Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Maintien des services à l'urgence de Baie-Saint-Paul : un pansement sur une hémorragie (FIQ)

QUÉBEC, le 2 juill. 2021 - Le syndicat des professionnelles en soins de la Capitale-Nationale veut servir un avertissement sérieux au PDG du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Michel Delamarre, à la députée Émilie Foster et à l’ensemble des maires de la région de Charlevoix. Les professionnelles en soins de la région ne peuvent pas supporter à elles seules 100 % de la pression pour le maintien de tous les services dans la région alors que sévit une grave pénurie de main-d’œuvre et qu’aucun plan d’action n’est en vigueur actuellement pour y faire face. La situation demeure extrêmement fragile, car les besoins sont criants dans toute la région de Charlevoix.

« On est encore sur la corde raide. Depuis des années, les professionnelles en soins sont sous pression. Alors qu’elles viennent à peine de se sortir de la pandémie, elles ont fait preuve d’une solidarité exceptionnelle, mais cela ne peut plus perdurer. Tout l’été, nous serons extrêmement vigilantes pour que l’employeur assure le respect de leurs conditions de travail ainsi que leur santé physique et mentale. »

Ariane Poirier, vice-présidente, Syndicat des professionnelles en soins de la Capitale-Nationale-FIQ

Des solutions et un plan d’action exigés dès septembre

La pénurie de main-d’œuvre se fait sentir depuis des années dans la région, sans pour autant que les élus ne se soient mobilisés pour en atténuer les effets. Par exemple, les enjeux de logement, pourtant bien connus des élus, représentent un frein majeur à l’attraction et la rétention des professionnelles en soins dans la région. Malgré les interventions faites à plusieurs reprises par le syndicat, aucune mesure n’a été mise en œuvre pour y pallier malgré la responsabilité qui leur incombe.

« ll faut que l’attraction et la rétention des professionnelles en soins soient une priorité des élus de Charlevoix. Ils ont une obligation de résultat s’ils veulent résorber la crise. Dès septembre, nous exigeons d’avoir la confirmation que le syndicat aura sa place à la table de concertation où siègera tous les acteurs de la région. Nos membres ne veulent plus subir des conditions de travail défavorables notamment les temps supplémentaires obligatoires à répétition, des équipes de travail en sous-effectif, etc. La réussite de cette opération déprendra de la collaboration exemplaire de tous les partenaires de la région et de la volonté ferme de s’engager à changer les façons de faire », conclut Ariane Poirier.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...