Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

La quatrième transformation (4T) n'a pas signifié un changement de modèle économique

Mexico.- La quatrième transformation autoproclamée au Mexique, dirigée par le président Andrés Manuel López Obrador, n’a pas signifié en tant que tel un changement du modèle économique, seuls quelques ajustements politiques ont été apportés qui restent dans les limites du bien-être, malgré à la fenêtre historique dont dispose le pays pour exercer sa souveraineté, estime Éric Toussaint, porte-parole du réseau international du Comité pour l’abolition des dettes illégitimes (CADTM).

3 mai 2022 | tiré du site du CADTM | traduit de La Jornada

"Ce n’est pas une vraie transformation, c’est moins de l’inhumanité de l’État", explique l’historienne dans un entretien à La Jornada , à propos de certaines des politiques mises en place par l’administration actuelle. Cependant, du domaine financier "ça reste dans le même modèle, il y a de petites adaptations, mais la logique n’a pas changé et je pense que c’est très inquiétant".

Le pays gaspille une "fenêtre historique pour agir de manière souveraine", puisqu’avec le prix élevé du pétrole et la contradiction inter-impérialiste -ce dernier entre les capitalismes chinois, russe et américain- le Mexique pourrait prendre des mesures pour nationaliser et socialiser des services tels comme l’électricité, son système financier et productif, considère Toussaint.

Il souligne que malgré les menaces proférées par les compagnies d’électricité, le Mexique est dans les meilleures conditions pour changer son modèle économique et nationaliser ses ressources "si vous voulez vraiment des transformations, sinon, c’est plus pareil". Ce changement va de l’arrêt de la planification du développement du pays sur la base de l’économie américaine à la socialisation du système bancaire.

« Il y a deux siècles de dépendance du Mexique vis-à-vis de son voisin du nord. S’il n’y a pas de transformation plus profonde pour avoir une croissance plus indépendante, plus souveraine, plus endogène, alors il n’y a pas de transformation », souligne le porte-parole du CADTM.

Il ajoute que, d’une manière générale, les économies mondiales sont dans une situation qui présente les insuffisances du « modèle néolibéral mis en œuvre par le Fonds monétaire international (FMI) », puisqu’en plus d’une vingtaine de pays en défaut partiel de paiement de leurs dette, il y en a plusieurs autres qui sont au bord de cette situation.

Par exemple, l’Ukraine, « qui a une dette envers le FMI de plus de 15 milliards de dollars et comme elle n’est pas en mesure de rembourser en raison de la guerre, un accord a été conclu avec la Banque mondiale pour lui accorder un crédit de 8 milliards ». dollars. dollars pour maintenir les paiements », explique l’historien.
"Tous les éléments d’une crise forte sont réunis, mais une nouvelle crise du paiement de la dette n’a pas encore explosé", prévient-il. Cela dépend de l’évolution des banques centrales des États-Unis et de l’Union européenne, mais il y aura toujours une sortie de capitaux et plusieurs économies endettées avec la pandémie pourraient se déstabiliser, estime-t-il.

En ce sens, il est exigé que les pays dépendent moins de la dette tant extérieure qu’intérieure grâce à une politique fiscale équitable, qui taxe les plus riches, les grandes entreprises transnationales ; ainsi que de veiller à ce que la banque soit maintenue en tant que service public et non en tant qu’entreprise. "Il est très important de permettre aux agriculteurs d’accéder au crédit grâce à des taux d’ intérêt très bas ", explique Toussaint.

Idem avec l’énergie, « faire quelque chose de mieux que ce qui a été nationalisé », non seulement donner le contrôle à l’État, mais « que les usagers et la société contrôlent les entreprises pour éviter la bureaucratisation et les projets pas vraiment adaptés à la population. Même en production, privilégiez les petites unités au plus près des lieux où les gens consomment de l’énergie pour éviter le gaspillage.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...