Édition du 9 avril 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Abattoirs : Le grand démantèlement d’Olymel

Olymel, le géant québécois de la transformation des viandes, a procédé à la fermeture de six usines en 2023 : un véritable carnage qui affecte plus de 1500 employé-es et qui frappe de plein fouet plusieurs communautés, dont celles de Princeville et de Vallée-Jonction.

Tiré de Le point syndical. Photo : aul-Émile Turmel et Richard Lessard, deux travailleurs de l’usine Olymel de Vallée-Jonction habitant la région. "2023 a été l’une des pires années au Québec pour les travailleurs du secteur de la transformation du porc."

« Moi je vais avoir 67 ans, mais je n’étais pas prêt à arrêter de travailler tout de suite. J’aimais mon travail, j’aimais ce que je faisais, j’aurais continué. Ça me fâche de m’être fait sortir avant d’avoir pu moi-même décider de partir. » Richard Lessard a travaillé 50 ans chez Olymel Vallée-Jonction. Pour lui et pour le millier de travailleuses et de travailleurs de cet abattoir beauceron, la fermeture définitive, le 21 décembre dernier, fut tout un choc. Alain Nolet, le doyen de l’abattoir de Vallée-Jonction, cumulait 52 ans de service. « On avait pris l’habitude d’entendre parler de fermeture chaque fois qu’on négociait une convention collective. Mais là, on est restés bête. Ça m’a beaucoup surpris. J’ai passé ma vie là. » Son collègue, Paul-Émile Turmel, ne s’explique pas la décision d’Olymel. « Personne ne comprend pourquoi on a fermé l’abattoir de Vallée-Jonction. Jusqu’à la fin, la productivité de l’usine dépassait 90 % de sa capacité. »

L’usine de Vallée-Jonction faisait vivre toute une région. À cet effet, le président de la Fédération du commerce–CSN, Alexandre Laviolette, est éloquent : « Si une usine de la taille de celle de Vallée-Jonction avait fermé à Montréal, c’est comme s’il y avait eu 70 000 pertes d’emplois. » Pour François Proulx-Duperré, secrétaire général du Conseil central de Québec Chaudière-AppalachesCSN, cette fermeture est une tragédie pour les syndiqué-es et leur famille, et pour toute la Beauce également. « On n’en voit plus, des fermetures de 1000 personnes, c’est énorme. » Les 300 employé-es de l’usine Olymel de Princeville ont subi le même sort que leurs collègues de Vallée-Jonction : une fermeture précipitée, celle-là en novembre dernier. Ceux-ci craignaient cette fermeture en raison des mauvais investissements de l’entreprise, de la pénurie de main-d’œuvre et de l’effondrement du marché chinois qui absorbait tout le porc d’Olymel. Steve Houle est président du syndicat de l’usine. « Actuellement, 30 à 40 % des travailleurs de Princeville se sont replacés. Certains sont retournés aux études, mais les emplois disponibles, sur rotation sept jours sur sept, sont peu attrayants. Ce ne sont pas les mêmes conditions qu’on avait. »

La mauvaise réputation de l’entreprise n’est plus à faire. Au fil des ans, Olymel a multiplié les attaques pour réduire à néant les syndicats, multipliant les lock-out, imposant des réductions salariales et congédiant des officiers syndicaux. Pour Alexandre Laviolette, l’entreprise n’est pas seulement hostile aux travailleuses et aux travailleurs, mais elle est aussi mauvaise gestionnaire. « Dans un marché en dents de scie comme celui du porc, Olymel a toujours eu une stratégie d’acquisition trop agressive, notamment avec l’achat de toutes les autres usines qui lui ont coûté trop cher. Chaque nouvelle acquisition a mené à des fermetures par la suite. Cette fois-ci, l’élastique lui a pété en pleine face et ce sont les employé-es qui en subissent les conséquences. »

La CSN continue aujourd’hui d’appuyer toutes les personnes mises à pied, nous dit François Proulx-Duperré. « On va accompagner les gens jusqu’au bout, on ne veut laisser personne derrière, les activités du syndicat se poursuivent. On aide aussi les travailleurs étrangers temporaires et les choses avancent bien. » Même si le marché de l’emploi est encore favorable, bien des gens mis à pied devront redoubler d’efforts pour trouver des emplois avec des avantages et des salaires comparables.

L’histoire retiendra que ce sont les batailles acharnées des syndiqué-es CSN de Vallée- Jonction et de Princeville qui ont permis d’améliorer les conditions de travail de tous les employé-es d’Olymel et du secteur de la transformation des viandes au Québec.

* Pour en savoir plus sur l’historique du travail dans les abattoirs d’Olymel, consultez Des héros et des héroïnes de la classe ouvrière à l’adresse suivante : fc-csn.ca/journal-dec23

******

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Denis Guénette

Conseiller à la CSN.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...