Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

COVID-19 : Deux ans de crise dans le réseau de la santé

Depuis la déclaration de la pandémie par l’OMS il y a aujourd’hui deux ans, partout au Canada les femmes du réseau de la santé ont vu leurs conditions de travail se dégrader à un rythme effarant.

Aujourd’hui, à l’initiative de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers, les représentantes des travailleuses de la santé unissent leurs voix dans une action de solidarité pancanadienne sans précédent et se mobilisent pour renverser la vapeur.

Au Québec, les stratégies gouvernementales, basées uniquement sur des primes temporaires, ne suffiront pas à ramener suffisamment de professionnelles en soins dans le réseau.

Pour être en mesure de dispenser des soins sécuritaires et de qualité, il y a un besoin urgent que nos gouvernements mettent en place des politiques audacieuses et respectueuses des professionnelles en soins, comme la mise en place de ratios et la fin du TSO.

Organisations syndicales canadiennes mobilisées pour contrer la pénurie de personnel en santé :

Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers

British Columbia Nurses Union

United Nurses of Alberta

Saskatchewan Union of Nurses

Manitoba Nurses Union

Ontario Nurses’ Association

Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec—FIQ

Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Prince Edward Island Nurses’ Union

Nova Scotia Nurses’ Union

Registered Nurses’ Union Newfoundland & Labrador

Le communiqué de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers

Le personnel infirmier du Canada souligne l’anniversaire de la pandémie alors que notre système public de soins de santé est encore en crise

Silas : « Après deux ans de pandémie, les travailleurs de la santé n’ont pas besoin de sympathie, ils ont besoin de solutions concrètes et durables aux pénuries désastreuses de travailleurs de la santé. »

9 mars 2022 (OTTAWA, ON) – Le 11 mars marquera deux ans depuis que la l’Organisation mondiale de la santé a déclaré la COVID-19 une pandémie. Pour le personnel infirmier du Canada, cela marque deux années d’éloges dérisoires de la part des gouvernements alors qu’on leur demande continuellement d’en faire davantage.

« Les travailleurs de la santé ont dû porter une trop grande part du fardeau de la pandémie : pires ratios infirmière-patients, heures supplémentaires obligatoires, et devoir composer avec davantage de violence et d’intimidation au travail et un manque de sécurité au travail », souligne Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (CFNU). « Les infirmières et les infirmiers de partout au pays s’unissent pour dire c’est assez. »

Selon un récent sondage de la FCSII, 94 % des infirmières et des infirmiers affichent des symptômes de burn-out, et 50 % mentionnent penser à quitter leur emploi au cours de la prochaine année. Sans mesures urgentes, la crise actuelle ne fera que s’envenimer.

« Qu’elles viennent de collectivités rurales ou éloignées, ou des grandes villes, le message des infirmières et des infirmiers est le même : c’est du jamais vu comme crise », mentionne Silas. « Le personnel infirmier fait des quarts de travail de 16 à 24 heures pendant que des services sont annulés et que des hôpitaux sont forcés de fermer. Cela menace l’avenir du système public de soins de santé qui est si cher à la population canadienne. »

La FCSII a demandé avec instance aux gouvernements d’adopter un plan d’action pancanadien en matière de ressources humaines en santé. Ce plan mettrait l’accent sur des programmes innovateurs de recrutement et de maintien en poste, y compris la création d’un organisme national ayant comme mandat de faciliter la planification de la main-d’œuvre en santé, et soutenu grâce à une augmentation tellement nécessaire et cruciale des investissements fédéraux en santé.

« Dans les collectivités du pays, le personnel infirmier et leurs patients paient le prix. Sans personnel infirmier, un lit est simplement un lit », précise Silas. « Les gouvernements fédéral et provinciaux doivent collaborer avec nous pour mettre en œuvre des solutions concrètes et durables, accompagnées de mécanismes de reddition de compte et assorties d’un financement suffisant. C’est seulement en travaillant ensemble que nous pourrons sauver notre système public de soins de santé qui nous est si cher, et offrir le soutien adéquat à la main-d’œuvre qui le soutient. »

Julie Bouchard

Président de la FIQ. (2021-...)

Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et d’infirmiers

La Fédération canadienne des syndicats d’infirmières et infirmiers (FCSII) est la voix de près de 200 000 infirmières et infirmiers syndiqués, et d’étudiantes et d’étudiants en sciences infirmières du pays. Nous sommes fiers de lutter pour nos membres et de promouvoir la profession infirmière à l’échelle nationale. Nous travaillons sans relâche pour protéger la qualité des soins aux patients et notre système public universel de soins de santé.

Les patients et le personnel infirmier ont besoin de défenseurs efficaces. Les infirmières et les infirmiers sont les porte-parole en santé à qui l’on fait le plus confiance, et c’est le rôle de la FCSII de s’assurer que le premier ministre, le ministre de la Santé, les députés et les cadres supérieurs à Ottawa sachent ce que pensent les infirmières et les infirmiers, et quelle est notre position par rapport à des enjeux de santé qui affectent les personnes vivant au Canada. Nous fournissons des données pour éclairer l’élaboration des politiques.

Nous nous servons de notre puissante voix collective, Faites entendre votre voix, pour faire pression sur le gouvernement fédéral afin qu’il reconnaisse les compétences et les connaissances du personnel infirmier sur le plan professionnel. Nous soulignons l’importance d’avoir des milieux de travail sûrs et sains pour nos membres et les patients en préconisant une législation solide en matière de santé et de sécurité au travail, ainsi que la mise en application d’une politique de tolérance zéro par rapport à la violence. Nous déployons des efforts pour que les priorités du personnel infirmier et des patients soient reflétées dans les politiques de la santé, les politiques budgétaires et lorsque les politiciens nationaux parlent de « santé ». Nous insistons aussi pour qu’ils reconnaissent jusqu’à quel point le personnel infirmier contribue à la guérison des patients par leur compassion et la qualité humaine des gestes qu’ils posent.

Nous représentons le personnel infirmier dans les médias nationaux, nous sommes une source d’informations, et nous sommes la voix nationale des infirmières et des infirmiers au sein du Congrès du travail du Canada.

Nous représentons les syndicats infirmiers de huit provinces (AB, SK, MB, ON, NB, ÎPÉ et TNL) et nous sommes fiers d’avoir, comme membres associés, les 35 000 étudiantes et étudiants en sciences infirmières de l’AEIC. La FCSII se réjouit aussi d’avoir une bonne relation de travail avec tous les syndicats représentant le personnel infirmier et les travailleurs de la santé.

Mission de la FCSII : Nous sommes la voix nationale reconnue luttant pour le personnel infirmier et les soins de santé publics de grande qualité.

Vision de la FCSII : Une voix nationale forte pour le personnel infirmier syndiqué du Canada, et une partie de la voix mondiale pour le personnel infirmier syndiqué.

https://fcsii.ca/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...