Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Les marionnettes et les marionnettistes

La poursuite contre Julian Assange couvre d'une fausse légalité la persécution du journaliste le plus courageux de notre génération

Nous présentons ici le discours prononcé par Chris Hedges devant le ministère de la Justice à Washington, DC le samedi 8 octobre lors d’un rassemblement qui a appelé les États-Unis à révoquer leur demande d’extradition de Julian Assange.

13 octobre 2022 | tiré de Canadian Dimension | Illustration :« Armé et dangereux. » Illustration de M. Fish.

Merrick Garland et ceux qui travaillent au ministère de la Justice sont des marionnettes, pas les marionnettistes. Ils sont la façade, la fiction, que la persécution de longue date de Julian Assange a quelque chose à voir avec la justice. Comme la Haute Cour de Londres, ils réalisent une pantomime judiciaire élaborée. Ils débattent de nuances juridiques obscures pour détourner l’attention de la farce dickensienne où un homme qui n’a pas commis de crime, qui n’est pas un citoyen américain, peut être extradé en vertu de la loi sur l’espionnage et condamné à la prison à vie pour avoir été le journaliste le plus courageux et le plus important de notre génération.

Le centre organisateur du lynchage de Julian n’est pas ici sur Pennsylvania Avenue. C’est à Langley, en Virginie où il est situé, dans un complexe que nous ne serons jamais autorisés à entourer – c’est la Central Intelligence Agency. Il est motivé par un État intérieur secret, où nous ne comptons pas dans la poursuite folle de l’empire et de l’exploitation impitoyable. Parce que la machine de ce léviathan moderne a été révélée par Julian et WikiLeaks, la machine exige vengeance.

Les États-Unis ont subi un coup d’État corporatif au ralenti. Ce n’est plus une démocratie qui fonctionne. Les véritables centres de pouvoir se trouvent dans les secteurs des entreprises, de l’armée et de la sécurité nationale. Ils ont été humiliés et embarrassés par WikiLeaks. Leurs crimes de guerre, leurs mensonges, leurs complots visant à écraser les aspirations démocratiques de personnes vulnérables et des pauvres, et la corruption endémique, ici et partout dans le monde, ont été mis à nu dans un grand nombre de documents qui ont été divulgués.

Nous ne pouvons pas nous battre au nom de Julian si nous ne savons pas clairement contre qui nous nous battons. C’est bien pire qu’un système judiciaire corrompu. La classe milliardaire mondiale, qui a orchestré une inégalité sociale qui n’est rivalisée que par l’Égypte pharaonique, s’est emparée en interne de tous les leviers du pouvoir et a fait de nous la population la plus espionnée, surveillée et photographiée de l’histoire de l’humanité. Lorsque le gouvernement vous surveille 24 heures sur 24, vous ne pouvez pas utiliser le mot liberté. C’est la relation entre un maître et un esclave. Julian a longtemps été une cible, bien sûr, mais lorsque WikiLeaks a publié les documents connus sous le nom de Vault 7, qui ont exposé les outils de piratage que la CIA utilise pour surveiller nos téléphones, nos téléviseurs et même nos voitures, lui – et le journalisme lui-même – il a été condamné à la crucifixion.

Leur objectif est de mettre fin à toute enquête sur le fonctionnement interne du pouvoir qui pourrait tenir la classe dirigeante responsable de ses crimes, faire taire l’opinion publique et la remplacer par le chant de la foule.

J’ai passé deux décennies en tant que correspondant étranger aux confins de l’empire : en Amérique latine, en Afrique, au Moyen-Orient et dans les Balkans. Je suis parfaitement conscient de la sauvagerie de l’empire, de la façon dont les outils brutaux de répression sont d’abord testés sur ceux que Frantz Fanon appelait « les damnés de la terre ». Surveillance généralisée. Torture. Coups d’État. Sites secrets. Propagande secrète. Police militarisée. Drones militarisés. Assassinats. Guerres. Une fois perfectionnés sur les personnes de couleur à l’étranger, ces outils migrent vers le pays d’origine.

En vidant notre pays de l’intérieur par la désindustrialisation, l’austérité, la déréglementation, la stagnation des salaires, l’abolition des syndicats, les dépenses massives pour la guerre et le renseignement, le refus de faire face à l’urgence climatique et un boycott fiscal virtuel pour les individus et les entreprises les plus riches, ces prédateurs entendent nous maintenir en esclavage, victimes d’un néo-féodalisme corporatif. . Et ils ont perfectionné leurs instruments de contrôle orwellien. La tyrannie imposée aux autres nous est imposée.

Depuis sa création, la CIA a commis des assassinats, des coups d’État, des actes de torture, des actes d’espionnage et des abus illégaux, y compris contre des citoyens américains, activités révélées en 1975 par les audiences du Comité Church au Sénat et les audiences du Comité Pike à la Chambre. Tous ces crimes, surtout après les attentats du 11 septembre, sont revenus avec vengeance. La CIA est une organisation paramilitaire voyou et irresponsable avec ses propres unités armées et son propre programme de drones, des escadrons de la mort et un vaste archipel de sites secrets dans le monde où les victimes enlevées sont torturées et disparaissent.

Les États-Unis allouent un budget noir secret d’environ 50 milliards de dollars par an pour cacher plusieurs types de projets clandestins menés par la National Security Agency, la CIA et d’autres agences de renseignement, généralement qui échappent à l’examen du Congrès. La CIA dispose d’un appareil bien huilé pour kidnapper, torturer et assassiner des cibles dans le monde entier, c’est pourquoi, puisqu’elle avait déjà mis en place un système de vidéosurveillance24 heures sur 24 Julian à l’ambassade équatorienne à Londres, elle a tout naturellement discuté de son enlèvement et de son assassinat. C’est son affaire. Le sénateur Frank Church – après avoir examiné les documents fortement expurgés de la CIA publiés à son comité – a défini « l’activité secrète » de la CIA comme « un déguisement sémantique pour le meurtre, la coercition, le chantage, la corruption, la propagation de mensonges et les fréquentations de tortionnaires connus et de terroristes internationaux ».

Tous les despotismes masquent la persécution de l’État par des procédures judiciaires fictives. Les procès-spectacles et les troïkas dans l’Union soviétique de Staline. Les juges nazis délirants dans l’Allemagne fasciste. Les rassemblements de dénonciation dans la Chine de Mao. Le crime d’État est dissimulé dans une fausse légalité, une farce judiciaire.

Si Julian est extradé et condamné et, compte tenu des penchants de Loubianka dans le district est de Virginie, c’est une quasi-certitude, cela signifie que ceux d’entre nous qui ont publié des documents classifiés, comme je l’ai fait lorsque je travaillais pour le New York Times, deviendront des criminels. Cela signifie qu’un rideau de fer sera abaissé pour masquer les abus de pouvoir. Cela signifie que l’État, qui, par le biais de mesures administratives spéciales, ou SAM, de lois antiterroristes et de la loi sur l’espionnage qui ont créé notre version locale de l’article 58 de Staline, peut emprisonner n’importe qui, n’importe où dans le monde, qui ose commettre le crime de dire la vérité.

Nous sommes ici pour nous battre pour Julian. Mais nous sommes aussi ici pour lutter contre de puissantes forces souterraines qui, en exigeant l’extradition et la prison à vie de Julian, ont déclaré la guerre au journalisme.

Nous sommes ici pour nous battre pour Julian. Mais nous sommes aussi ici pour lutter pour le rétablissement de l’État de droit et de la démocratie.

Nous sommes ici pour nous battre pour Julian. Mais nous sommes également ici pour démanteler la surveillance étatique massive de type Stasi érigée à travers l’Occident.

Nous sommes ici pour nous battre pour Julian. Mais nous sommes aussi ici pour renverser – et permettez-moi de répéter ce mot à l’intention de ceux du FBI et de la Sécurité intérieure qui sont venus ici pour nous surveiller – renverser l’État corporatif et créer un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, qui chérira, plutôt que de persécuter, les meilleurs d’entre nous.

Chris Hedges est un journaliste lauréat du prix Pulitzer, un auteur à succès du New York Times, un professeur dans le programme d’études collégiales offert aux prisonniers de l’État du New Jersey par l’Université Rutgers et un ministre presbytérien ordonné. Il a écrit 12 livres, dont le best-seller du New York Times « Days of Destruction, Days of Revolt » (2012), qu’il a co-écrit avec le dessinateur Joe Sacco. Ses autres livres incluent « Wages of Rebellion : The Moral Imperative of Revolt » (2015), « Death of the Liberal Class » (2010), « Empire of Illusion : The End of Literacy and the Triumph of Spectacle » (2009), « I Don’t Believe in Atheists » (2008) et le best-seller « American Fascists : The Christian Right and the War on America » (2008). Son dernier livre est « America : The Farewell Tour » (2018). Son livre « War Is a Force That Gives Us Meaning » (2003) a été finaliste pour le National Book Critics Circle Award for Nonfiction et s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires. Il écrit une chronique hebdomadaire pour le site Web ScheerPost.
Cet article a été initialement publié sur ScheerPost.com.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...