Édition du 13 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Algérie : Le RCD ne participera pas aux législatives du 12 juin

Mohcine Belabbas ne briguera pas un autre mandat à la tête du parti.

Cette option était prévisible dès lors qu’elle a fait l’objet d’un large consensus au sein de la base. Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) ne participera pas aux législatives du 12 juin prochain. Le rejet de cette élection a été décidé à l’unanimité des membres du conseil national, réuni hier en session ordinaire au Cercle des moudjahidine à Alger-Centre. Cette option était prévisible dès lors qu’elle a fait l’objet d’un large consensus au sein de la base.

Tiré de El Watan.

Elle est ressortie fortement lors des différentes interventions des membres du conseil national. Le RCD est ainsi le deuxième parti politique de l’opposition, après le Parti des travailleurs (PT), à tourner le dos à ce rendez-vous électoral.

ntes interventions des membres du conseil national. Le RCD est ainsi le deuxième parti politique de l’opposition, après le Parti des travailleurs (PT), à tourner le dos à ce rendez-vous électoral.

Dressant un tableau sombre de la situation qui prévaut dans le pays sur tous les plans, économique, politique et social, il a dénoncé la stratégie de dialogue du pouvoir et critiqué les partis de l’opposition, allusion au FFS ayant rencontré le président Tebboune. Mohcine Belabbas se réjouit de voir le RCD sorti définitivement de « la Bourse des trocs ».

Une Bourse, dit-il, qui suppose l’instauration d’un contrôle policier sur les militants et les structures du parti et la constitution de cliques en lieu et place d’un contrôle politique qui sied à toute organisation politique qui inscrit son combat dans l’émancipation du plus grand nombre.

« Le RCD affirme sans ambages son autonomie de décision, socle de toute formation politique démocratique, décision que seules ses instances élues par ses propres militants sont à même d’élaborer en toute transparence. Notre combat s’inscrit résolument dans la sociale démocratie et nos militants immergés dans le tissu social sont en phase avec le peuple, ses attentes, ses priorités et ses ambitions », a-t-il affirmé.

Advertisements
Evoquant le dialogue tel que prôné par le pouvoir, le chef de file du RCD estime qu’aujourd’hui vouloir reconstruire l’Etat et la société avec les « débris » de l’ancien système ne peut avoir l’adhésion citoyenne et ne peut être synonyme d’une nouvelle Algérie. Pour le président du RCD, le pouvoir est incapable d’ouvrir un dialogue sérieux.

« Une nouvelle tragi-comédie électorale »

« La crise de l’autorité et de légitimité et la paralysie des institutions rendent le dialogue politique inclusif indispensable pour construire un consensus démocratique et insuffler de la confiance, de l’optimisme et un renouveau politique dans la vie institutionnelle », a-t-il lancé. Pour lui, ce dialogue ne peut être réduit à « des réceptions protocolaires, sans ordre du jour concerté, au cours desquelles le pouvoir présente à ses interlocuteurs des résolutions et des décisions inopérantes, prises de façon unilatérale ».

Fustigeant les chefs de partis politiques qui rendent compte des décisions des autorités après leurs rencontres avec Tebboune, Mohcine Belabbas pense que « lors de ces rencontres, le pouvoir fait semblant d’écouter et de dialoguer et les convives reçus font semblant d’arracher des concessions, au point de se transformer en mégaphone du chef de l’Etat pour annoncer ‘‘les bonnes nouvelles’’ ». L’orateur a estimé que cette politique de « mise en scène médiatique de la vie politique doit cesser ».

« Cela est indispensable à la réussite de toute démarche de sortie de crise. Ce dialogue, si dialogue il y aura, doit être organisé et structuré de façon à permettre à tous les participants de contribuer à l’élaboration d’une feuille de route de sortie de crise qui doit être approuvée et respectée par tous », insiste-t-il.

A propos des législatives du 12 juin, le leader du RCD a rappelé le contexte dans lequel le pouvoir va organiser ce scrutin. Selon lui, « c’est sur ce fond fait de répression, de maintien en prison de détenus d’opinion, de restriction des libertés individuelles et collectives, la pauvreté, les inégalités croissantes imposées à notre peuple par un régime prédateur sont intolérables et la régression économique et sociale que le pouvoir en place, disqualifié à deux reprises par un boycott massif et historique des urnes, s’apprête à jouer une nouvelle tragi-comédie électorale le 12 juin prochain ».

Il explique que les « véritables décideurs, incapables d’ouvrir un dialogue sérieux pour aller à une véritable transition démocratique et faute de ne pouvoir neutraliser le hirak par la répression, semblent parier sur l’option du pourrissement ». Il met en garde : « Les prémices de violences programmées et orchestrées par les officines habituelles sont déjà là. »

Et de placer ainsi le pouvoir devant ses responsabilités quant à un quelconque dérapage. « Les manœuvres souterraines ainsi que les appels des porte-voix connus, se revendiquant comme soutiens du pouvoir de fait, à la division des rangs du peuple algérien se font insistants sur les médias publics et privés inféodés, mais aussi sur les réseaux sociaux. Le pouvoir portera l’entière responsabilité d’éventuels dérapages », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, sur un ton ferme, il a répondu aussi à ceux qui critiquent le fameux slogan du hirak : « Pour un Etat civil et non pas militaire ». « L’Algérie libre et démocratique et l’Etat civil et non militaire, qui sont repris en chœur partout sur le territoire national, renvoient à la mise en place d’un système politique où les missions des militaires sont définies par les politiques, et renvoient à l’instauration d’un Etat de droit, libre et démocratique, où la souveraineté est au peuple, garantissant la paix et le vivre-ensemble. Seules ces exigences permettront de rétablir la confiance dans les institutions et les dirigeants », a soutenu Mohcine Belabbas.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...