Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Les 630 métallos de Mine Raglan déclenchent une grève générale illimitée - La sous-traitance et le manque de respect de l'employeur au cœur du litige

KATINNIQ, QC et MONTRÉAL, le 28 mai 2022 - Les 630 travailleurs syndiqués de Mine Raglan, au Nunavik, propriété de Glencore, ont déclenché hier soir vers 22 h une grève générale illimitée. Ces syndiqués, qui travaillent en navettage et passent souvent 21 jours de suite sur le site minier à travailler 11h par jour/7 jours sur 7, exigent du respect de la part de la multinationale qui exploite le nickel au Nunavik.

Le recours accru à la sous-traitance de la part de Mine Raglan, à des conditions moindres, figure parmi les principaux points en litige. « C’est rendu qu’il y a souvent beaucoup plus de contracteurs sur le site de la mine que de travailleurs syndiqués. Ça n’a aucun sens. C’est autant de retombées économiques en moins dans les régions du Québec, au profit d’une multinationale qui exploite nos richesses, avec des profits importants », dénonce le président de la section locale 9449 des Métallos, Éric Savard.

Parmi les multiples pierres d’achoppement à la négociation, notons en plus du recours éhonté à la sous-traitance, des litiges sur les vacances, les conditions de travail, les salaires… Mais par-dessus tout, les travailleurs exigent du respect de la part de l’employeur. « Glencore étire l’élastique continuellement. L’employeur rechigne à permettre une vraie heure de dîner à des travailleurs qui font 11h par jour, 21 jours consécutif. C’est rendu que ceux qui refusent de faire du temps supplémentaire se font regarder croche par les boss. Les conditions de vie au camp minier se sont détériorées au fil des années. L’employeur chipote systématiquement sur les conditions de vie et de travail des syndiqués qui abandonnent leur famille pendant de longues périodes. Cette entreprise doit faire montre de plus de respect envers les travailleurs qui lui font gagner des dizaines de millions chaque année », ajoute Éric Savard.

Les parties se sont rencontrées vendredi en présence d’un médiateur et l’impasse est demeurée totale. Les syndiqués ont donc décidé d’exercer le mandat de grève voté la semaine précédente dans une proportion de 97,5 %. Des assemblées s’étaient alors tenues à Québec, Rouyn-Noranda, Laval, Mont-Joli, Bonaventure, Gaspé et Raglan.

« On fait face à un employeur qui cherche continuellement à en donner le moins possible pour améliorer la qualité de vie des travailleurs. Il a même essayé de diviser les travailleurs entre eux. Mais aujourd’hui, c’est unis que les syndiqués ont choisi de débrayer. Et c’est unis qu’ils retourneront au camp minier lorsqu’ils auront obtenu du respect de la part de leur employeur », fait valoir le représentant syndical des Métallos Harold Arsenault.

Syndicat des Métallos (FTQ)

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...