Édition du 19 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

1000 piastres quand elles et ils seront de retour au pays…

Place à l’émergence d’une nouvelle figure étatique : « l’État dissipateur »

photo Radio Canada

La nouvelle s’est propagée comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Le gouvernement fédéral a décidé de sortir la presse à imprimer des dollars pour venir en aide à ces personnes qui devront rester confinées à domicile lors de leur retour de leur voyage à l’étranger. Ces voyageuses et voyageurs, qui aiment prendre des risques avec leur santé en ce moment critique que nous traversons collectivement à l’échelle mondiale, recevront un joli pactole de 1000,00$ en compensation pour cette quarantaine à respecter lors de leur retour au pays. Et dire que la science économique postule que l’homo economicus est un être réputé « rationnel ». Cette mesure me semble davantage sortie du programme du défunt Parti créditiste de Réal Caouette ou d’un sketch que j’aurais manqué lors du Bye Bye 2020. À l’évidence, nous ne sommes pas ici devant un « État avare » (un « État séraphin ») qui gère ses fonds de manière rigoureuse. On a raison de se scandaliser d’une telle générosité à l’endroit de personnes qui ne suivent pas, sur une base volontaire, les mesures de restrictions en cette période de pandémie. Dans le dictionnaire, au mot « avare » apparaît, dans la section antonyme, les mots suivants : « bienfaiteur », « généreux », « mécène ». Comment qualifier l’État qui fait preuve d’une telle générosité ? Un « État bienfaiteur » ? Non, car si tel était le cas, le gouvernement fédéral donnerait généreusement aux Banques alimentaires qui viennent au secours des plus démunis de notre société. Un « État généreux » ? Non plus, car si tel était le cas le gouvernement central hausserait sur le champ le financement des programmes de santé et d’éducation au pays, ce qui permettrait enfin aux provinces d’accorder aux salariéEs syndiquéEs des secteurs public et parapublic une rémunération à la hauteur de la valeur réelle de leur prestation de travail. Je l’ai, un État qui dépense nos cennes et nos piastres, sans regarder la dépense, n’est pas un « État mécène », il s’agit plutôt d’un « État dépensier ». Un État qui dépense nos cennes et nos piastres aveuglément est minimalement un État du genre « panier percé ».

Dans la foulée de la présente crise sociosanitaire, une nouvelle figure étatique a vu le jour : « l’État dissipateur ». J’entends par là un État qui anéantit en dispersant et en dépensant sans compter le bien qui lui est confié. Il va sans dire que cette dépense inqualifiable va profiter uniquement à celles et ceux qui ont les moyens de se balader à l’extérieur de nos frontières. Devinez de qui il s’agit ici ? Sûrement pas des personnes qui sont dans le besoin ou qui sont sous-rémunérées.

Yvan Perrier

2 janvier 2021

16h45

yvan_perrier@hotmail.com

Ajout
5 janvier 2021
18h

Acte de contrition sur les failles du programme de la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE)
M. Trudeau a profité de sa première conférence de presse de l’année 2021 pour faire acte de contrition au sujet des failles dans le PCMRE. À ce sujet, il a notamment déclaré ceci :
"Mon message à ceux qui sont allés dans le Sud est clair : “Vous n’aurez pas droit à cette prestation. Elle n’est pas prévue pour vous.” À ceux qui ont été fâchés en lisant les reportages en fin de semaine : “Je partage votre frustration et votre indignation. On est en train de corriger la situation rapidement.”
[…]
Il n’y a personne qui s’ imaginait que ça aurait pu être utilisé par des gens qui font fi des recommandations de la santé publique pour payer leur quarantaine au retour de vacances dans le Sud, quand la grande majorité des gens comprennent que ce n’est pas le temps de faire ça. C’est absolument inacceptable."
Justin Trudeau, premier ministre du Canada
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1760950/justin-trudeau-coronavirus-canada-cas-hopitaux-vaccination . Consulté le 5 janvier 2021.

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).
Vous pouvez m’écrire à l’adresse suivante : yvan_perrier@hotmail.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...