Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Féminisme : entre pacifisme et guerre

Le féminisme ukrainien n’est pas encore mort, ni sa force ni sa diversité : de nombreuses féministes ont quelque chose en commun, mais chacune a ses propres expériences et jugements propres. Par conséquent, il y a toujours eu des féministes dans notre pays – des femmes, des personnes non binaires et queer – qui ont soutenu l’armée ukrainienne de toutes les manières, sont allées défendre leur terre et ont défendu les droits des femmes dans l’armée « masculine ».

Tiré de Entre les lignes et les mots

Cela pourrait surprendre les militant·es d’Occident, qui pratiquent classiquement le pacifisme. En effet, la guerre, en tant qu’idée générale, ne peut pas apparaître comme une bonne solution. Alors l’idée de l’arrêter par tous les moyens peut sembler assez logique. Surtout quand la guerre n’est qu’un reportage rempli d’illustrations horribles de la misère humaine et de la mort qui s’estompe aussi vite qu’elle y apparaît.

Pourquoi les féministes ukrainiennes ont-elles « oublié » le pacifisme et continuent d’aller à l’armée et de tisser des filets de camouflage… ?

Le rationalisme du marché ne gagnera (pas)
La génération des années 1990 a été élevée avec les idées de la fin de l’histoire, qui reposent sur la croyance au désavantage économique de la guerre. Pourquoi se battre quand on peut échanger ? Cette génération a espéré jusqu’au dernier moment la victoire du rationalisme de marché, sinon de la paix, sinon au moins sur un « type moderne » de la guerre, des conflits hybrides ou gelés. Mais tout cela s’est avéré être une illusion.

La Russie est d’abord entrée dans le 20e siècle sanglant avec ses lois et ses pratiques cannibales, puis a commencé à y entraîner l’Ukraine. Nous ne pouvons pas lui « pardonner » maintenant. Nous sentons maintenant à quel point notre monde peut être cynique et froid, ce qui signifie qu’il y a une prise de conscience de la responsabilité envers les autres.

Quelle est notre responsabilité ? Les nouveaux messages pertinents portés par les féministes ukrainiennes permettront potentiellement à tous nos citoyen·nes, ainsi qu’aux habitant·es d’autres pays, de répondre à la situation de manière adéquate, pour se tenir du bon côté de l’histoire. Par exemple, il n’est pas très agréable aujourd’hui d’entendre des connaissances sans expérience de la guerre dire que la guerre russo-ukrainienne est « comme toutes les autres guerres ». C’est une phrase générale qui permet aux gens d’intégrer cette nouvelle guerre européenne dans un schéma de pensée standard afin qu’ils ne s’inquiètent pas et ne réagissent d’aucune façon. Tout comme la plupart des gens ne réagissent pas aux guerres dans d’autres parties du monde.

Mais les femmes ukrainiennes ayant l’expérience de la guerre savent désormais à quel point il est important de faire attention aux nuances, à ce qui distingue chaque guerre des autres guerres, c’est une condition essentielle pour établir la justice. Les guerres ne commencent pas à un moment. Elles sont précédées par des siècles d’histoire, de fantasmes impérialistes et du désir d’inculquer ses valeurs et ses croyances. Des slogans comme « Paix et amitié des peuples frères » ne sont que des manipulations que la propagande russe a héritées de son prédécesseur soviétique.

Qui se bat et pourquoi ?
L’agression de la Russie contre l’Ukraine se caractérise par une différence incroyable au niveau des ressources, de la motivation et de la militarisation des deux pays. La Fédération de Russie a la capacité de faire chanter l’Europe sur les questions pétrolières et gazières pendant des années, de payer de nombreux politiciens pour défendre ses intérêts dans le monde entier, d’influencer les élections dans d’autres pays. C’est une question de ressources. Et l’« amitié fraternelle » avec les pays de l’espace post-soviétique a rapidement pris la forme d’une dépendance économique et de ressources, qui a été volontiers soutenue par les politiciens « sur le terrain ». Rappelez-vous comment le gaz était le sujet numéro un des blagues dans tous les quartiers : le soir et le matin.

Quant à la motivation, la Fédération de Russie n’a pas été en mesure d’expliquer clairement pendant tous ces mois quel est le but de l’« opération spéciale ». Les propagandistes ont inventé de nouveaux contes de fées, répétant de vieilles formules sur les néonazis et les instructeurs homosexuels de l’OTAN. Il est évident que la Russie se militarise rapidement depuis longtemps, combattant périodiquement dans différentes parties du monde – en Tchétchénie, en Géorgie, en Ukraine, en Syrie, etc. La Russie n’a pas renoncé aux armes nucléaires, contrairement à l’Ukraine.

La motivation de la confrontation armée avec l’armée russe des défenseurs de l’Ukraine est plus compréhensible. C’est le désir de vivre sur sa terre en tant que peuple libre avec ses propres valeurs, et de ne pas devenir un « sujet (non) officiel de la Fédération de Russie ». Le militarisme n’est pas très moderne. La politique militariste « dévore » l’argent comme un trou noir. Cet argent, qui peut changer le pays, fournir des garanties sociales et des services de qualité, se transforme en missiles dont le but est de détruire et de semer la destruction.

Devant le risque persistant d’escalade de l’agression, l’Ukraine a augmenté ses budgets militaires et renforcé son armée. Mais elle n’a pas oublié les réformes, le développement, les garanties sociales. Parce que chaque décision de nos politiciens était suivie par la société civile : journalistes, ONG, personnalités culturelles. Les voix féministes étaient également fortes. Alors que la violence domestique était dépénalisée quelque part et qu’une interdiction de la « propagande gay » était introduite, nous avons exigé et mis en pratique des valeurs européennes d’égalité, de tolérance et de liberté. Quelque chose a réussi, quelque chose a provoqué une opposition, alimenté un débat public. Mais il était impossible d’imaginer des changements sociaux sans cela.

Ces processus ont eu lieu même dans l’armée, qui avait traditionnellement de nombreux préjugés sexistes. L’armée ukrainienne compte un pourcentage important de femmes, non seulement par rapport à l’espace post-soviétique, mais aussi au monde occidental. En 2021, la part des femmes dans les forces armées a atteint 15,6%. Nous sommes convaincues qu’aujourd’hui encore plus de femmes défendent le pays dans l’armée. Et ça ne s’est pas passé comme facilement. Après 2014, les femmes ont pris les armes et ont commencé leur lutte : à la fois contre l’ennemi et contre les stéréotypes. Nous devions exiger des choses essentielles : des uniformes et des fournitures appropriés, des conditions de service, la lutte contre les violences sexistes, l’égalité de traitement.

Alors maintenant, il est tout à fait évident pour les Ukrainiens et les Ukrainiennes qui se battent : avec qui et pour quoi. Et c’est bien plus global que la préservation de la souveraineté ukrainienne, comme cela peut paraître à première vue. C’est une guerre au cœur de l’Europe. C’est la guerre au 21e siècle. C’est une guerre contre l’autoritarisme, l’impérialisme, le conservatisme post-soviétique sclérosé, qui empiète sans relâche sur tout ce que ses griffes peuvent atteindre.

Féminisme, pacifisme et guerre
Chaque féministe se souvient de sa vie normale, conserve sa bienveillance et de son désir d’aider les femmes au-delà des frontières et des stéréotypes. Mais aujourd’hui, en plus de l’activisme dans un pays où se déroule une guerre à grande échelle, les féministes ukrainiennes sont également impliquées dans le discours international sur le féminisme et les conflits armés. Nous analysons la situation en Ukraine avec une lentille féministe, établissons des liens avec des militantes occidentales pour la lutte commune contre l’impérialisme et ses terribles conséquences.

En même temps, nous comprenons que nous construisons une solidarité internationale dans un environnement lié au contexte militaire ukrainien. Et ce sont les voix ukrainiennes qui doivent souligner ce contexte. Ce contexte touche à ce qui pourrait arriver si la communauté internationale ne se montrait pas solidaire pour soutenir la résistance ukrainienne. Il ne s’agit pas seulement de chars ou d’artillerie. Il s’agit des droits des personnes. À propos des valeurs. À propos de la menace quotidienne pour la vie de chaque femme ukrainienne.

Les féministes restent fondamentalement des féministes, des sujets politiques construisant la société de demain. Ce ne sont pas des gens désillusionnés devenus cyniques, ayant abandonné leurs croyances au profit d’une position passive selon laquelle le monde sera toujours cruel et imparfait.

L’idée selon laquelle le monde sera toujours celui où la force brute l’emporte et la guerre est un phénomène naturel, car les pays auront toujours des différends territoriaux et idéologiques, ce dont les partisans des idéologies de droite aiment parler, est la rhétorique des impérialistes russes et de Poutine. Pour Poutine, il n’y a que des pays esclavagistes (États-Unis, Chine et Russie) et des pays esclavagisés (tout le reste). Le dictateur Poutine n’est pas très intéressé par certaines « nuances » des histoires nationales, des processus démocratiques ou des relations économiques, car pour lui, ce n’est pas sérieux. Les cas réels ne peuvent être résolus qu’avec les grands. Pour cette raison, ce Hitler des temps modernes veut mener des négociations avec l’Ukraine sous la forme d’une « répartition de l’influence mondiale » à l’ancienne en présence du président américain, comme si on était à l’époque de la guerre froide.

Ainsi, au sens de la science historique et de la science politique, le féminisme ukrainien invente aujourd’hui de nouvelles conceptions importantes pour l’avenir de l’Europe et du monde. Ce n’est pas une dégradation du féminisme, pas un renoncement au profit de quelque chose de conservateur et de patriarcal. C’est un développement, une métamorphose, une phase papillon.

Oleksandra Kantser
Oleksandra Kantser est une féministe ukrainienne de l’Atelier féniniste.

Publié par L’ATELIER FÉMINISTE, 3 octobre 2022.
Traduction Léonie Davidovitch
Publié dans : Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 12)
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/10/15/les-cahiers-de-lantidote-soutien-a-lukraine-resistante-volume-12/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...