Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Tunisie

Une gauche en perdition

À l’approche du premier tour de l’élection présidentielle prévu le 15 septembre, les Tunisiens se retrouvent encore une fois à devoir choisir principalement entre plusieurs candidats majoritaire-ment de droite, qu’ils soient libéraux, destouriens ou représentants de la mouvance islamo-conservatrice.

Une alternative progressiste de gauche semble en effet moins que jamais réalisable, et ce n’est pas faute de candidats.
Dans le positionnement des gauches tunisiennes, entre les mouvances radicale et sociale-démocrate et leur poids sur l’échiquier politique, l’aspect idéologique est tout aussi important que la vision socio-économique. Il représente en effet un point de clivage, que ce soit par rapport aux islamistes ou aux représentants de l’ancien régime (bourguibiste ou benaliste). (…)

Le Front populaire, de l’espoir à la déception

En 2012, et face à la bipolarisation naissante entre Nidaa Tounès (Bourguibiste) et Ennahda (islamiste), plusieurs fractions de la gauche radicale décidaient de s’unir au sein d’un front électoral : le Front populaire.

Cette coalition était composée de douze partis qui gardaient leur autonomie, ainsi que de plusieurs associations de gauche radicale. Ils étaient issus de mouvances diverses : marxistes, écologistes, nationalistes arabes, sociaux-démocrates (et trotskistes Blog)… La ligne affichée du Front était « la réalisation des objectifs de la révolution » — seuls points communs entre des entités aussi éloignées idéologiquement — : la justice sociale, la justice transitionnelle, la défense des libertés et l’instauration d’un État démocratique.

La naissance du Front a été possible grâce notamment à une réconciliation historique de deux des plus importantes composantes historiques de la gauche radicale : le Parti Communiste Ouvrier Tunisien (PCOT) (maoïste Blog) devenu Parti des Travailleurs Tunisiens (PTT) après 2011, avec à sa tête Hamma Hammami, et le Watad (les Patriotes Démocrates) de feu Chokri Belaïd.

Si l’entreprise du Front a été une réussite historique, son succès sur la scène politique nationale est la conséquence de deux événements dramatiques : les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi en 2013.

Le premier a été tué devant chez lui le 6 février 2013, et ce premier assassinat politique post-révolution a provoqué un séisme dans le pays, comme en témoignent les milliers de personnes venus assister à ses funérailles.

Le charisme de Chokri Belaïd et son talent d’orateur avaient fait de lui une icône ; après sa mort, il est devenu le martyr de la gauche. Moins de six mois plus tard, le 25 juillet, Mohamed Brahmi, leader du Courant Populaire (nationaliste arabe) est assassiné à son tour. Un sit-in s’organise alors devant l’Assemblée nationale constituante pendant tout le mois d’août 2013, et le pays traverse une crise politique sans précédent qui débouchera sur la formation d’un gouvernement d’union nationale.

Ces événements ont propulsé le Front comme troisième force politique aux élections législatives de 2014, portant quinze députés à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP). Son candi-dat à la présidentielle Hamma Hammami a fait un score honorable de 7 %, se plaçant aussi en troisième position derrière les deux finalistes Moncef Marzouki et Beji Caïd Essebsi, malgré la pression du « vote utile ».

Le Front Populaire aurait pu tirer profit de ce succès électoral et se positionner comme principale force d’opposition au tandem islamiste-destourien désormais au pouvoir. Malheureusement, depuis 2014, la structure du Front n’a pas su évoluer et elle a fini par imploser en 2019.

Une crise structurelle et politique

Le 29 mai 2019, neuf députés frontistes démissionnent du bloc parlementaire, dénonçant « une crise créée par certaines composantes du Front qui se sont employées à imposer leur mainmise et à exclure d’autres composantes et ses militants ».

Ce coup de force fait suite à la décision du Conseil des secrétaires généraux des partis (seule instance décisionnelle au sein du Front populaire) de présenter la candidature de Hamma Hammami à l’élection présidentielle. Les médias locaux ont souvent présenté cet épisode comme le résultat d’une rivalité personnelle entre Mongi Rahoui, figure du Watad, et Hamma Hammami, secrétaire général du PTT. Si cette rivalité est bien réelle, la crise au sein du Front traduit toutefois des problèmes d’ordre structurel et politique.

Sur le plan structurel, les « frondeurs » dénonçaient un manque de démocratie interne.

Les décisions sont prises par le Conseil des secrétaires généraux, qui réunit les secrétaires généraux de tous les partis, mais où chaque parti équivaut à une voix, ce qui ne traduit pas leur poids réel en nombre de militants.

De fait, ce système empêche les bases de peser sur les décisions stratégiques, et ne permet pas de conforter un véritable sentiment d’appartenance qui dépasserait les frontières des partis politiques et leurs clivages, alors que c’était l’objectif de ce projet de coalition.

Ainsi, même si, en façade, le Front semblait former un bloc uni, les tensions qui le traversaient depuis le début étaient nombreuses, et les rivalités entre les différentes mouvances bien réelles.

Politiquement, le problème ne se situe pas, comme on pourrait le croire, au plan idéologique. La division ne concernait pas la dichotomie marxistes/nationalistes ou écologistes/productivistes. Elle était plutôt d’ordre stratégique.

La véritable fracture au sein du Front s’est manifestée pour la première fois au moment du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2014, quand la coalition a dû se positionner par rapport aux deux candidats, Beji Caïd Essebsi et Moncef Marzouki.

Deux lignes se sont alors opposées : d’un côté, toute une frange souhaitait soutenir le candidat Beji Caïd Essebsi et était prête à s’allier avec Nidaa Tounès après les élections, estimant que le véritable danger était le parti islamiste, a fortiori après les assassinats politiques de Belaïd et Brahmi. De l’autre, destouriens et islamistes étaient renvoyés dos à dos.

Faut-il un accord avec l’Union européenne ?

C’est là l’origine de la scission qui a été actée par la création du parti « le Front Populaire » le 22 juillet 2019, avec à sa tête Mongi Rahoui, soutenu par plusieurs composantes de l’ancienne coalition, tels que le Watad et le parti Attaliaa (nationaliste arabe).

Chacun présentera donc ses listes aux législatives et son candidat à la présidentielle : Mongi Rahoui pour le « parti » du Front Populaire, et Hamma Hammami pour la « coalition » du Front Populaire, même si ce dernier se présente officiellement en tant que candidat indépendant, et souhaite rassembler au-delà de son électorat historique.

Ce schisme se traduit également par deux lignes politiques et économiques divergentes

Au nom de la realpolitik et du pragmatisme, Mongi Rahoui souhaite « s’adapter » aux pressions économiques qui pèsent sur le pays, tandis que Hamma Hammami prône la fidélité aux impéra-tifs sociaux et aux valeurs de la gauche traditionnelle.

La question — très controversée — de l’Accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca) avec l’Union Européenne en est la parfaite illustration : alors que Mongi Rahoui se dit ouvert aux négociations avec l’UE, Hamma Hammami oppose un « no deal » net et sans appel.

Loin d’être une exception tunisienne, l’implosion du Front Populaire traduit un dilemme qui occu-pe toutes les gauches à travers le monde, entre le repli sur soi et l’ouverture à des alliances. Si elle marque la mort définitive de ce projet tel qu’il a été pensé en 2012, elle n’en appelle pas moins à une nécessité de renouveau. (Extrait)

Hakim Fekih 11 septembre 2019

https://orientxxi.info/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...