Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Féminisme et prostitution : Au-delà du mythe de « la prostituée heureuse »

Une conférence de Robert Jensen, auteur de The End of Patriarchy.

Ma première exposition à l’idée de la prostitution dont je me souvienne a été le livre à succès de Xaviera Hollander, The Happy Hooker : My Own Story, qui a été publié en 1971, alors que j’avais 13 ans. Certains des plusieurs millions d’exemplaires vendus ont fini par se retrouver dans des librairies d’occasion, dont une à Fargo, dans le Dakota du Nord, où je fouillais régulièrement dans les livres de poche bon marché. J’ai été trop intimidé pour faire plus que regarder la couverture et le remettre rapidement sur l’étagère, mais le livre a fait partie de ma formation culturelle à l’idée que les garçons pouvaient s’attendre à utiliser les femmes de cette façon.

Tiré de Entre les lignes et les mots

À l’époque, je ne pouvais pas savoir que l’approche de la prostitution adoptée par le livre – le récit devenu familier d’une « autonomisation » qui présente une femme sexuellement sûre de soi qui rejette les opinions puritaines et choisit de gagner sa vie en vendant du sexe – allait devenir un dogme non seulement parmi les hommes dits progressistes et de gauche, mais aussi pour un segment important du mouvement féministe. Cette adhésion des progressistes et des gauchistes à la prostitution reposerait sur deux affirmations essentielles : il ne s’agit que d’un travail et nous devons respecter les choix des femmes.

En bon progressiste, j’ai accepté ces deux affirmations jusqu’à l’âge de 30 ans, lorsque j’ai commencé à lire des écrits féministes radicaux et à rencontrer des féministes radicales. C’est à ce moment-là que j’ai cessé d’utiliser des termes comme « putain » et que j’ai réalisé que les industries de l’exploitation sexuelle – prostitution de rue, maisons closes, salons de massage, pornographie, performances en ligne, clubs de strip-tease – ne procuraient guère de bonheur.

Dans ma critique de ce récit d’autonomisation, je veux suggérer des moyens de répondre aux rationalisations progressistes/gauchistes et de centrer notre attention sur le patriarcat et les autres systèmes d’oppression.

Le « travail du sexe »

« Le travail du sexe est un travail », déclarent les partisans des industries de l’exploitation sexuelle.

À un niveau superficiel, c’est partiellement exact. Dans les sociétés patriarcales, les gens – principalement des femmes mais aussi des hommes dans certains cas – peuvent gagner de l’argent en permettant à des acheteurs de sexe presque exclusivement masculins d’utiliser leur corps pour obtenir du plaisir sexuel.

C’est une sorte de travail. Mais d’importantes questions demeurent : Qu’est-ce que le travail du sexe à part du travail ? Qu’est-ce que le travail du sexe nous apprend sur notre société ? Traiter l’achat et la vente de corps féminins objectivés pour le plaisir sexuel des hommes comme un travail permet-il de contester plus facilement le patriarcat ?

Est-il possible d’imaginer qu’une société puisse atteindre un niveau de justice significatif si les personnes d’une classe de sexe/genre sont couramment achetées et vendues pour des services sexuels par des personnes d’une autre classe de sexe/genre ? Si une catégorie de personnes est définie comme étant disponible pour être achetée et vendue pour des services sexuels, est-il possible que la catégorie de personnes qui sont livrées à la majorité de cette vente ne se voie pas attribuer un statut subordonné à la classe dominante qui exerce presque tous ces achats ? La justice est-elle possible lorsque l’accès aux espaces les plus intimes des corps des personnes d’un groupe peut être achetés par les personnes d’un autre groupe ?

Mêmes questions, formulées différemment : Si nous vivions dans une société égalitaire où régnerait la justice entre les sexes, l’idée d’acheter et de vendre des personnes pour des services sexuels serait-elle susceptible d’émerger ? Si nous vivions dans une société qui mettait la dignité de toutes les personnes au centre de sa mission, quelqu’un imaginerait-il le travail du sexe ?

Qu’est-ce que le travail du sexe nous apprend sur notre société ? Traiter l’achat et la vente de corps féminins objectivés pour le plaisir sexuel des hommes comme un travail permet-il de défier plus facilement le patriarcat ?

Une autre formulation : Vous construisez une société à partir de rien, avec le pouvoir non seulement d’écrire des lois, mais aussi d’écrire les récits que racontent les personnes sur elles-mêmes, sur les autres et sur le monde vivant dans son ensemble. Écririez-vous des histoires sur la façon dont une classe de sexe/genre achète et vend régulièrement une autre classe de sexe/genre pour le plaisir sexuel ?

Dernière question Vous discutez avec une jeune fille qui réfléchit à d’éventuelles professions. Vous voulez qu’elle vive dans un monde où règne la justice entre les sexes. Elle vous demande : « A votre avis, que devrais-je faire quand je serai grande ? ». Incluez-vous la prostitution dans sa liste d’options ? Si elle l’inclut dans sa liste, répondez-vous de la même manière qu’aux autres possibilités ?

Ces questions portent sur la nature d’un système et sur les conséquences prévisibles du statut et des relations de pouvoir entre les membres de différents groupes au sein du système. Cette enquête n’est pas un jugement sur la façon dont une personne prend des décisions au sein du système patriarcal existant, mais un exercice visant à imaginer la forme d’un système non patriarcal. Une telle analyse radicale n’ignore pas les personnes et leurs décisions, mais commence par un compte rendu honnête du système dans lequel elles vivent. Dans le patriarcat, la valeur de certaines femmes peut être réduite à leur capacité à servir les hommes, ce qui signifie que toute femme peut potentiellement être réduite à ce statut.

La question du choix

Les progressistes mettent surtout l’accent sur les choix individuels. Le respect de l’autonomie d’une autre personne exige que nous acceptions ses choix librement consentis. Si une personne n’est pas soumise à la force, à la fraude ou à la coercition (un élément clé de la définition de la traite des êtres humains), les progressistes présument que le choix de cette personne est libre.

Encore une fois, à un niveau superficiel, cela a du sens. Mais toute analyse sérieuse doit aller au-delà du choix d’un individu à un moment précis pour considérer les conditions dans lesquelles nous faisons des choix. Une discussion sérieuse sur la question du choix doit inclure toutes les conditions de fond qui affectent non seulement les choix objectifs auxquels la personne est confrontée, mais aussi son évaluation subjective de ces choix.

D’après les recherches et les témoignages de femmes qui ont été prostituées, nous savons que les facteurs clés de la décision de nombreuses femmes de se lancer dans l’industrie de l’exploitation sexuelle sont les agressions sexuelles subies pendant l’enfance (qui amènent souvent les victimes à considérer que leur valeur dans le monde réside principalement dans leur capacité à procurer du plaisir sexuel aux hommes), ainsi que leurs difficultés économiques (l’absence de choix d’emploi valable à un salaire décent).

Nous savons que les femmes qui travaillent dans l’industrie de l’exploitation sexuelle – pas toutes, mais beaucoup – se dissocient régulièrement de leurs émotions pour supporter ce qu’elles font ; dans une étude portant sur 130 prostituées de rue, 68% d’entre elles répondaient aux critères de diagnostic du syndrome de stress post-traumatique. Nous savons également que les proxénètes ont souvent recours à la coercition et à la violence pour maintenir les femmes dans la prostitution. Pour reprendre les termes d’une équipe qui a passé en revue les recherches menées à ce sujet dans neuf pays, la prostitution est « polytraumatique » et, sans surprise, 89% des personnes prostituées ont déclaré vouloir quitter la prostitution mais ne pas avoir d’autres options.

Les femmes qui travaillent dans de telles conditions font-elles un choix judicieux ? Il n’y a pas de réponse simple. Souligner cette complexité ne signifie pas que nous traitons les femmes comme des enfants, que nous ignorons leur capacité d’action ou que nous affirmons qu’elles sont dupes et dénuées de conscience de soi. Il s’agit simplement de reconnaître la réalité du monde dans lequel nous vivons et dans lequel elles « travaillent », et cela devrait à tout le moins faire réfléchir ceux qui veulent faire des affirmations désinvoltes en matière de choix. Il existe sans aucun doute des femmes qui se prostituent et qui font des choix relativement libres. Mais sont-elles représentatives de la plupart des femmes dans les industries de l’exploitation sexuelle ?

Et n’oublions pas d’analyser les choix des hommes. Les hommes qui choisissent d’acheter du sexe, d’agir comme des clients, sont considérablement plus libres et ne sont pas confrontés aux contraintes qui définissent la vie de la plupart des femmes prostituées. Pourquoi les hommes choisissent-ils de rechercher le plaisir sexuel en achetant des corps féminins objectivés (et parfois des corps masculins objectivés utilisés de la même manière) ? Pourquoi les hommes sont-ils si disposés à réduire la richesse et la complexité de l’expérience sexuelle à l’achat de corps objectivés ?

Le patriarcat

Dans les analyses des industries de l’exploitation sexuelle, tous les chemins mènent au patriarcat et à la façon dont les hommes sont socialisés pour chercher à exercer un pouvoir sur les femmes, ainsi que sur les autres hommes dans de nombreuses situations de concurrence.

Le patriarcat est le système d’oppression fondateur de l’histoire de l’humanité, qui remonte à plusieurs milliers d’années. Mais nous ne devons pas ignorer les autres systèmes d’oppression, notamment la suprématie blanche, le pouvoir du premier monde sur le monde en développement et l’inégalité économique dans le capitalisme, qui remontent tous à plusieurs centaines d’années. Dans les industries de l’exploitation sexuelle, nous voyons tous ces systèmes à l’œuvre, ce qui n’est guère surprenant étant donné qu’ils sont tous basés sur des tentatives de naturalisation d’une dynamique de domination/subordination. L’objectif de tous ces systèmes est de persuader les gens que les différences de statut, de richesse et de pouvoir sont naturelles et immuables, que les choses sont et seront toujours ainsi.

Il n’est donc pas surprenant que des femmes du Sud et d’autres régions économiquement défavorisées se retrouvent prostituées dans les pays riches. Il n’est pas surprenant que la pornographie soit le genre médiatique le plus explicitement raciste dans le monde actuel. Il n’est pas surprenant que dans une économie capitaliste qui encourage la marchandisation de tout, les capitalistes utilisent les nouvelles technologies de manière « innovante » pour vendre des corps féminins objectivés pour le plaisir sexuel des hommes.

Vous avez maintenant compris que j’utilise l’expression « industries d’exploitation sexuelle » et l’expression « achat et vente de corps féminins objectivés pour le plaisir sexuel des hommes » aussi souvent que possible. Je vous encourage à faire de même, car c’est une façon de lutter contre les rationalisations soi-disant progressistes des systèmes de pouvoir oppressifs intégrés aux notions de « travail du sexe » et de « libre choix ».

Pour résumer, revenons aux questions posées précédemment.

Qu’est-ce que le travail du sexe, à part un travail ? C’est de l’exploitation sexuelle.

Qu’est-ce que le travail du sexe nous apprend sur notre société ? Il nous dit que, malgré les importants changements juridiques et culturels obtenus par les féministes au cours du siècle dernier, les hommes du patriarcat continuent à agir comme si leur plaisir sexuel était plus important que la liberté des femmes.

Le fait de traiter comme un travail l’achat et la vente de corps féminins objectivés pour le plaisir sexuel des hommes permet-il d’affronter plus facilement le patriarcat ? Non, surtout lorsque les féministes progressistes et postmodernes se joignent aux hommes pour considérer que les revendications des hommes en matière d’accès sexuel aux femmes sont plus importantes que la liberté des femmes.

Une défense des industries de l’exploitation sexuelle n’est possible que si nous croyons que les hommes ont le droit d’avoir le plaisir sexuel qu’ils veulent, que les femmes doivent l’accepter et que les choix des individus au sein de systèmes oppressifs sont plus importants que les luttes collectives pour changer ces systèmes.

Robert Jensen, professeur émérite à l’école de journalisme et des médias de l’université du Texas à Austin, est l’auteur de The End of Patriarchy : Radical Feminism for Men et Getting Off : Pornography and the End of Masculinity. Le présent essai est basé sur les idées contenues dans ces livres et sur les autres écrits de Jensen, disponibles sur https://robertwjensen.org/.

[Une version de cet essai a été présentée à la conférence « Students for sale : Tools for resistance », conférence sponsorisée par l’organisation Nordic Model Now ! le 15 octobre 2022 à Londres. Sa vidéo est en ligne sur https://www.youtube.com/watch?v=Kk3Xcuds6X0 , de 1:19:30 à 1:33:50.]

M. Jensen peut être contacté à l’adresse rjensen@austin.utexas.edu. Pour vous inscrire à une liste de diffusion afin de recevoir les nouveaux articles de Jensen, rendez-vous sur http://www.thirdcoastactivist.org/jensenupdates-info.html.
Suivez-le sur Twitter : @jensenrobertw.

Traduction : TRADFEM
https://tradfem.wordpress.com/2022/10/29/feminisme-et-prostitution-au-dela-du-mythe-de-la-prostituee-heureuse/

Robert Jensen

Journaliste, professeur à l’Université du Texas à Austin, membre du conseil du « Third Coast Activist Resource Center » (fondé par M. Luther King Jr), auteur de plusieurs livres sur divers sujets sociaux et politiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...