Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Billet

1,3 milliards de dollars à Bombardier et vous nous dites que vous n'avez pas d'argent...!

Monsieur Coiteux explique qu’il n’y a pas d’argent dans la caisse pour les dépenses courantes mais pour le financement des entreprises, il est capable d’en trouver. Il est surtout capable de mentir à la population.
Pleins de sentiments me bouleversent, me bousculent.

Des mots viennent à ma conscience.

Mépris

« Sentiment par lequel on juge quelqu’un ou sa conduite moralement condamnables, indignes d’estime, d’attention : N’avoir que du mépris pour quelqu’un. Fait de ne tenir aucun compte de quelque chose : Avoir du mépris pour les conventions. Attitude, sentiment par lesquels on s’élève au-dessus de ce que généralement redoutent les autres hommes, ou de ce qui les attire : Le mépris des richesses, du danger. [1]

Le mépris c’est un milliard de dollars donnés à Bombardier pendant que les membres de la fonction publique, de la santé et de l’éducation sont en grève parce que justement, il y a plus d’un milliard de coupures en éducation et que les services ne sont plus garantis en qualité et que les élèves sont souvent laissés à eux-mêmes.

Et je crie :MÉPRIS

Scandaleux

« Qui cause ou est capable de causer du scandale : Vie scandaleuse. Qui choque par son excès : Prix scandaleux. [2]

Le scandale pour moi c’est un prêt de 60 millions de dollars accompagné d’une aide supplémentaire de 5 millions pour une compagnie minière, la Québec Lithium, qui est présentement sous protection de la faillite et qui n’a pas payé les 25,6 millions de garantie pour restauration du site. C’est 12 millions versés à Royal Nickel qui va débourser 150 millions tirés d’un compte aux Bermudes pour efficacité fiscale…un bel abri en fait. Ne paie pas d’impôt mais reçoit des subventions de l’État. Gras dur.

Ce sont des compagnies minières qui font plus de 54 milliards de profit, paient seulement 1,9 % de redevances alors qu’ailleurs au Canada la moyenne c’est 4,5 % et qui laissent au Québec plus de 700 sites à décontaminer pour une somme de 1,2 milliards. [3]

Et je crie : SCANDALEUX !

Voleur

« Qui fait payer trop cher quelque chose, qui trompe volontairement et à son profit sur un compte, etc. : Ce restaurateur est voleur. Qui prend quelque chose par la ruse ou par la force : Un chat voleur scandaleux. [4] Le gouvernement dans sa quête d’argent et de coupures va couper des sommes dans plus de 600 dossiers de personnes salariées de l’État pour salaires trop payés entre mai 2012 et mai 2013. Ce serait plus de 175 membres du Syndicat des Professionnels du Gouvernement du Québec qui seraient visés et les sommes à rembourser pourraient atteindre 40,000 $. Le Conseil du Trésor aurait émis une note qui aurait été mal interprétée. Le vrai vol c’est ça, couper des travailleurs et travailleuses sous prétexte d’une directive mal comprise. À l’employeur de porter le blâme…pas au personnel. [5]

Et je crie : VOLEUR

Indignation

« Sentiment de colère ou de révolte que provoque quelqu’un ou quelque chose :
Les journalistes ont crié leur indignation devant le sort réservé à leur consœur [6]. L’indignation c’est le sentiment suite à l’utilisation des sommes publiques dans l’investissement inutile :

" 70 millions pour bâtir un amphithéâtre au Parc Jean-Drapeau, pour les besoin de promoteurs privés, 200 millions et un congé de taxes pour le centre Vidéotron, » [7]

Et je crie : INDIGNATION

Misogynie

« Qui éprouve du mépris, voire de la haine, pour les femmes ; qui témoigne de ce mépris. [8] Les femmes forment les ¾ de la main d’œuvre dans le secteur public. Ne pas reconnaître ce fait…ne pas reconnaître que la lutte du secteur public est une lutte de femmes, c’est nier l’évidence. Pour cacher la question de l’équité que le gouvernement n’accorde pas aux femmes travailleuses. Le secteur public a certes de bons avantages sociaux (maladie, fériés payés, retraite) mais demeure sous-payé par rapport au secteur privé et syndiqué. C’est ce rattrapage salarial qui est au cœur des débrayages. Mais, c’est aussi la lourdeur des tâches, les changements perpétuels, la dégradation des conditions de travail. Le secteur public est rabaissé, les femmes exploitées. Ça le gouvernement refuse de le reconnaître. Refuse de voir sa misogynie.

Et je crie : MISOGYNIE.

Et je crie pour éviter la folie et sortir ma colère.

Et ces mots vont rester longtemps dans ma gorge.

Chloé Matte Gagné


[3(chiffres tirés de Le Devoir, Mines : une coalition réclame une enquête publique d’Alexandre Shields, p. A5, 28 octobre 2015) »

[5(chiffres tirés du Devoir : Québec réclamera des milliers de dollars à des employés en salaires, 30 octobre 2015 p . A5)

[7Facebook via Gabriel Nadeau-Dubois

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...