Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Nouveau discours, même pandémie : le CNC demande aux gouvernements d’agir pour protéger le revenu des travailleurs et des travailleuses

Alors que les versements de la Prestation canadienne d’urgence (PCU) ont commencé il y a à peine un mois et que les étudiants et étudiantes n’ont toujours pas reçu les leurs, les interventions publiques prenant pour cible les mesures de remplacement de revenu comme étant un désincitatif au travail, se multiplient.

« Dans les suggestions de plusieurs, on retrouve des arguments qui s’apparentent à la nostalgie des pratiques de l’ère Harper », a souligné Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC). « Alors qu’à une autre époque, il y a à peine quelques semaines, on trouvait que les mesures fédérales d’urgence tardaient, on juge maintenant que celles-ci sont un obstacle à la relance de l’économie : c’est inacceptable ! »

Les membres du CNC reçoivent en ce moment quantité d’appels de gens inquiets : pour certains salarié.e.s, le retour au travail est compliqué par le choix de garder un enfant à la maison, pour d’autres par des mesures insuffisantes prises par l’employeur en matière de santé et de sécurité, plusieurs expriment des craintes face à la propagation du coronavirus. Dans tous les cas, le travailleur ou la travailleuse qui refuserait de retourner au travail pourrait perdre son lien d’emploi, l’employeur considérant qu’il s’agit d’un « départ volontaire », et perdre aussi son droit à un revenu de remplacement. Cela est particulièrement problématique pour les salarié.e.s nonsyndiqué.e.s et en situation précaire.

Ainsi, il nous apparait essentiel que le gouvernement fédéral confirme que tout parent qui a connu un départ volontaire parce qu’il ou elle s’occupait de son enfant demeure éligible à recevoir la PCU, de même que ceux qui expriment des craintes pour leur santé ou celle de leurs proches.

« La pandémie, faut-il le rappeler, n’est pas terminée !  », a continué Pierre Céré. « Au même moment où on invite les citoyens et citoyennes à déconfiner à leur rythme, il y a des bureaux d’avocats spécialisés en droit du travail patronal qui font le tour des médias et conseillent les employeurs sur les manières de priver les employés de la PCU et les forcer à revenir rapidement au travail, au risque d’une surjudiciarisation et d’un engorgement des tribunaux administratifs.

Est-ce que c’est vraiment cela que nous voulons ? Surtout quand on sait que la PCU est une mesure temporaire ? » Afin de respecter la dignité des travailleurs et des travailleuses, protéger leur revenu, leur sécurité et le lien d’emploi, le CNC adresse trois demandes au gouvernement du Québec :

1) Dans le cadre de ses mises à jour quotidiennes, le gouvernement pourrait lancer un appel à la modération auprès des employeurs du Québec et l’importance d’y aller de façon progressive, dans le respect des préoccupations fondées de ses employé.e.s.

2) Le gouvernement pourrait décréter une période de transition, durant laquelle un.e
employé.e qui refuserait de rentrer au travail, parce qu’il ou elle continue de s’occuper d’un.e enfant, ou bien parce qu’il ou elle craint pour sa santé ou celle d’un.e proche, ne pourrait voir son lien d’emploi rompu.

3) En ce qui a trait à la CNESST, le gouvernement pourrait augmenter le nombre d’effectifs associés au processus d’inspection en matière de droit de refus du/de la salarié.e.

Rappelons que le CNC a mis en ligne une section spéciale de son site web d’informations sur les arrêts de travail, l’assurance-emploi et les programmes spéciaux, dont la Prestation canadienne d’urgence (PCU) : www.lecnc.com/covid-19-coronavirus

Conseil national des chômeurs et chômeuses

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC) est l’expression et la force organisées du rassemblement de groupes oeuvrant à la défense et à la promotion des droits des chômeurs et chômeuses, et plus largement des travailleurs et travailleuses avec ou sans emploi. Le fondement de son activité et de son action vise la mise en place d’un régime d’assurance-chômage juste et d’accès universel, assurant à chacun et à chacune respect et dignité par l’obtention d’un revenu de remplacement lors d’une période de chômage.

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses croit aux valeurs essentielles du partage et de la solidarité. En ce sens, il considère que les biens et les richesses produits par la société doivent être mis au service de la communauté, assurant à chacun et à chacune une vie reposant, entre autres, sur un accès inaliénable aux soins de santé, à l’éducation et au logement, et sur le droit au travail.

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses croit que le bon fonctionnement de notre société doit s’appuyer sur une vision du développement durable, respectueux de ses populations et de l’environnement, et articulé dans son ensemble, et dans toutes ses sphères, sur la démocratie et le respect des différences.

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses est un réseau autonome d’action, d’éducation et de sensibilisation qui repose sur la volonté commune de groupes autonomes. Indépendant, tout comme ses groupes membres, de toute idéologie, organisation, parti politique ou lieu de pouvoir institutionnel, le Conseil national des chômeurs et chômeuses est libre de ses choix. Sa cause est celle de la justice et de l’équité ; ses valeurs sont celles de la démocratie, du partage et de la solidarité ; sa volonté est imperturbable.

Le Conseil national des chômeurs et chômeuses s’inscrit donc dans un projet de transformation sociale. En ce sens, il tissera des liens et développera des alliances, se voulant les plus larges possibles, avec d’autres acteurs de la société, dans une perspective de solidarité internationale aussi, qui recherchent les mêmes fins.

http://www.lecnc.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...