Édition du 17 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Les inégalités économiques mondiales exacerbent la pandémie et font des millions de victimes

Oxfam a indiqué cette semaine que les dix hommes les plus riches du monde ont doublé leur richesse pendant la pandémie - passant de 700 milliards de dollars à 1 500 milliards de dollars - alors que les revenus de 99 % de la population mondiale ont diminué.

22 janvier 2022 | tiré de Rebelion.org

L’organisation a déclaré : « Les inégalités croissantes entre les hommes et les femmes, les inégalités économiques et raciales, ainsi que les inégalités entre les pays, déchirent notre monde. » Pendant ce temps, l’assemblée annuelle du Forum économique mondial, qui se tient habituellement dans la ville de Davos, s’est tenue virtuellement pour la deuxième année consécutive en raison de la pandémie. Les millionnaires et les milliardaires sont traditionnellement invités à la conférence de Davos pour apporter leurs idées et leurs réflexions sur les questions d’actualité, du changement climatique catastrophique à COVID-19. Au-delà de ce qui est discuté dans ce cénacle virtuel, Oxfam rappelle que, dans le monde réel, l’inégalité tue une personne toutes les quatre secondes.

L’inégalité économique est également un fléau aux États-Unis. L’évêque William Barber, coprésident de la campagne des pauvres, a déclaré à Democracy Now ! le lendemain du jour férié commémorant la naissance de Martin Luther King :« Il doit y avoir un changement moral dans ce pays ; il doit y avoir un changement de pouvoir. Comme l’a dit Martin Luther King, le vrai problème que nous avons toujours eu avec le droit de vote, c’est la peur que l’aristocratie a des masses de pauvres et de personnes à faibles revenus - noirs et blancs - qui se rassemblent pour voter pour une alternative qui changera l’architecture économique du pays. (En fait, en 1967, le Dr King a déclaré : « Les problèmes d’injustice raciale et économique ne peuvent être résolus sans une redistribution radicale du pouvoir politique et économique. »

L’évêque Barber a défendu l’héritage de Martin Luther King au fil des ans et il affirme que la voie du changement progressiste passe par l’organisation des personnes pauvres et à faibles revenus. M. Barber lie l’adoption rapide par le Congrès des paquets d’aide économique pro-business pour faire face au coronavirus avec l’échec récent du plan de dépenses publiques Rebuild Better et des projets de loi sur les droits de vote :

« Pour ce qui est des entreprises, elles obtiennent tout ce qu’elles demandent. Elles voulaient quatre ou cinq milliards de dollars, et elles ont obtenu quatre ou cinq milliards de dollars. Les milliardaires ont gagné deux mille milliards de dollars au cours des vingt premiers mois de la pandémie de coronavirus et continuent d’accroître leur fortune. Lorsqu’il s’agit de questions comme la pauvreté et le droit de vote, tout d’abord, nous passons à côté de ces problèmes alors que les forces oppressives se voient toujours répondre positivements. Puis, nous faisons des concessions encore et encore au lieu de nous battre [pour ce que nous demandons]. À long terme, si nous ne faisons pas attention, ce sera comme si Frederick Douglass, dans sa lutte contre l’esclavage, s’était contenté d’un long week-end au lieu de l’émancipation et de la liberté ultimes. »

La pandémie de COVID-19 a creusé les inégalités à l’échelle mondiale. La plupart des pays riches ont vacciné plus de 70% de leur population, alors que dans de nombreux pays pauvres, notamment en Afrique, les taux de vaccination sont encore inférieurs à 10%. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) note sur son site web : « L’incapacité mondiale à fournir des vaccins de manière équitable fait payer un lourd tribut à certaines des personnes les plus pauvres et les plus vulnérables du monde. Les nouvelles variantes préoccupantes signifient que les risques d’infection ont augmenté dans tous les pays pour les personnes qui ne sont pas encore protégées par la vaccination ». De nouvelles variantes plus agressives de ce virus sans frontières pourraient apparaître. Tant que des personnes seront exposées au COVID-19, nous serons tous en danger.

Public Citizen a publié en mai 2021 un rapport détaillé sur la manière dont huit milliards de doses de vaccins à ARN messager pourraient être produites en un an pour un montant estimé à 23 milliards de dollars, à condition que les détenteurs de brevets de vaccins tels que Pfizer et Moderna coopèrent. Public Citizen appelle le vaccin COVID-19 de Moderna "NIH-Moderna", du nom des National Institutes of Health (NIH) américains, dont les scientifiques ont joué un rôle clé dans le développement de ce vaccin salvateur indispensable, ainsi que dans l’investissement important de fonds publics pour soutenir son développement.

Les bénéfices des vaccins ont généré au moins neuf nouveaux milliardaires liés aux sociétés Moderna et BioNTech, ainsi qu’à la société pharmaceutique chinoise CanSino. À eux tous, ces individus représentent une nouvelle richesse de plus de 19 milliards de dollars, selon l’Alliance pour les vaccins du peuple. Huit autres milliardaires qui ont investi dans ces sociétés ont également gagné une fortune supplémentaire de 32 milliards de dollars. Selon Oxfam, Pfizer-BioNTech et Moderna - ou "NIH-Moderna", comme l’appelle Public Citizen - gagnent 1 000 dollars par seconde, alors que des milliards de personnes dans le monde ne sont pas vaccinées ou n’ont reçu qu’une seule dose de vaccin.

Jusqu’à présent, ni les débats du Forum économique mondial de Davos ni la philanthropie combinée des plus de 2 755 milliardaires du monde n’ont réussi à vacciner les pauvres de la planète. C’est pourquoi une large coalition de mouvements sociaux mondiaux s’est formée, exhortant les gouvernements du monde entier à taxer les riches.

« Il est temps d’imposer un impôt sur la fortune aux super-riches et aux milliardaires du monde entier », écrit Chuck Collins, de l’Institut d’études politiques (IPS) et de l’Alliance pour la lutte contre l’inégalité, en lançant son rapport « Taxer l’extrême richesse ». M. Collins ajoute : « Il ne s’agit pas seulement d’augmenter les impôts pour vacciner les populations du monde entier et investir dans des systèmes de santé publique solides. Il s’agit aussi d’un impôt sur la fortune pour sauver la démocratie de l’extrême concentration de la richesse et du pouvoir ».

Le rapport de M. Collins estime qu’un impôt progressif sur les personnes dont la richesse dépasse cinq millions de dollars permettrait de récolter 2,5 billions de dollars par an. Ces fonds pourraient aider à contenir cette pandémie, à investir dans des mesures de santé publique pour prévenir de nouvelles pandémies à l’avenir et à sortir des millions de personnes de la pauvreté. Taxer les riches.

2022 Amy Goodman

Traduction de la chronique originale en anglais. Édité par Democracy Now !

Amy Goodman est l’animatrice de Democracy Now !, un journal télévisé international diffusé quotidiennement sur plus de 800 stations de radio et de télévision en anglais et plus de 450 en espagnol. Elle est co-autrice du livre "Those Who Fight the System : Ordinary Heroes in Extraordinary Times in the United States", publié par Le Monde Diplomatique Cono Sur.

Source : https://www.democracynow.org/es/2022/1/21/la_desigualdad_economica_mundial_esta_exacerbando

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...