Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

Daniel Bensaïd : « Chaque occasion manquée compromet la suivante »

Notre collègue Juan Tortosa dit dans l’ un de ses derniers articles que maintenant tout le monde assure que ce que le Trumpisme a fait « pourrait être vu venir ». « Oui là-bas et pas ici ? », Demande-t-il, pour avertir plus tard qu’ici « nous ne sommes pas blindés ».

Publié sur le site Anti-k
14 janvier 2021

Par Marià de Delàs

Tu as raison. Nous ne sommes pas protégés. Nous le sommes depuis longtemps, comme nous l’avons été à d’autres moments de l’histoire.

Pour défendre la démocratie, il faut faire plus qu’être scandalisé par les manifestations de l’extrême droite. Ce qui s’est passé à Washington le 7 est une expression spectaculaire mais aussi dramatique de la montée de l’autoritarisme.

L’extrême droite se développe et se développe aux États-Unis, mais aussi en Amérique latine, dans les pays européens et sur d’autres continents. Semble souvent délirant. Il y a même ceux qui se moquent de ses remerciements, mais il devient fort internationalement et avance avec toutes ses menaces.

Au-delà de la volonté de résister et de dire maintes fois qu ‘« ils ne passeront pas », il faut connaître la raison pour laquelle ils passent et entrent avec force au sein d’institutions formellement démocratiques. Ils grandissent, entre autres, parce que la gauche est faible, s’adapte à droite et ne présente pas aujourd’hui son propre projet socialement encourageant ou porteur d’espoir.

« Le fascisme ne sera vaincu qu’en défendant les conquêtes démocratiques, mais avec une politique sociale qui coupe les racines dont il se nourrit, que ce soit dans les pays capitalistes développés ou dans d’autres secteurs de la planète « , a déclaré le professeur de philosophie. Daniel Bensaïd dans un livre, Un regard critique sur le XXe siècle [1], qui rassemble la transcription de douze réponses relativement courtes à des questions sur des moments clés du XXe siècle. Douze textes particulièrement utiles pour réfléchir au temps qu’il nous faut vivre avec la perspective offerte par l’analyse historique.

Bensaïd est mort il y a exactement 11 ans maintenant, et ses réflexions ont été recueillies entre 2007 et 2008. En France, l’extrême droite avait déjà démontré sa capacité de croissance, mais il a fallu 10 ans avant que Jair Bolsonaro ne devienne président du Brésil, Donald Trump ne l’a pas fait. Il était entré en politique, on ne savait par exemple rien dans ces années sur Qanon. La vague réactionnaire mondiale n’était pas encore perçue aussi clairement qu’elle l’est aujourd’hui, mais Bensaïd avait longtemps mis en garde contre la dérive de l’autoritarisme néolibéral et la nécessité de résister à l’articulation des politiques sociales.

« Notre humanité, perchée sur une poudrière sans précédent, fait face à l’imminence d’un nouvel épisode – de plus en plus grave que le précédent – d’une crise économique durable du capitalisme contemporain, épisode qui ne conduit pas à lui seul à un un choc politique émancipateur, mais aux pires régressions et au fascisme », met en garde la philosophe marxiste Isabelle Garo dans l’introduction du livre , qui met l’accent sur l’inexistence actuelle« d’une volonté transformatrice », afin de« commencer la longue et difficile tâche de abolition démocratique et concertée du capitalisme ».

« Abolition du capitalisme ». À une autre époque pas trop lointaine, c’était une perspective partagée par un nombre plus qu’important d’intellectuels et de militants d’organisations politiques et sociales à travers le monde. Aujourd’hui, il ne se trouve que dans l’embouchure de groupes relativement restreints.

Daniel Bensaïd

Bensaïd s’est rendu compte des conséquences de l’échec des « premières tentatives d’avancement vers une société socialiste » et les a expliquées ouvertement. « Il faut dire que ça s’est terminé par une défaite, oui. » « Cela hypothéquerait toute nouvelle tentative de faire autre chose qu’une société capitaliste, qui s’effondrera évidemment. » « Il va s’écraser. » Cela semblait presque une prémonition des effets catastrophiques de la pandémie actuelle.

Je parlais pour ce livre de ce qui s’est passé après la révolution d’octobre, de « ce qui aurait pu arriver mais ne s’est pas produit ». Il dit [il a dit] que « nous entrons dans une nouvelle étape » et, pour le caractériser avec une certaine dose d’optimisme, il récupère une expression de Gilles Deleuze : « ça recommence au milieu », parce que « on ne repart jamais de zéro ».

Répondez dans ce livre à la question de savoir ce que signifiait l’assassinat de Rosa Luxemburg et de Karl Liebknecht en 1919 par les forces appelées par le gouvernement social-démocrate à liquider le mouvement révolutionnaire des ouvriers allemands. Cette défaite a marqué le début de la frustration de l’espoir d’extension de la révolution sociale vers l’Europe . « En politique, les conséquences sont cumulatives et chaque occasion manquée compromet la suivante », soutient le philosophe révolutionnaire. « Le coût des révolutions et des guerres civiles est souvent évalué et même pris en compte, mais en général, le coût des révolutions perdues et non réalisées est oublié.Au XXe siècle, l’humanité a payé un prix exorbitant pour l’échec de la révolution allemande par la victoire du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale ». Un exemple plus qu’évident de ce qui se passe quand la gauche se refuse , cherche le soutien de la droite, utilise la répression contre son peuple et méprise ou ridiculise trop souvent la montée de l’extrême droite.

Et à propos des révolutions perdues, ce penseur internationaliste ne cesse de se référer au triomphe du fascisme dans l’Etat espagnol. En plus de rappeler qu’Andreu Nin , chef du POUM, n’a pas été assassiné par les troupes de Franco, mais par les staliniens, comme cela est plus que prouvé, il le désigne comme l’un des « grands crimes » des démocraties européennes, y compris leur des composantes socialistes ou social-démocrates, celle de la « non-intervention » dans le conflit engendré par les militaires qui se sont soulevés contre la République. Les nazis allemands et les fascistes italiens sont intervenus ouvertement, note-t-il.

Daniel Bensaïd évoque également ce que signifiaient les mouvements d’émancipation nationale, comme celui qui a obtenu l’indépendance de l’Algérie, qui dans les années 60 et 70, a constitué pour de nombreux jeunes « une référence presque aussi importante que l’expérience cubaine ou vietnamienne ». Ou la pertinence de la figure de Patrice Lumumba pour les indépendances africaines. Et il réfléchit dans toutes sortes de détails sur ce que représentent Salvador Allende et son parti socialiste d’alors, qui était à gauche du PC et alimentait l’idée selon laquelle « les élections pourraient être le début d’un processus social de radicalisation qui conduira ou s’acheminera vers une révolution sociale radicale ». Il souligne cependant la fatale « extension des alliances gouvernementales à droite » et la « garanties supplémentaires données à l’armée, avec la nomination de postes ministériels dont celui d’Augusto Pinochet ».

Ses réflexions sur la révolution cubaine et le guévarisme sont également particulièrement intéressantes. Il dit qu’en Amérique latine il y a des opinions critiques à l’égard de Cuba « sur les questions démocratiques, et à juste titre », mais sur la figure du Che, il explique qu’il est « l’un des rares symboles du XXe siècle à avoir échappé à la corruption, volontairement non marqué d’un logique de bureaucratisation ». « Son geste a peut-être échoué », admet-il, « mais il porte en lui le symbolisme d’une révolution permanente qui ne peut être arrêtée à Cuba à partir du moment où il y a une opportunité … La seule opportunité pour une île comme Cuba, encore plus que pour l’URSS ouvre les fenêtres ! »clame-t-il.

Bensaïd était l’un des leaders les plus reconnus de mai 68. Dans ce livre, il fait une série de détails remarquables pour les historiens et on pourrait dire qu’ils sont essentiels pour ceux qui veulent réfléchir à ce qui peut être fait dans le futur.

Si le mouvement de mai 68 a été symbolique dans le monde entier, c’est en premier lieu parce que « la grève générale la plus longue et la plus massive de l’histoire de France » a eu lieu. « Était-ce la préfiguration des mouvements sociaux du 21e siècle ? », S’interroge-t-il. Et c’est aussi un jalon car il est entré en « résonance avec une série d’événements accumulés cette même année », du printemps de Prague à l’offensive du Têt au Vietnam, ainsi qu’avec des mobilisations de jeunes dans différents pays d’Amérique latine, d’Europe et d’Asie. . C’était un mouvement « éphémère », reconnaît-il, « mais il montrait un esprit anticapitaliste, anti-bureaucratique et anti-impérialiste » . Le plus important, selon lui, est de « souligner ce qui aurait pu être fait pour aller plus loin ».

Il rend clair la nécessité d’estimer les corrélations des forces, mais pas de les observer comme des circonstances immobiles : « À mon avis, la politique ne fonctionne pas par pronostic… Il faut dire ce qui serait souhaitable ou nécessaire et essayer d’agir pour que cela devienne réel et possible ».

Daniel Bensaïd sauve également de la mémoire des années 60 et 70 la rupture de l’ordre moral et familial, également respecté jusque-là par une bonne partie du militantisme du communisme traditionnel, l’établissement « d’une relation relativement étroite » entre la montée potentielle du mouvement mouvement social, mouvement ouvrier et mouvement des femmes. Il exprime une certaine nostalgie pour les publications féministes disparues, qui reliaient les revendications spécifiques des femmes à ce qu’on appelait à l’époque le mouvement ouvrier. Il reste quelque chose selon lui de tout cela. « Disons qu’il y a un héritage, une culture et aussi une mémoire du mouvement des femmes » qui s’est répandue dans la société. Même ainsi, il n’arrête pas de différencier l’existence de différentes oppressions : exploitation sociale et domination de genre.« Rien n’indique que la fin du capitalisme implique, de manière mécanique et automatique, la fin de l’oppression des femmes. »

Bensaïd répond enfin sur ce que la chute du mur de Berlin a représenté et explique qu’il aimait parler d’une image choquante d’un film de Margarethe van Trotta sur Rosa Luxemburg, dans lequel on voit « toutes les figures historiques de la social-démocratie allemande… en la fête du 1er mai 1900, célébrant le nouveau siècle qui annoncerait la fin des guerres et de l’exploitation ». « Il faut dire que cela s’est terminé par une défaite « , déclare-t-il assez explicitement. « Nous devons affronter l’énigme pour trouver des éléments qui nous permettent de comprendre ce qui nous est arrivé, nous rêvons tous enfin d’un autre monde . »

Dans ce livre, il ne fournit pas quelques clés pour comprendre ce qui pourrait être vu à venir, mais comme le souligne Michael Löwy dans son avant-propos, Bensaïd « dénonce sans pitié la misérable conception fataliste de l’histoire », qui « est faite de bifurcations ». « Stalinisme, nazisme, rien n’a été décidé à l’avance. L’avenir ne peut être prévu, il dépend de nos propres actions ».

Notes

1. Daniel Bensaïd Un regard critique sur le XXe siècle. Fragments radio. Éditorial Sylone et Viento Sur. Barcelone, octobre 2020. (Original en français : Daniel Bensaïd FragmentsRadiophoniques – 12 entretiens pour interroger le vingtième siècle. Du Croquant, février 2020).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...