Édition du 22 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections québécoises 2012

Débat dans Papineau (voir la vidéo)

Lundi le 27 août, eut lieu à Saint-André-Avellin un débat organisé par M. Vincent Destroismaisons permettant aux candidats de Papineau de présenter leur position sur 8 thèmes choisis. Ce fut un débat intéressant, car il n’était pas conçu en fonction que les candidats se chicanent.

En voici un extrait : http://www.lebulletin.net/Video/19473/Debat-des-candidats-de-Papineau

Chacun avait 1½ mn sur chaque thème. Chaque candidat avait droit en tout à 4 interruptions et seulement d’une durée de 30 secondes. La personne interrompue pouvait continuer en utilisant le temps qui lui restait.

Tout était chronométré. Après chaque thème, une question de la foule était choisie dans la boîte aux questions. A la toute fin, il est resté du temps pour entendre plusieurs autres questions de la foule.

Tout le monde est ressorti satisfait parce qu’ils avaient pu entendre ce que les candidats avaient à dire. Ils ne passaient pas leur temps à se couper la parole.

Les gens trouvaient que c’était organisé intelligemment et en s’adressant à l’intelligence des citoyens et non aux bas instincts comme ceux favorisés par la violence au hockey.

Plusieurs ajoutaient que si cela se passait ainsi à TVA et Radio-Canada , les citoyens verraient beaucoup plus clairement ce que propose chaque parti. Mais voilà, le temps de parole des candidats n’étant pas chronométré, c’est à qui prendrait le crachoir le plus longtemps et à qui couperait la parole le plus souvent pour ne pas laisser l’autre parler. Cela ne fait trop civilisé. Et le pire, c’est que souvent les médias vont encenser celui qui a le plus coupé la parole, en disant qu’il a su s’imposer.

Quand on voit comment à TVA, M. Legault coupait la parole constamment à Mme Marois et ne la laissait pas parler, pas étonnant que les femmes n’aient pas le goût de voter pour lui. Son comportement ressemblait drôlement à celui d’un abuseur.

Puissions-nous dans les prochaines années avoir des débats plus civilisés, où le temps de chaque candidat sera chronométré, de même que les interruptions, et que chaque candidat aient les mêmes droits d’interruption et en nombre limité.

Souhaitons aussi qu’à chaque élection, chaque comté prenne l’initiative d’organiser de tels débats qui respectent l’intelligence des gens.

FrançoiseBreault

Françoise Breault

Après une carrière en enseignement, dont un an avec les Échanges France-Québec, j’ai poursuivi en travail social auprès des familles. Vers l’âge de cinq ans, je me demandais pourquoi il y avait des pauvres et ce que je pouvais faire. Sans en prendre pleinement conscience, cette interrogation m’a habité toute ma vie. Une année en Amérique du Sud ne m’avait toujours pas apporté de réponse. Cela m’a pris du temps à voir clair... Maintenant que la lumière est allumée, je ne peux et ne veux la refermer... Tous les faits, toutes mes lectures me confirment comment le système économique actuel contribue à ce fossé grandissant entre riches et pauvres. Me voici maintenant à ma 3e carrière, celle où je peux mettre tout mon temps et énergie à sensibiliser les gens aux graves enjeux d’aujourd’hui, afin de vivre dans un monde plus juste... « mais nous, nous serons morts mon frère... ».

Sur le même thème : Élections québécoises 2012

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...