Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Les Antivax volent « Mon corps, Mon choix » au mouvement pour le droit à l’avortement.

La semaine dernière, le militant écologiste et antivax Robert F. Kennedy Jr. s’est entretenu au téléphone avec le Daily Beast pour expliquer pourquoi lui et l’actrice Jessica Biel faisaient pression contre une loi qui limiterait les exemptions médicales de vaccination en Californie. Kennedy a nié les liens de Biel avec le mouvement antivax – qui avaient été révélés plus tôt dans la journée dans un rapport de Jezebel – et a déclaré au média que l’actrice est « pour des vaccins sûrs et la liberté médicale ». Il a également ajouté : « Mon corps, mon choix ».

Lors d’une audition au Sénat en mars, les antivax portaient des t-shirts déclarant également : « C’est moi qui décide : Mon corps, mon choix. Mes enfants, mon choix. » Les pétitions de MoveOn.org utilisent « Mon corps, mon choix » pour appeler les signataires à s’opposer aux vaccinations obligatoires pour les personnes dont les diplômes de santé exigent une formation en clinique. Et des groupes comme Texans for Vaccine Choice utilisent des slogans tels que « le choix devrait être le vôtre » pour promouvoir la « préservation des libertés individuelles. »

Au fil du temps, le terme « choix », qui trouve ses racines dans le mouvement pour le droit à l’avortement, est devenu une arme rhétorique utilisée par les antivax, qui affirment que les deux causes sont liées par la lutte pour le droit de disposer de son propre corps.

« Nous étions tout à fait conscients de la façon dont les gens recevaient le mot « choix  » », a déclaré Christina Hildebrand, fondatrice et présidente de Voice for Choice, une organisation opposée aux vaccinations obligatoires. «  Mais à notre époque, cela va au-delà du mouvement pour le droit à l’avortement : il s’agit d’autonomie corporelle. Vous devriez savoir ce qui entre dans votre corps, et avoir le choix à ce propos. »

Le problème est que, selon les professionnels de la santé, choisir de se faire vacciner ou de ne pas faire vacciner son enfant n’est pas seulement un choix personnel – scientifiquement parlant, c’est une question de santé publique, alors que l’avortement ne l’est pas. Le choix d’une personne de se faire avorter ou non n’a pas d’incidence potentielle sur la santé des personnes avec lesquelles elle interagit, alors que le choix de ne pas se faire vacciner en a une.

Le concept d’immunité collective veut qu’un certain nombre de personnes dans une population doivent être vaccinées afin d’éliminer la propagation de la maladie. C’est grâce à ce principe que des maladies autrefois courantes et potentiellement mortelles comme la variole ont été éradiquées aux États-Unis.

C’est également le phénomène qui permet d’expliquer l’apparition soudaine de la rougeole dans certaines régions du pays. Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont confirmé 1 044 cas de rougeole dans 28 États, soit le plus grand nombre de cas signalés depuis que la maladie a été déclarée éradiquée aux États-Unis il y a près de vingt ans. Le CDC a noté que, puisque davantage de personnes ne se font pas vacciner contre la rougeole, la maladie peut se propager à nouveau.

Certaines personnes ne doivent pas se faire vacciner contre la rougeole pour des raisons médicales approuvées par les CDC (les femmes enceintes, les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les enfants de moins d’un an) et ces personnes pourraient contracter la rougeole d’une personne qui a choisi de ne pas se faire vacciner pour des raisons de convictions personnelles.

«  Lorsque vous êtes exposé à une personne non vaccinée, cela vous prive de votre liberté personnelle  », a déclaré Paul Offit, directeur du Vaccine Education Center de l’hôpital pour enfants de Philadelphie. « Vous empiétez sur le choix d’autres personnes » lorsque vous renoncez à la vaccination, a-t-il ajouté.

Malgré cela, des personnes comme Hildebrand soutiennent qu’il y a peu de différence entre les arguments en faveur du droit à l’avortement et ceux qui prônent le « choix du vaccin », terme qu’elle préfère à celui d’antivax.

Il est « hypocrite », dit-elle, que les démocrates soutiennent le droit des gens à choisir l’avortement, mais pas leur droit à s’abstenir de se faire vacciner. Faisant allusion à la législation de l’Assemblée de l’État de Californie, ainsi qu’à un récent projet de loi new-yorkais qui a été adopté et qui supprime les exemptions religieuses pour les vaccins, elle poursuit : «  Lorsqu’il s’agit de vaccins, ce sont les démocrates qui font pression pour imposer les vaccins – tout à coup, ce n’est plus ‘votre corps, votre choix’. Tout à coup, l’État a son mot à dire. »

Nathan Stormer, professeur à l’Université du Maine et spécialiste des discours sur l’avortement, estime qu’il est clair que les antivax ont beaucoup à gagner à coopter les termes et les slogans canoniques du mouvement pro-choix.

«  Une partie de ce qui est puissant dans le langage du « choix » est qu’il relie le contrôle de notre corps à la politique », a-t-il déclaré. « Cela renvoie à l’idée que le fait d’avoir un corps est la base de l’obtention de droits.  »

Selon Stormer, l’utilisation de ce slogan permet au mouvement antivax de s’aligner sur un mouvement politique plus large, alors que la vaccination était traditionnellement considérée comme une question apolitique, coïncidant uniquement avec la santé et la sécurité publiques. Et le langage condamnant l’intervention du gouvernement dans les décisions de santé personnelles n’a fait que se répandre avec les interdictions récentes – et de plus en plus extrêmes – de l’avortement, faisant des cris de « mon corps, mon choix » un slogan qui résonne pour une majorité d’Américains qui soutiennent le droit à l’avortement.

Le fait que les antivax se soient rassemblés autour du langage du choix pourrait nuire au mouvement pro-choix, poursuit M. Stormer, et la malléabilité du mot « choix » est la raison pour laquelle certains partisans du droit à l’avortement ont exhorté le mouvement à adopter une rhétorique plus forte et plus précise et à s’identifier comme « pro-avortement » » ou à présenter l’avortement comme un droit humain.

La vulnérabilité du pilier rhétorique du mouvement pro-choix est loin d’être unique. Le mouvement antivax s’est également approprié le langage du mouvement #MeToo, en appelant les législateurs à « croire les femmes » – dans ce cas, les mères – lorsqu’elles disent savoir ce qui est le mieux pour leurs enfants, et en précisant « je ne consens pas » aux vaccins. « Les démocrates disent qu’ils veulent que les femmes s’expriment [sur les agressions sexuelles], et pourtant, sur la question des vaccins, ils disent que ces parents, pour la plupart des mères, sont fous ou trop passionnés et émotifs », a déclaré Hildebrand.

Selon M. Stormer, l’utilisation du terme « choix » dans le domaine des vaccins pourrait avoir des implications qui vont au-delà de la santé publique. « Aucun langage politique n’est à l’abri de l’appropriation », a-t-il déclaré. «  Mais ce que cela fait dans ce cas, c’est affaiblir la défense du droit à l’avortement ».

Marie Solis
Publication originale (18/06/2019) : Vice

Cabrioles – #AutodéfenseSanitaire face au Covid-19.
https://cabrioles.substack.com/p/anti-vaccins-et-anti-avortement-avancent ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...