Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

​Comment lire le capitalisme et son avenir ?

Les contributions de Branco Milanovic et de Robert Boyer.

Branco Milanovic a conçu la « courbe de l’éléphant » – titre de son livre précédent – pour faire voir à la fois la montée des inégalités entre les pays et à l’intérieur des pays ,le tout laissant percevoir les résultats de la croissance des pays asiatiques notamment sur la sortie de la pauvreté. Une nouvelle classe moyenne était en train de naître dans les pays de la périphérie, à commencer par la Chine.

Publié le 3 décembre 2020 | tiré du site Entre les lignes entre les mots
https://entreleslignesentrelesmots.blog/2020/12/03/comment-lire-le-capitalisme-et-son-avenir/

« Le capitalisme sans rival » est, d’abord la prise en compte de l’entrée dans le 21e siècle qui se signifie par la chute du Mur de Berlin en novembre 1989. A partir de cette date fondatrice, le monde ne connaît plus qu’un mode de production – pour parler comme Marx -, le capitalisme. L’auteur se réfère à l’analyse de Marx et à celle de Max Weber pour appréhender la dynamique du capital. Il ne craint pas de faire appel aussi à Adam Smith, le père de l’économie politique qui fait de l’intérêt individuel le moteur de la volonté de produire pour faire du profit mais ne fait pas confiance à la somme des intérêts égoïstes pour déterminer le bien commun, collectif contrairement aux théoriciens néo-classiques. Sur cette base, il construit une typologie des capitalismes dans le contexte de la mondialisation à dominante financière et sous la contrainte de la compétitivité. Il en arrive à deux grands types : « Le capitalisme méritocratique libéral » – libéral au sens anglo-saxon, de « gauche » – très fortement en perte de vitesse et « le capitalisme politique » à l’exemple de la Chine, qui pourrait servir de modèle.

Branco Milanovic permet de voir la forme de la mondialisation actuelle. Marx avait déterminé la mantra fondamentale du capitalisme, « Accumuler, accumuler toujours davantage », pour peser son poids en argent. Le capitalisme actuel est une sorte d’abstraction de cette messe via la financiarisation de l’économie qui transforme tout, y compris les relations sociales, en marchandise. La marchandisation touche tous les secteurs comme conséquence de l’individualisation. La chaîne de valeurs internationale repose uniquement sur la baisse du coût du travail pour augmenter le profit d’une firme. La pandémie a révélé que cette logique micro économique a donné un pouvoir énorme aux filiales d’atelier dont la Chine dans les échanges internationaux.

Trump a fait la démonstration de la popularité, sous la forme du populisme le plus outré, du thème anti mondialisation et de la nécessité de sauvegarder les intérêts nationaux. C’est déjà présent dans la thèse de l’auteur écrit avant la pandémie.
La préface de Pascal Combemale est une introduction nécessaire à la lecture de cet essai sous titré « L’avenir du système qui domine le monde ».

Branco Milanovic : Le capitalisme sans rival, traduit par Baptiste Mylondo, préface de Pascal Combemale, La Découverte, 303 p.

Et la pandémie ?

Branco Milanovic ne pouvait prendre en compte la pandémie. Le virus a révélé l’état du monde, la forme de la mondialisation et la nécessité de reconsidérer à la fois la pratique, la dépendance vis-à-vis de Chine, et l’idéologie néo libérale qui a conduit à la place fondamentale des firmes transnationales dans la conduite de l’économie et à la croissance des inégalités. La COVID19 a aussi accéléré, approfondi toutes les contradictions existantes. La crise sanitaire est d’abord une crise économique systémique profonde.

C’est la thèse que développe Robert Boyer, dans « Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie », en voulant forger un nouveau vocabulaire pour attirer l’attention sur la dimension de cette rupture qui devrait ouvrir la voie à une nouvelle révolution du capitalisme.

Contrairement à Slavoj Zizek, « Dans la tempête virale », Boyer ne croit pas à la disparition du « national populisme ». A juste raison. Le « populisme » peut-être de « droite » ou de « gauche » – suivant le degré d’avancées sociales – et a, Trump l’a montré aux Etats-Unis, de beaux jours devant lui. Sans parler du « retour de l’Etat »…Robert Boyer : Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie, La Découverte, 200 p. 

Slavoj Zizek : Dans la tempête virale, traduit par Frédéric Joly, Actes Sud, 114 p.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...