sont à la disposition de leurs candidats-es favoris-es pour pouvoir contrôler le gouvernement américain en 2016. Donc, pour le moment, les Koch ne dépenseront rien ni en sa faveur ni contre lui.

Pourquoi ?

Pour les frères Koch, les candidats-es sont essentiellement interchangeables. Ce qu’ils veulent c’est le pouvoir, pas le couronnement d’une personnalité. C’est une mauvaise nouvelle pour M. Walker dont la montée politique a largement bénéficié des largesses des Koch. En 2010, ils ont appuyé sa candidature au poste de gouverneur du Wisconsin. Ils sont aussi intervenus pour le sauver quand ses décisions contre les travailleurs-euses, les services publics et l’éducation publique lui ont valu une opposition populaire musclée. Ils ont louangé ses décisions. Ils l’ont invité à leurs sommets « secrets ». Ils l’ont présenté comme un modèle de gouverneur. D’une certaine façon, ils en ont fait ce qu’il est aujourd’hui. Le site Bloomberg Politics le qualifie de « roi de l’univers Koch ».

Malgré tout, dans la course pour la candidature de 2016, M. Walker pourrait bien se retrouver le roi sans la couronne Koch. Il est sûr que les alliés-es des Koch vont l’appuyer, mais pour les frères Koch, à cette étape de la course, S. Walker est un candidat égal aux autres.

Pourquoi donc ? Peut-être bien que malgré la fanfaronnade de David Koch lundi dernier, il se peut que Scott Walker ne soit pas le Républicain le plus fort pour faire face à Mme Clinton. Ce qui intéresse le plus ces millionnaires en 2016, ce n’est pas la nomination pour la candidature républicaine à la présidence, c’est le contrôle de la Maison blanche. Penser le contraire, c’est s’imaginer que les Koch sont de furieux idéologues et non de sérieux partisans centrés sur le but à atteindre.
Pour ce qui est du style Scott Walker, il est le premier choix des Koch, c’est sûr. Mais il y a plus en jeu que le style.

Un sondage de CNN/ORC montre que Mme Clinton le devance par 22 points. (…) Pour être honnête envers M. Walker, il faut dire que d’autres sondages lui ont donné un meilleur pointage face à Mme Clinton. Par exemple, en mars dernier, il n’avait que 14 points derrière Mme Clinton dans un sondage de ABC NEWS/Washington Post. D’autres montrent une marge encore plus serrée, mais les plus récents le montre toujours tirant de l’arrière. Et ce qui lui nuit, c’est que ses résultats ne sont pas tellement meilleurs que ceux des autres candidats et possibles candidats. Comparé à Jeb Bush et Marco Rubio, il est plutôt faible dans un face à face avec Mme Clinton selon un sondage de CNN. Même Ran Paul, Chris Christie et Mike Huckabee sont en meilleure position pour battre Mme Clinton.

Et il ne peut compter sur des appuis venant de son État. Un sondage local met Mme Clinton en avance de 12 points devant M. Walker, alors qu’elle n’a que 8 points d’avance face à Ran Paul dans un sondage de l’École de droit de l’Université Marquette. Parmi les électeurs-trices qui le connaissent bien le mieux, même Jeb Bush fait mieux que lui. Le Wisconsin est toujours un lieu chaud des élections présidentielles.

Les frères Koch connaissent bien Scott Walker également. Et ils l’aiment ….beaucoup. Mais il peut y avoir plusieurs raisons pour lesquelles ils ne sont pas prêts à investir une partie de leurs milliards de dollars dans la campagne des primaires de M. Walker. Il se peut que ce soit parce que M. David Koch ait vu ces sondages en même temps que fusaient tous ces commentaires à propos d’une possible victoire « par une marge importante » de Scott Walker.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...