Édition du 21 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Israël

Oui, les six évadés sont des combattants de la liberté

Ce sont les combattants de la liberté les plus courageux qu’on puisse imaginer. Pour les Israélien.ne.s qui ont du mal à l’admettre, il vaut mieux se souvenir des nombreuses séries télévisées et des films qu’ils et elles ont regardés : l’évasion du prison est la happy ending parfaite. L’intrusion de l’Irgoun [organisation clandestine juive qui s’est battue contre le régime britannique en Palestine] dans la prison d’Acre en 1947 reste gravée à jamais dans notre mémoire comme exemple d’héroïsme.

9 septembre 2021 | tiré du journal Ha’aretz | traduction David Mandel

Mais ce qui est vrai pour les films et pour les Juifs et Juives ne s’applique jamais aux Palestinien.ne.s. Les six fugitifs ne sont que des terroristes, et le sentiment national veut les voir éliminés. Pendant ce temps, les réseaux sociaux bourdonnent d’anecdotes et de réflexions sur l’évasion. Peut-être pour échapper à une véritable confrontation avec ses significations et peut-être pour échapper à l’embarras.

Les six audacieux ont choisi la voie de la résistance violente et cruelle à l’occupation. Son efficacité contre un Israël fort et armé peut être disputée. Mais sa justification ne peut être mise en doute. On a le droit de s’opposer violemment à une occupation qui est plus violente et cruelle que toute terreur palestinienne. Après leur arrestation, des punitions draconiennes et disproportionnées leur ont été infligées, certainement en comparaison avec les punitions infligées en Israël pour les autres prisonniers. Leurs conditions d’incarcération sont également une honte – elles ne passent aucun test des droits de la personne – conditions plus dures que celles des pires détenus criminels.

Oublions la propagande ignoble sur les conditions de leur emprisonnement, avec la photo du baklava en prison : il n’y a pas de prisonniers en Israël qui subissent de telles conditions. Des dizaines d’années sans vacances, sans conversation téléphonique avec les proches à la maison, parfois même sans visites familiales, et avec une densité insupportable dont la Haute Cour a déjà dit son mot.

Et la plupart des fugitifs sont en prison depuis une vingtaine d’années sans qu’aucun horizon ne les attende : ils ont été condamnés à plusieurs peines d’emprisonnement à perpétuité et à 20-30 ans chacun en plus. Qu’ils n’essaieront pas de s’échapper ? Qu’il n’y ait aucun sentiment de compréhension de leur acte et peut-être même un espoir caché qu’ils parviendront à s’évader, à disparaître, et à s’ouvrir dans une nouvelle vie, comme dans les films ?

Je connais bien Zakaria Zabeidi. Peut-être que je me définirais même comme un ami. Comme une poignée d’autres journalistes israéliens, je l’ai souvent rencontré au fil des ans, surtout lorsqu’il était recherché. Il y a environ trois ans, je lui ai envoyé des articles des archives de Haaretz qu’il avait demandés pour son travail de maîtrise. Pourtant, il reste pas tout à fait compris pour moi, et son enchevêtrement renouvelé qui a conduit à son arrestation il y a environ deux ans reste un mystère ; Zacharie n’est plus un enfant - il est déjà un père d’enfants. Alors pourquoi ?

Mais l’histoire de sa vie est une histoire de vie classique d’une victime et d’un héros. « Je n’ai jamais vécu comme un être humain », m’a-t-il dit un jour, celui qui, enfant encore, portait des sacs de sable dans un immeuble qui se construisait dans la rue Abbas à Haïfa, alors que ses pairs juifs passaient du temps avec leurs parents. Son père est mort alors qu’il était enfant ; sa mère a été tuée par balles de l’armée dans la fenêtre de sa maison quand il était déjà adulte. Et quelques semaines plus tard, son frère a également été tué, et sa maison a été détruite par l’armée. En 2004 il m’a dit : « Je suis mort. Je sais que je suis mort ».

Mais sa chance, ou autre chose, a joué pour lui. Comme Marwan Barghouti et d’autres héros palestiniens, lui aussi voulait la paix avec Israël, mais dans des conditions de justice et de respect pour son peuple. Et lui aussi sentait qu’il n’avait d’autre issue que la résistance violente. Jamais je ne l’ai vous sans arme.

Je pense maintenant à Zacharie et j’espère qu’il parviendra à s’échapper vers la liberté, tout comme je souhaite que Barghouti soit enfin libéré. Ces personnes méritent d’être punies pour leurs actes, mais aussi d’être compris et appréciés pour leur courage et surtout pour leur droiture. Israël a décidé de les laisser pour toujours en prison, et ils essaient, chacun à sa manière, de changer ce décret injuste. C’est exactement cela qu’on qualifie de combattants de la liberté. Combattants de la liberté palestinienne. Et comment peut-on les appeler autrement ?

Gideon Levy

Journal Haaretz, Israël

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...