Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Rojava

Offensive turque en Syrie : un mauvais coup contre les populations et l’opposition démocratique syrienne

Alors qu’ont repris les bombardements meurtriers de Poutine et Assad sur les civils syriens d’Idleb, Erdogan vient de lancer une opération en Syrie contre les YPG (« Unités de protection du peuple kurde »). Son but est d’établir une zone tampon de 30 kilomètres de profondeur sur 500, dite zone de sécurité, pour notamment y installer un million de réfugiés syriens venant de Turquie.

tiré de : Entre les lignes et les mots 2019 - 41 - 12 octobre 2019

Cette politique de transfert forcé de population arabe dans ce territoire syrien majoritairement kurde, avec l’aide de supplétifs de l’Armée Syrienne Libre (ALS), outre qu’elle serait contraire au droit humanitaire international, est déplorable et calamiteuse au regard des valeurs qui animent les Syriens combattant depuis 8 ans pour une Syrie libre et démocratique.

En janvier 2018, l’armée turque, avec des groupes armés syriens alliés, avait déjà lancé sur Afrin une offensive contre les YPG, entraînant le déplacement de milliers de personnes. Les populations qui sont restées sur place ont enduré de multiples atteintes aux droits humains, selon Amnesty International qui a relaté dans son Rapport 2018 des arrestations, détentions arbitraires et déplacements forcés de populations arabes commis par l’administration autonome dirigée par le Parti de l’union démocratique (PYD) dans les régions dont elle a pris le contrôle.

Aujourd’hui, les populations civiles syriennes, qu’elles soient arabes ou kurdes, sont de nouveau exposées à la prédation en Syrie des autocraties turque, russe et iranienne, qui fait le jeu de Bachar Al Assad.

Celles et ceux qui soutiennent la cause d’une Syrie libre doivent condamner sans réserve ce mauvais coup qui se prépare au détriment du combat des opposants démocrates syriens.

Erdogan, comme l’a pratiqué Bachar Al Assad avec l’aide des Pasdarans du régime iranien des mollahs, va de fait provoquer un nettoyage ethnique. En outre, cette nouvelle guerre en Syrie est porteuse de graves périls : déstabilisation supplémentaire de la région, cadeau fait à Assad, Poutine et Khameneï, risque de voir les jihadistes s’éparpiller dans la nature et rejoindre soit l’ÉI, soit Assad qui ne manquera pas de les utiliser contre les Européens.

C’est avec ces attendus que prend son sens la campagne de protestation contre l’offensive d’Erdogan en Syrie, dont les termes ne sauraient faire l’impasse sur les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis depuis 8 ans en toute impunité par Bachar Al Assad, son régime et ses alliés, contre le peuple syrien.

Collectif pour une Syrie libre et démocratique

Paris le 10 Octobre 2019

Appel urgent à la Mobilisation pour défendre le Rojava contre l’agression militaire turque

La décision irresponsable du Président des Etats-Unis Donald Trump de retirer les troupes américaines du nord de la Syrie a laissé le champ libre à la Turquie pour envahir cette zone, le Rojava, peuplée majoritairement de Kurdes, et assouvir les plans de nettoyage ethnique que le régime d’Erdogan nourrit depuis si longtemps à l’encontre des Kurdes.

Ce mercredi après-midi, l’armée turque a commencé à mettre ses menaces à exécution en procédant à des frappes aériennes et des tirs d’obus dans les régions de Serêkanî (Ras al-Aïn) Qamishlo et Dêrîk.

L’invasion turque est synonyme de massacres, de nettoyage ethnique, de drame humanitaire. Elle va enliser la Syrie dans une guerre encore plus profonde et provoquer un exode massif de la population civile qui va amplifier le flux des réfugiés vers l’Europe.

D’autre part, comme l’a déclaré le commandant des Forces démocratiques syriennes (FDS) Mazloum Kobanê, l’agression turque contraint les combattants des FDS à alléger la surveillance des quelque 12 000 djihadistes détenus au nord de la Syrie, pour se consacrer à la défense de leur population et de leurs terres. Ceci entraînera immanquablement une résurgence de Daesh et, partant, une menace accrue pour l’Europe.

Les Kurdes qui ont donné 11 000 vies dans la guerre contre Daesh et développé dans la région un système politique fondé sur la démocratie, le pluralisme et l’égalité des genres, ne représentent une menace pour personne. Ils ne demandent qu’à vivre en paix.

Samedi 12 octobre, des mobilisations auront lieu partout en France pour défendre le Rojava contre l’agression militaire turque, à l’appel du CDKF et de la Coordination nationale Solidarité Kurdistan (CNSK) auxquelles se joignent de nombreuses personnalités, organisations politiques et de la société civile.

Nous vous invitons à participer nombreuses et nombreux à ces rassemblements et marches pour manifester votre soutien et votre solidarité avec les Kurdes dans ce contexte crucial.

Pour ailleurs, nous vous informerons des actions éventuelles qui seront entreprises d’ici samedi pour contrer les plans turcs d’invasion et de nettoyage ethnique au Rojava.

Conseil Démocratique Kurde en France

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Rojava

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...