Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Nucléaire

Le nucléaire et la guerre

13 août 2022

Les médias officiels (France-Info, Le Monde, Libération, CNews, BFM,...)
moulinent des informations à tout va sur l’Ukraine et les risques ou
atteintes aux installations nucléaires. Toujours dans l’émotionnel et
rarement dans la vérité.

Par delà les aspects de propagande de guerre menée sur les populations
occidentales par l’OTAN et les gouvernements affiliés d’un côté, et
celle du pouvoir russe sur sa population : il faut rappeler que, déjà en
temps dit de paix dans les pays concernés, toute installation nucléaire
est une atteinte au vivant et à l’environnement et une monstruosité,
productrice de radioactivité artificielle délétère, de déchets mortels
et aussi de bombes atomiques. Et le dérèglement climatique en accentue
la menace.

En temps de guerre les menaces et risques atomiques s’en trouvent
démultipliés.

Il est impératif de mettre à l’arrêt et de désamorcer immédiatement
toutes les installations nucléaires des quelques pays nucléarisés qui
menacent ainsi la planète entière. Il faut que la France sorte de
l’illégalité, rejoigne et signe enfin le Traité d’Interdiction des Armes
Nucléaire (TIAN) adopté par l’ONU et qui a force de loi internationale.

Plus un seul euros pour le nucléaire civilo-militaire, plus une seule
implantation d’installation nucléaire sur le territoire, plus une seule
dérogation gouvernementale/préfectorale au mépris de l’environnement et
de la sécurité des populations. Arrêt immédiat, inconditionnel et
définitif du nucléaire, inscription dans la Constitution (comme en
Autriche et d’autres pays) de l’interdiction de recourir au nucléaire.
___

Le dernier rapport de l’AIEA à propos de la centrale de Zaporijja en
Ukraine (en anglais) :
https://www.asn.fr/content/download/184751/file/WENRA%20ZNPP%20shelling%20paper_10%20August%202022.pdf

et sa traduction en français ci-dessous :

Position de la WENRA sur la situation en matière de sécurité de la
centrale nucléaire de Zaporizhzhya après les activités de bombardement
signalées

Les 6 et 7 août, l’Autorité ukrainienne de sûreté nucléaire (SNRIU) a
informé l’AIEA de plusieurs activités de bombardement contre la centrale
nucléaire de Zaporizhzhya (ZNPP). Compte tenu de cette situation
préoccupante, WENRA a conduit un groupe technique (1) à évaluer une fois
de plus le le niveau de sûreté du ZNPP sur la base des informations
communiquées à ce jour à l’AIEA.

Situation générale

Des dégâts sur le site du ZNPP ont été signalés à la suite de
bombardements du 5 au 6 août. Le bombardement a eu un impact sur
l’alimentation électrique, une station azote-oxygène et l’installation
de stockage de combustible nucléaire sec usé. L’importance pour la
sécurité de ces dommages signalés a été évalué et présenté ci-après.

_Aucun dommage direct aux réacteurs ou à la piscine de combustible usé
ne s’est produit et aucun rejet radioactif n’a été détecté sur place par
l’opérateur._ Les réseaux de surveillance des rayonnements disponibles
dans le l’environnement n’a _pas non plus montré d’augmentation du
rayonnement_.

Alimentations électriques

À la suite d’un bombardement, plusieurs explosions se sont produites
près du tableau électrique de la ligne d’alimentation externe de 750 kV,
ce qui a provoqué l’_arrêt de l’alimentation électrique transformateur
et deux transformateurs de secours_.

Le système de protection d’urgence de l’unité 3 a été déclenché et des
_générateurs diesel de sécurité de secours ont été mis en service pour
maintenir l’alimentation électrique du réacteur et le refroidissement de
la piscine de combustible usé_

Systèmes.

L’état de _l’alimentation électrique des 5 autres unités de ZNPP n’a pas
été affecté_ par cette bombardement.

Chaque unité ZNPP peut compter sur trois générateurs diesel de secours,
un générateur est suffisant pour maintenir le réacteur et sa réserve de
combustible usé dans un état sûr. De plus, deux autres générateurs
diesel « bunkerisés » sont également présents sur place.

Chaque générateur diesel dispose d’un réservoir de carburant lui donnant
une autonomie estimée à une semaine et qui peut être rempli si
nécessaire pour fonctionner pendant une période plus longue.

 Dommages à une station azote-oxygène

Une station azote-oxygène, située à proximité de réservoirs de déchets
radioactifs, a également été bombardée, déclenchant une incendie qui a
été rapidement éteint par les pompiers sur place. L’azote produit par la
station endommagée est principalement utilisé dans les réservoirs
inertes pour protéger contre le risque d’explosion de l’hydrogène. En
fonctionnement normal, les effluents radioactifs liquides et gazeux des
circuits du réacteur sont traités et stockés temporairement dans des
réservoirs de déchets dédiés pour permettre la désintégration
radioactive avant rejet dans l’environnement. L’azote d’une autre
station sur place, située plus loin, peut encore être utilisé. _Aucun
dommage aux réservoirs de déchets radioactifs n’a été signalé_.

Endommagement de l’installation de stockage de combustible nucléaire usé
à sec

Il y a également eu des bombardements près du bâtiment de l’installation
de stockage de combustible nucléaire usé à sec. Des _dommages limités
ont été signalés aux murs, au toit et aux ouvertures des fenêtres_
causés par le buckshot ou par l’impact des objets pulvérisés par
l’explosion.

Les _câbles de communication pour le contrôle du rayonnement_ du système
d’information et de mesure sur l’installation de stockage de combustible
nucléaire usé à sec _ont probablement été endommagés_.

Cependant, _aucun dommage aux conteneurs de combustible usé_ entreposés
n’a été signalé, ce qui garantit que _leur confinement et leurs
propriétés thermophysiques ne sont pas affectés_.

À la connaissance de WENRA, sur la base des informations techniques
disponibles à ce jour, les dommages induits en bombardant les activités
contre ZNPP n’ont eu _qu’un impact limité et n’ont pas causé de
situation accidentelle_ sur l’un des 6 réacteurs et piscines de
combustible usé associées.

Cependant, WENRA reste préoccupés par l’_affaiblissement du niveau de
sécurité _du ZNPP, en particulier du statut de l’alimentation
électrique.

_Aucune centrale nucléaire n’a jamais été conçue pour tenir compte des
dommages potentiels causés par la guerre dans sa démonstration de
sécurité._

WENRA réitère donc sa position antérieure : il est impératif de faire
preuve de la plus grande retenue et de la plus grande vigilance pour
prévenir tout impact direct ou indirect des opérations de l’armée
relatives à la sûreté des installations nucléaires.

___

_1 Ce groupe technique est composé d’experts de la WENRA et de certains
de leurs organismes d’appui technique (Institut de Radioprotection et de
Sûreté Nucléaire de France). Il comprend également des experts de la
direction générale de l’énergie et du Centre commun de recherche du
Commission européenne._
— 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Nucléaire

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...